0
Votre panier est actuellement vide

NAR – Chap. 04

— LA NAISSANCE DE L’AUBE ROUGE (NAR)
Préquelle 01 de la saga “Les Gardiennes d’Ashima”

CHAPITRE 04

Bonjour à vous ! L’aventure de Lexas, Aryna et Wanli continue ! Bienvenue dans ce quatrième chapitre de “La Naissance de l’Aube Rouge” ! Comme toujours, un grand merci aux bêta-lecteurs qui ont répondu présents à l’appel ainsi qu’à vous, qui lisez ce chapitre. Nous sommes à la moitié de l’aventure puisque, comme je le disais dans le Journal de Bord, ces préquelles sont de petites histoires me permettant de m’entraîner et d’introduire les éléments importants de la saga. Inutile pour cela de se lancer dans des tonnes d’intrigues ! Restons simples. Il y a 7 chapitres de prévu pour cette préquelle, ce qui devrait mettre un terme aux premières aventures de Lexas d’ici la fin de l’année ! L’histoire va gagner en intensité et j’ai hâte que vous la découvriez, surtout le chapitre 05, qui va voir arriver l’un des personnages le plus important de toute la saga ! Rien que ça ! Mais commençons déjà avec ce nouveau chapitre et l’arrivée d’une jeune femme… Explosive… Bonne lecture et merci !

CHAPITRE 04 : Révélations

– J’aimerai que tu le répètes encore une fois s’il te plaît Aryna…
– Lexas…
– Si si, vas-y… Je suis ton Célestial et je te le demande…
– Aryna soupira… Oui, je suis ta Concubine en Chef et je suis sous tes ordres… Entièrement et totalement…
– Et donc tu ne peux rien contester, je me trompe ?
– Effectivement… Je peux te conseiller, mais pas refuser.
– Donc si je fais quelque chose comme ça… Lexas se plaça derrière Aryna. Et que je te demande honnêtement si ça te gêne… ?
– Non, ça ne me gêne pas…
– Et si je fais comme ça… Lexas s’approcha d’Aryna et commença à lui embrasser le cou.
– Hum… Ca non plus, ça ne me gêne pas…
– Et si je continue un peu… Lexas embrassait Aryna de plus en plus intensément, glissa ses mains sous sa tunique et lui caressa le ventre, puis les hanches…
– Je ne vois pas pourquoi ça me gênerait… C’est agréable…
– Oh vraiment… Lexas continua ses caresses sur la poitrine d’Aryna, avant de descendre encore, et encore… Et là ?
– Là c’est plus qu’agréable…
– Lexas ! Monsieur Lexas !
– Wanli ? Excuse-moi mais je suis entrain de m’occuper d’Aryna là…
– Lexas ! Wanli se colla à Lexas, par derrière…
– Ohhhh… Wanli… Je ne savais pas que c’était ton désir…
– Lexas ! Lexas !
– Oui, oui… Je suis là…
– LEXAS !

Lexas ouvrit les yeux et prit une profonde respiration, raclante et douloureuse. Il se releva mais ressentit une douleur tellement intense sur son épaule, qu’il se recoucha instantanément dans un cri de douleur.

– Ahhhh ! Mon épaule !
– Tout va bien Monsieur ?!
– Wan… Wanli ?
– C’est pas vrai, mais c’est pas vrai… Aryna faisait les mille pas dans la pièce, elle semblait à la fois énervée et soulagée.
– Qu’est-ce que… Où est-ce qu’on est ?
– A l’Auberge du Cerf Unicorne ! Vous êtes inconscient depuis deux jours Lexas. Vous avez fait une subite poussée de fièvre et soudainement, vous vous êtes mis à faire d’étranges gémissements. Nous pensions que vous faisiez un malaise.
– Ah… Ahhhhh… Oui oui je… Brouuu je… Oh je rêvais de ce démon je… Oh quel cauchemar, quel cauchemar…
– Rassurez-vous Lexas, nous l’avons vaincu. Le calme est revenu au village. Les habitants vous voient comme un héros !
– Moi mais… Je n’ai rien fait !
– Ça on le sait gros bêta ! Aryna revint vers eux. Mais les habitants n’arrêtent pas de chanter tes louanges, de raconter à quel point tu as été héroïque !
– Quoi mais… Rongalia ! Le Moine ! Le Moine est vivant ? Ce petit fumier ! Où est-il et… Et d’ailleurs comment sommes-nous encore vivants ! Je me souviens de la chute…
– Tu es tombé dans un tas de foin ! Tout comme les Errants. T’as eu un sacré coup de chance ! On ne peut pas en dire autant du Moine…
– Comment ça ?
– Sa botte de foin était bien moins fournie. Le vieillard s’est rompu le dos et a perdu l’usage de ses jambes…
– Il le mérite ! J’ai deux mots à lui dire à ce… Ahhhhhh ! Lexas tenta de se relever mais son épaule le cloua de nouveau au lit.
– Allez-y doucement Lexas, l’entaille est très profonde. Elle guérira, grâce aux soins de l’herboriste, mais cela prendra du temps.
– Et puis nous avons déjà perdu assez de temps comme ça ! Deux jours Lexas ! Deux jours à cause d’une chute !
– Mademoiselle pardon mais… C’était quand même une sacrée chute et avec sa blessure…

– Wanli, je sais très bien que c’était une sacrée chute, mais il faut se rendre à l’évidence, Lexas a besoin de s’entraîner ! Il doit s’endurcir !
– Il m’a pourtant défendue contre le Démon et sans lui…
– Elle a raison… Lexas s’était redressé sur son lit et avait un regard triste. Elle a raison Wanli, je le vois bien, je suis plus un poids qu’une aide.
– Vous m’avez sauvé du Démon quand il…
– Quand il t’a acculé par ma faute et mes nombreuses erreurs. Je ne me fais pas d’illusion, je suis un moins que rien, je ne vais pas…

Une gifle monumentale arriva sur la joue gauche de Lexas. Aryna lui mit une telle baffe qu’il se retrouva projeté sur son lit de nouveau et vit quelques étoiles tourner. Pourtant, il ne dit rien, tout simplement car il savait qu’il méritait ce coup.

– Je t’interdis de dire ça ! Aryna était furieuse.
– De quoi, que je suis un moins que rien ? Aryna leva de nouveau la main et Lexas fit semblant de se protéger. Très bien, très bien. Je m’excuse Aryna.
– Je peux comprendre que tu ne sois pas au meilleur de ta forme Lexas, mais ne me fais pas dire ce que je n’ai jamais dit ! Tu n’es pas un moins que rien, loin de là ! Tu as sauvé la vie de Wanli et de Rongalia, peu importe que ce soit suite à une erreur de ta part, tu l’as rattrapée. Ce que je dis, c’est que tu dois te renforcer tant au niveau mental que physique. Tu dois avancer et arrêter de toujours te conforter dans ta médiocrité !
– Mademoiselle il… Wanli fut coupée par Aryna d’un geste de la main, lui demandant de ne pas intervenir.
– Lexas, regarde-moi. Lexas ! Lexas leva les yeux vers Aryna, il avait des yeux de chien battu. Pas la peine de me faire ce regard ! Sais-tu à quel point nous étions inquiètes pour toi ?
– Merci… Je suis désolé…

Devant la sincère tristesse de Lexas, Aryna perdit toute once de colère. Son objectif était de lui faire la morale pour le secouer, mais elle en perdit l’envie devant l’évidente détresse de son Celestial. Délicatement, elle s’assit à ses côtés.

– Lexas je… Excuse-moi… Je sais que je passe pour la méchante mais si je dis tout ça c’est pour toi, vraiment. On se doute que c’est difficile pour toi d’être projeté dans une situation comme ça, de perdre tous tes repères et de faire des choses que tu n’as jamais faites, en voyant que les autres attendent de toi que tu saches les faire mais… Mais je sais que tu peux le faire. Je ne te connais que depuis deux semaines et pourtant je le sais. Lexas la regarda étrangement. Oui bon trois en vrai mais… Elle fit un petit sourire, comme pour exprimer sa gentillesse. Arrête de nous voir comme des petites choses fragiles à protéger et accepte le fait qu’on est carrément plus badass que toi !
– Lexas eut un petit rire. D’où tu sors cette expression ? C’est de la Capitale ça…
– Oh… À vrai dire tu l’as dit plusieurs fois dans ton sommeil…
– Je.. Quoi.. Oh ah ah… Vraiment ? Lexas devint rouge vif, qu’avait-il dit d’autre… !?
– Wanli s’installa à ses côtés également. D’ailleurs Monsieur… Qu’est-ce que c’est un plan à trois ?
– Hééééé ! Lexas regarda Aryna qui détourna le regard, amusée que Wanli soit si innocente. Euh c’est, c’est… Eh bien c’est ce que nous avons fait Wanli ! Ensemble, Aryna, toi et moi, donc à trois, nous… Nous avons mis en place un plan pour terrasser le Démon ! Voilà alors j’y ai sûrement repensé en rêvant !
– Oh je vois…. Wanli semblait profondément réfléchir. Faire un plan à trois… C’était donc tout simplement ça…
– Ah ah oui… Lexas semblait soulagé.
– Tu m’en diras tant… Bref, tout ce que je veux te dire Lexas, c’est d’arrêter de te sentir inférieur à nous, c’est stupide. Nous sommes tes concubines, nous sommes là pour t’aider, pas pour te concurrencer. Nous sommes une équipe, nous ne faisons qu’un. Alors demande-nous de l’aide, nous sommes là pour ça !
– Tu as raison… Oui, tu as raison Aryna ! Si je veux changer, je dois d’abord changer d’état d’esprit… Oui ! Je dois m’y forcer. Lexas changea de regard.
– Exactement Monsieur !
– Les filles, debout !

Amusées, Aryna et Wanli jouèrent le jeu et se positionnèrent devant Lexas, droites, à la limite du garde à vous.

– Aryna ! A partir d’aujourd’hui je veux que tu me recadres dès que je ne suis plus dans le droit chemin ! Je veux devenir aussi classe que toi !
– Rien que ça… Ca sera avec plaisir… J’ai le droit à tout ?
– Disons que… Tu peux me recadrer par la parole…
– Hum… Pas de petits coups ou de…
– Aryna…
– Bon bon… Elle sourit.
– Wanli, je souhaite que tu m’inities à l’Art du combat, je veux pouvoir être utile lors des affrontements.
– Bien Monsieur !
– Parfait ! Et pour commencer cette nouvelle vie, allons botter les fesses de ce Moine !

Lexas attrapa une chemise propre, l’enfila péniblement, mit ses chaussures et sortit de l’auberge, suivi de ses deux concubines positionnées à l’arrière afin de former un triangle. Pour la première fois, Lexas ressemblait vraiment à un Celestial et la scène fit briller les yeux des habitants de Balian, en particulier des jeunes filles, qui voyaient ici leurs beaux sauveurs s’avancer d’une façon particulièrement impressionnante. Il faut avouer que pour eux, simples paysans, les Celestials et les Concubines étaient de véritables stars. Les trois compagnons se dirigèrent vers la hutte de l’herboriste et tapèrent une fois… Puis deux… Puis trois… Finalement, Lexas entra sans y être invité. Le Moine gisait sur un lit, sans personne aux alentours. Il semblait dormir profondément…

– Dites-moi les filles… Vous ne trouvez pas qu’il dort bien profondément pour quelqu’un qui a tant de remords ?
– Pourquoi aurait-il des remords Monsieur ?
– Oh mais peut-être parce qu’il est à l’origine de toute cette histoire ! Mais inutile de tergiverser, tranche-lui la gorge Wanli, ça ira plus vite. Dans son sommeil il ne sentira rien !
– Bien !

Wanli s’avança et sortit sa lame. A peine eut-elle le temps de s’avancer, que le Moine sursauta et les implora de ne rien faire, essayant tant bien que mal de se redresser en faisant traîner ses jambes.

– Pitié ! Pitié non, non ! Par Ashima ayez pitié ! Je suis un pauvre estropié !
– Tiens, tiens, tiens… On ne dort pas si profondément Rongalia !
– Ayez pitié Celestial, je ferai tout ce que vous voulez !
– Qu’est-ce qu’il se passe ici ?!

L’herboriste arriva dans sa cabane. Elle fût surprise de voir le Celestial et ses concubines, qu’elle salua pour commencer. La femme avait de longs cheveux blancs bouclés coiffés d’une petite couronne de fleur blanches et elle portait une longue robe bleue usée par le temps. Elle tenait dans sa main un large panier rempli de fleurs et d’herbes, dont la senteur embauma la pièce.

– Celestial bonjour. Veuillez m’excuser mais Rongalia a besoin de repos. Que lui voulez-vous, il a l’air terrifié !
– Vous devez être l’herboriste. Vous vous appelez ?
– L’herboriste. C’est comme ça qu’on m’appelle ici…
– Charmante… Hum… Bien, nous sommes ici pour parler avec Rongalia. Il a bien des choses à raconter…
– Vous voulez qu’il raconte votre exploit ? Ne vous inquiétez pas ! Tout le village est au courant ! C’est bon ? Ça vous suffit ?
– Aryna se mit devant l’herboriste. Surveillez vos paroles…
– Oh non, je veux qu’il raconte son histoire à lui ! Sans elle, la mienne n’existerait pas !
– Comment ça ? L’herboriste se tourna vers le Moine. Rongalia, que veut-il dire…
– Ohhhh… Oh Jacynthe… Je suis tellement désolé…
– Ah bah elle a un nom finalement… Aryna râla dans sa barbe.
– Désolé pour quoi mon ami ?
– Il n’y a aucune malédiction sur votre village herboriste, uniquement des mensonges. C’est Rongalia qui est la source de tout ceci. C’est un meurtrier ! Il a manigancé cette histoire de malédiction pour camoufler ses méfaits !
– Quoi ? Comment osez-vous ! Et comment sauriez-vous tout ça ?

Lexas serra les poings… Allait-il parvenir à dire haut et fort ce qu’il était réellement… Allait-il enfin assumer ses capacités et s’en servir pour quelque chose… Il n’y était jamais parvenu… Il avait peur… Il chercha le regard d’Aryna. Sa concubine en chef s’approcha de lui et colla son épaule à la sienne, pour lui montrer subtilement son soutien. Wanli fit de même. Lexas sentit qu’il pouvait y arriver, il n’était plus seul, il était épaulé ! Il fallait qu’il y arrive, il le voulait.

– Je suis Lexas, Celestial de Maartkham… Et… Et je suis un Gardien… Je suis un Tisseur. Et vous, Rongalia, êtes un menteur… Lexas aperçut le léger rictus de satisfaction sur les lèvres de ses concubines, et ce fut pour lui la plus belle des récompenses.
– Un… Un… Un Tisseur ? Vous ! Impossible ! Rongalia semblait horrifié.
– Alors mettez-vous à table Rongalia ! Ou je le ferai pour vous !
– Oui bon euh… N’en fais pas trop quand même… Chuchota Aryna à Lexas.
– Rongalia par Ashima que veut-il dire ? Explique-toi !

Le Moine essaya de se faire le plus petit possible. De ses yeux aveugles, il tournait la tête tantôt vers sa vieille amie herboriste, tantôt vers le Gardien. Il le savait, il devait choisir entre deux maux. Finalement, il céda et partit en sanglots.

– Ohhhh… Je suis tellement désolé Jacynthe je… Je…
– La femme s’installa à côté de lui. Rongalia… Ce ne doit pas être si terrible ! Nous sommes amis depuis toujours, tu peux tout me dire…
– Pas sûr… Lexas marmonna.
– Oh je je… Le Celestial a raison, tout ceci est de ma faute… Le Démon, le Démon, c’était Juros !
– Juros ? Ton fils ! Mais… Mais comment est-ce possible ? Non… Rongalia… Ne me dis pas que…
– Si… Si…

En pleurs, le Moine déballa tout ce qu’il avait sur le cœur et raconta son histoire, horrifiant son amie de toujours et faisant grincer des dents Aryna, Wanli et Lexas, qui vécut celle-ci pour la seconde fois.

Sept années auparavant, le village de Balian fut frappé par une sécheresse d’une ampleur inouïe, accompagnée d’un terrible mal qui frappait les enfants du village. Celui-ci les cloîtrait au lit avec d’affreux maux de ventre, vomissements sanglants et pour certains, morts prématurées. Rongalia, déjà Moine au service d’Ashima dans le village, alla consulter le Maire du village afin de l’implorer de faire des offrandes à la Déesse dans le but d’apporter sa miséricorde à Balian, tout en augmentant ses dons aux villageois. Mais celui-ci refusa une première fois, puis une seconde et d’innombrables autres fois, argumentant qu’Ashima ne pourrait rien faire pour eux et que la prière ne servait qu’aux faibles. Il fallait dire que la sécheresse ne le touchait pas, puisque les jardins privés du Château étaient toujours irrigués par le puit, qu’il gardait jalousement. Il distribuait en quantités infimes des vivres au village et en gardait la majorité. Désemparé, le Moine continua à l’implorer, allant jusqu’à dormir devant sa demeure. La fatigue le gagnait. C’est alors qu’il vit Ifan, la femme de son fils Juros, entrer discrètement par la porte des serviteurs du Château. Un soir, puis un autre… Le Moine fut horrifié par la pensée que sa belle fille puisse alors se jouer de son fils. Pour ne rien arranger, son obsession pour l’offrande à Ashima ne cessait de le ronger, jusqu’à finalement occuper la moindre de ses pensées… Le Moine était en train de sombrer dans la folie. Quelques mois plus tard, Ifan donna naissance à son petit fils… Rongalia était enragé ! Ce n’était pas son petit fils, mais le fruit de l’union interdite de cette femme et de cet infidèle de Maire ! Il en était convaincu ! La sécheresse frappait toujours Balian et le Maire ne voulait toujours rien faire ! Rongalia comprit le manège du Maire : cet impie condamnait son village afin de culbuter les femmes en leur offrant eau et nourriture juteuse ! Puisqu’il ne voulait pas faire d’offrande, le Moine allait la faire pour lui. C’est ainsi qu’une nuit, à la faveur de l’obscurité, il se rendit dans la modeste demeure de son fils, ouvrit celle-ci grâce à son double des clefs et attrapa le nourrisson. En toute discrétion, il se rendit au temple, sur l’autel d’Ashima et offrit la vie de cet enfant illégitime en échange de la pluie et de l’annulation de la malédiction. Une vie pour en sauver des centaines d’autres. Mais une mère ne dort jamais vraiment sur ses deux oreilles, et lorsqu’elle arriva pour sauver son fils, il était déjà trop tard ! Rongalia, de peur que celle-ci ne le dénonce à son fils et au Maire, l’offrit également en sacrifice à Ashima ! Mais il n’était pas satisfait, le Moine avait entendu Ashima : il lui fallait la vie du Maire, pas celles-ci. Elle lui parlait dans sa tête, il était l’élu ! Ainsi, le Moine fonça chez le Maire, lui fit entendre que sa douce Ifan avait été assassinée avec son bébé et usa de subterfuge pour conduire le Maire, seul, au temple, où il lui planta une lame dans le dos, des dizaines et des dizaines de fois. Son sang emplit l’autel et le Moine était convaincu que la Malédiction de Balian allait être levée…

Le lendemain matin, les corps sans vie des trois personnes furent retrouvés par les villageois, horrifiés. Rongalia joua la comédie et feint l’horreur et la tristesse lorsqu’il arriva sur les lieux, puis courut chercher son fils qui hurla de tristesse. Les gardes arrivèrent eux aussi et la recherche du coupable débuta. Rongalia posa des questions, et en manipulant l’opinion publique, arriva à faire dévier la conversation sur la non action du Maire et les visites nocturnes d’Ifan. Par un habile subterfuge, il amena les citoyens à totalement l’innocenter et même, à le poser comme celui qui allait sauver le village. Mais ce qu’il n’avait pas prévu, c’est que ces histoires allaient désigner le coupable parfait : Juros. Les habitants l’accusèrent d’avoir tué sa femme, son fils et l’amant de sa femme par jalousie et méchanceté. Ils étaient persuadés que c’était lui, le mal envoyé par Shayon et le responsable de tous leurs maux. Il fallait bien un coupable. La peine de Mort n’étant pas légale à Balian, ils choisirent un sort pire que la prison, voir que la Mort elle-même : l’exil dans les Terres Blanches. Afin de sauver sa peau, Rongalia approuva et jeta lui-même son fils dans les Terres Blanches, se posant en héros qui sacrifiait sa propre chair afin de sauver le village… Quelques jours plus tard, l’herboriste trouva un remède au maux des enfants et la pluie revint enfin… Mais il le savait au fond de lui, tout ceci n’était pas l’œuvre d’Ashima…

– Par Ashima, Rongalia… Qu’as-tu fait… Tout ceci… C’est impossible… Mais alors tes yeux…
– Il se les ait crevés. Continua Lexas.
– Rongés par les remords, Ashima ne cessait de m’envoyer des visions de Morts et m’accablait de cauchemars… Je n’ai pas eu le choix… Je ne voulais plus rien voir…
– Et il savait très bien que le Démon était Juros. Il l’a caché, ne souhaitant pas revoir cette histoire surgir… Lexas continua l’histoire. Imaginez que le Démon raconte sa version des faits ! Enfin si c’est possible…
– Non, je ne le savais pas !
– Inutile de me mentir Moine…
– Monsieur, que faisons-nous ? Cette histoire ne nous regarde plus, nous avons fait notre part. C’est au village de décider quoi faire de lui maintenant.
– Tu as raison Wanli… Nous avons assez perdu de temps…
– Je lui tranche la gorge Monsieur ?
– Non. Je pense que le laisser dans cet état est un sort pire que la Mort… Herboriste, veillez à ce que les habitants sachent ce qu’il a fait… Et vous Moine, essayez de vous faire pardonner par Ashima en dédiant les dernières années de votre vie à faire le bien… Cela vous sauvera peut-être…

Le Moine partit en sanglots tandis que l’herboriste s’éloigna de lui. De leur côté, les trois compagnons sortirent de la hutte et se dirigèrent vers l’Auberge afin de récupérer leurs affaires. Cependant, une question taraudait Lexas.

– Dis-moi Wanli… Quand je t’ai dit de lui trancher la gorge tu… Tu ne l’aurais pas fait si ?
– Bien-sûr que si ! Lorsque vous me demandez quelque chose, je le fais.
– Mais c’était du bluff ! Pour lui faire peur !
– C’était quoi ?
– Oh Lexas… Aryna éclata de rire. Il va falloir que tu apprennes à nous connaître…
– Je vois ça oui… Et que je fasse attention à ce que je dis…
– Tu es sûr de vouloir laisser la situation telle quelle ? C’est une sacrée histoire qu’on a là… Tu as le pouvoir de le juger en tant que Celestial…
– Que le village s’occupe de lui, ce sont leurs affaires… Bien… Où allons-nous désormais ?
– Eh bien pendant que tu dormais paisiblement, Aryna lui fit un sourire moqueur, je suis allée me renseigner aux alentours pour voir s’il n’y avait pas des traces de la présence d’une des concubines.
– Et tu as trouvé quelque chose ?
– Je pense… Certains nomades m’ont parlé d’une grotte qui abritait un Dragon… Elle ne cesse de cracher fumée et feu et de gronder…
– Un Dragon ?! Attends, attends ! Non… Non ! Me dis pas qu’il y a des Dragons !
– Bien-sûr que non ! Cependant, j’ai ma petite idée sur ce qui se passe dans cette grotte. Et de qui est la Dragonne qui l’occupe…

A peine quelques minutes plus tard, leur Dracarosse passa les lourdes portes en bois qui étaient désormais ouvertes. Lexas était mitigé, il avait d’une part l’impression d’avoir fait le bien, d’avoir agi. Il avait sauvé le village avec l’aide de ses concubines, et avait levé le mystère d’une enquête en un clin d’œil. D’un autre côté, il avait honte de n’avoir joué qu’un rôle minime dans cette affaire et d’avoir résolu cette mini enquête si simplement, sans même l’avoir voulu… Il se sentit effrayé : il réalisa pour la première fois que sa capacité était peut-être plus puissante qu’il ne l’aurait imaginé… Quoi qu’il en soit, il était content d’une chose : il avait enfin l’envie de se prendre en main ! Et ça, c’était un sentiment qu’il chérissait.

Il ne leur fallut que peu de temps afin d’atteindre la destination désirée. Cependant, Lexas se demanda une chose : comment diable Aryna avait-elle pu se repérer avec les indications données ?! À leur départ de Balian, le garde de la porte leur avait indiqué l’itinéraire afin de se rendre à la fameuse montagne du Dragon…

–  Ahhhh cette montagne dont tout le monde parle ces derniers temps ? Oh oui pour sûr, entre le Démon et ça, les choses vont mal ma p’tite demoiselle. Pour vous y rendre c’est très simple, c’est qu’à quelques heures d’ici. Là vous prenez plein ouest jusqu’à la rivière jaune, après, vous prenez au nord vers le bosquet de Chyne, ici vous aurez des arbres morts et de là c’est au nord-est jusqu’au pic de Birbarie. De là au Nord puis au Sud-Ouest… Non plutôt au sud-est au croisement parce que sinon vous allez pas la voir la montagne. Bon et là, quand vous verrez la montagne y aura deux ponts, il faut prendre celui de gauche car sinon vous allez être coincés du mauvais côté du ravin. Après c’est tout droit, c’est plutôt simple.

Aryna avait tout retenu de tête et par il ne savait quel miracle, elle les avait conduits à bon port sans jamais se tromper de route… Après avoir quitté la forêt où se trouvait Balian, ils s’enfoncèrent un peu plus profondément encore dans les Terres du Nord et étaient maintenant dans une zone montagneuse, où les ponts qui reliaient les routes étaient nombreux et dangereux. Les arbres étaient rares, et la flore était plutôt composée de fleurs et de buissons. Lexas profita du chemin pour s’exercer au maniement de petits objets de sa main gauche. C’était la première leçon de Wanli : pour être habile au combat, il fallait être habile de ses deux mains. En essayant pour la centième fois de faire tournoyer un couteau de sa main gauche, lui qui était droitier, le Gardien comprit que son entraînement allait être long. Mais qu’importe, il se sentait motivé, peut-être était-ce dû à sa récente aventure, ou alors au fait qu’il avait désormais deux sublimes jeunes femmes à ses côtés et qu’il voulait les impressionner. Quoi qu’il en soit, il parvint juste avant l’arrivée à réussir son tour… Ce que Wanli ne vit pas…

– Voilà, nous y sommes. La Montagne du Dragon… Aryna sauta du Dracarosse.
– Elle s’appelle vraiment comme ça ?
– Oui, depuis quelques jours… Sinon c’est… Juste une montagne en fait.
– Et pourquoi est-ce qu’ils l’appellent la Montagne du…

BOUM ! Une énorme détonation retentit. Des cavités de la montagne sortirent d’immenses flammes, suivies d’une épaisse fumée noire, comme si la montagne elle-même respirait. Lexas sursauta tandis que Wanli fit tourner sa Hallebarde en se mettant en garde. Aryna quant à elle, saisit une besace et commença à avancer.

– Bon, vous venez ? On a pas que ça à faire !
– Tu, tu… Tu veux entrer ?
– Bien-sûr !
– Mais on va brûler vifs !
– Mais non… Allez…

Lexas regarda Wanli qui semblait plus rassurée que lui. Il fit donc confiance à Aryna et la suivit. Il était assez aisé de parcourir les flancs de la montagne, il y avait peu de végétation puisque celle-ci avait brûlé, et il y avait peu de dénivelés difficiles. De nombreuses petites cavités étaient logées dans la roche, plus ou moins grandes, et le chemin semblait plutôt sûr. Du moins jusqu’au moment où ils arrivèrent devant une immense grotte et passèrent à deux doigts de finir en viande grillée lorsqu’un nouveau souffle de feu arriva.

– Aryna ! C’est trop dangereux ! On va rôtir comme des poulets !
– Mais non, mais non, il lui faut un peu de temps avant d’enclencher de nouveau.
– Mais de quoi tu parles enfin !?

Sans en dire plus, Aryna s’enfonça dans les entrailles de la montagne, suivie par ses deux amis. Lexas avait les jambes qui tremblaient, mais il se martelait sans cesse de montrer plus de courage ! Après quelques secondes de marche, Aryna s’arrêta.

– Mince !
– Quoi, quoi, quoi ? Lexas regarda tout autour.
– Vous avez prit une torche ?
– Euh moi non… Wanli ?
– Non mais Mademoiselle vous n’avez pas besoin de…
– Si, il faut une torche… On doit… Aryna ne pu terminer sa phrase. La terre se mit à trembler. Oh… C’est pas bon ça… Elle s’est améliorée ! Vite, venez ! Dans cette cavité là, au galop !

Aryna attrapa Lexas et de justesse, ils se glissèrent dans une étroite cavité, où le Gardien fût prit en sandwich entre les deux jeunes femmes, non sans lui déplaire… Les tremblements étaient de plus en plus puissants et un bruit sourd s’éleva en écho dans la grotte… Aryna leva la tête.

– Wanli ! La grosse racine au-dessus de nous, tu peux la couper ?
– Oui.
– Alors fais-le !

Sans en demander plus, Wanli glissa sa hallebarde le long de leurs corps et d’un petit mouvement, trancha la racine comme du beurre. Le gros bout de bois tomba droit dans la main d’Aryna, qui la tendit au moment où un énorme flot de flammes envahit le couloir. Aussi vite qu’il était arrivé, ce piège de feu disparut. Les jeunes gens sortirent de leur cachette et purent enfin se repérer dans l’obscurité naissante.

– Et voilà ! Une torche, une !
– Mais… Comment tu as pu penser à ça dans cette situation ? Et pourquoi ça brûle comme ça !
– Le talent, le talent… Et ça brûle comme ça car cet arbre est gorgé de résine. La résine ça brûle vachement bien. Mais ne traînons pas, cette torche de fortune ne tiendra pas longtemps. Vite.

Tout en s’enfonçant dans la montagne, Lexas essayait d’admirer les lieux… Mais il fût déçu, lui qui s’attendait à des pierres précieuses, des champignons lumineux et autres merveilles, il n’y avait ici que des pierres recouvertes de suie. Wanli prit la parole.

– Regardez ça… Avec tout ce feu et cette fumée toute la grotte est complètement noire ! C’est dommage…
– J’avoue… Pour ma première fois dans les entrailles d’une montagne… J’aurai espéré mieux…

Lexas soupira et les trois compères arrivèrent après quelques minutes de marche au cœur de la montagne, composé d’une immense salle de roche. Ce n’était pas une salle sculptée par la main de l’homme, mais par la montagne elle-même. Le plafond, situé à plusieurs mètres au-dessus de leurs têtes, était entièrement composé de stalactites mais au grand désespoir de Lexas, elles aussi étaient noires de suie. Rien ne brillait mais pourtant, cette immense place était éclairée, et pas qu’un peu. Au centre de celle-ci flottait une petite lumière bleue, terriblement puissante, à telle point qu’elle éblouissait le Gardien lorsqu’il la regardait. Aryna et Wanli regardèrent autour d’elles, mais tout était silencieux. Dans un petit renfoncement, ils aperçurent un sac de couchage et des vivres. Aryna prit une profonde inspiration et hurla…

– Montre-toi Dragonne !!!!

L’écho des lieux était tel que sa phrase se répéta cinq fois dans la salle puis continua son chemin dans les dédales. Puis, après quelques secondes, une voix revint vers eux.

– A terrrrrrrre !!!!

Les amis se regardèrent, puis décidèrent de faire ce que la voix conseillait. Il se mirent à terre et après une puissante détonation , le plafond de la grotte fut inondé par les flammes. Malgré la menace que représentait celles-ci, ils étaient malgré tout, tous les trois fascinés par la beauté du spectacle. Les couleurs dansaient entre elles dans un balai de flammes jaunes et bleues et la chaleur qu’elles apportaient était presque réconfortante. Cependant, la scène ne dura que très peu de temps, et lorsqu’ils se relevèrent, ils aperçurent une silhouette approcher au devant des flammes, comme si elle en sortait. Celle-ci s’avançait depuis une longue ouverture dans la roche, la silhouette mise en valeur par le feu qui continuait son chemin derrière elle. Lorsque les flammes quittèrent la montagne, la Dragonne était plongée dans le noir, cachée dans un recoin de la grotte.

– Qui êtes-vous misérables humains pour venir déranger la Dragonne !
– Aryna s’avança. Nous allons te couper la tête, vil animal !
– Ah oui ? Je serais curieuse de voir ça… Approche !
– Tu ne pourras pas me suivre à cause de tes deux énormes… Ailes…

Lexas était captivé par la scène ! Que se passait-il ? Qui était cette Dragonne ? Il ne bougeait plus et attendait la suite… Il s’attendait à un combat féroce entre les deux individus et comptait prendre des notes… Mais à sa grande surprise, la suite fut une explosion de rires.

– Sérieusement ? La Dragonne ! Ils m’appellent la Dragonne ?
– Mais oui ! Tu les verrais, la queue entre les jambes ! “Oh Concubine aidez-nous, un Dragon est apparu dans la Montagne, oh, ohhhhh !”
– Un Dragon ? Un Dragon ? Mais d’où est-ce qu’ils peuvent sortir ça ? Ils ont pas assez de fantaisies avec les Démons et autres entités ? Un Dragon… Ah ah ah ah ah ah !!!!

Aryna s’approcha de la silhouette et la prit dans ses bras. Wanli s’avança à son tour et fit de même, tandis que Lexas restait à l’écart, complètement perdu. S’ensuivirent des cris de joie et des étreintes, que Lexas ne comprenait pas vraiment non plus… Finalement, il vit les trois silhouettes revenir vers lui. Il écarquilla les yeux… C’était une bien charmante Dragonne…

– Ah ah ah. Ahhhhh… Aryna reprit son souffle. Lexas ! Voici Tsomy ! Tsomy, voici Lexas, ton Celestial.
– Mon Celestial ? Oula… Les choses vont si mal dehors ?
– T’as pas idée…
– Hum… Je suis là depuis deux semaines alors je…
– Deux semaines… Hun… Faut toujours que ça aille par paire hein !

Lexas regarda bouche bée Aryna s’amuser à faire semblant de vouloir toucher la poitrine de la Dragonne… Et il fallait se rendre à l’évidence, Tsomy avait un physique très, très, très développé…

– Lexas ! Ferme la bouche ! Tu pourrais au moins saluer ta Concubine !
– Je… Je suis vraiment désolé euh… Tsomy ? Excuse-moi.
– Oh malheureusement j’ai l’habitude… Les gens regardent plus mes seins que mes yeux…
– En même temps si je peux me permettre Tsomy…
– Tu peux te le permettre Wanli.
– Ils sont quand même… Très impressionnants… Wanli regarda sa propre poitrine, qui semblait minuscule à côté.
– Ah ah ah ah ! Ne t’en fais pas, on a tous nos points forts n’est-ce pas ? Un des miens se voit plus que les autres voilà tout ! Bon alors ? C’est quoi l’histoire ?
– Maartkham est en danger, le Grand Ordre va attaquer d’ici peu, on réunit l’équipe…
– La Haute Concubine réunit l’équipe ? Oula… C’est si mal parti ?
– Oui…
– Pardon les filles pardon mais…
– Oh oui hum… Aryna se racla la gorge. Laisse-moi te dire Tsomy, que notre cher Celestial aime bien connaître les détails sur ses concubines. C’est rare oui, je sais, mais intéressant. Tu te présente ? Ou je le fais ?
– Je t’en prie. Attends Aryna tu… Toi aussi tu es sa Concubine ?
– Non ! Je suis sa Concubine en Chef !
– Concubine en… Petite garce !
– Tu en doutais ?
– C’est moche ! Très moche ! Tu joues de tes privilèges !
– Bleuh bleuh bleuh bleuh.

Aryna tira la langue à Tsomy et les deux jeunes femmes perdirent vingt ans d’âge mental. Lexas n’en revenait pas ! Jamais il n’avait vu Aryna dans un tel état. Elle qui était toujours si sérieuse, si agressive, elle était redevenue une gamine qui faisait des grimaces à sa copine ! Wanli s’approcha doucement de Lexas et lui chuchota quelques mots.

– Hum Lexas… Un mot ? Ils se mirent légèrement en retrait. Comme vous le savez, voici Tsomy. Ne faites pas attention à Mademoiselle Aryna, lorsqu’elles sont ensemble elles deviennent… Disons… Enfin vous le voyez bien. Ne vous en faites pas, ça va leur passer… Les deux jeunes femmes en venaient maintenant aux mains et s’amusaient à lutter. Quoi qu’il en soit, Tsomy est la doyenne de notre promotion. C’est une femme d’une grande sagesse !
– Je vois ça… Lexas regardait Tsomy essayant d’étouffer Aryna de sa poitrine. Elle aussi est spéciale j’imagine… Vu l’état des lieux…
– Affirmatif. Tsomy est une experte en explosifs. Nous sommes toutes entrées en même temps à l’Académie des concubines, et elle a toujours eu des soucis avec la Haute Concubine. Elle a toujours aimé faire exploser des choses et jouer avec le feu… Mais rassurez-vous ça va mieux aujourd’hui !
– Tu m’en diras tant… Lexas regardait maintenant la grotte calcinée autour de lui.
– Quoi qu’il en soit c’est une grande guerrière elle aussi. Elle est capable de maîtriser les explosions avec une telle aisance que beaucoup pensent que c’est une Gardienne.
– Et s’en est une ?
– Non, c’est seulement une alchimiste de génie. Oh pardon ! Quand je dis “seulement” je ne veux pas lui manquer de respect, loin de moi cette idée Monsieur.
– Je me doute… Bien d’accord, elle maîtrise les explosifs et le feu mais… Pourquoi est-elle ici au juste…
– Je suis ici pour ça !

Tsomy montra la source lumineuse du doigt. Elle était redevenue sérieuse, même si Aryna semblait avoir encore quelques bêtises en réserve… Elle s’approcha de Lexas et se mit à son niveau. Il pouvait sentir l’odeur de brûlé et de fumée provenant de ses vêtements, et elle était recouverte de suie ici et là. En se fiant à sa peau presque aussi noire que la suie qui recouvrait ses vêtements, son accent léger et sa façon de se tenir, Lexas en déduit qu’elle venait du Sud. Elle fixa la lumière et enchaîna.

– Savez-vous ce que c’est ?
– Je dois avouer que j’en ai absolument aucune idée…
– C’est une faille…
– Une faille, ça ? Si lumineuse ? Tu veux dire que ça, c’est un passage vers le Monde des Anciens ?!
– Si on veut… C’est plus complexe que ça mais pour faire simple il s’agit simplement d’une toute petite ouverture vers le monde des Morts, d’où se dégage du Ta’Rian. C’est par ce genre de faille que le flux de Ta’Rian se déverse continuellement dans notre Monde.
– Et elle va s’agrandir ?
– On a pas connaissance d’une faille qui se soit agrandie non… Tout ce que l’on sait, c’est qu’elle est dangereuse…
– Comment ça ?
– Eh bien, si les gens apprennent qu’une faille est présente ici, vous allez voir débouler des tas de fanatiques : des Gardiens qui vont vouloir l’utiliser pour des rituels, des religieux qui vont y voir la volonté des Dieux, des voyous qui vont vouloir l’étudier ou en faire un business bref… Rien de bon… Sans parler du fait qu’une exposition prolongée au Ta’Rian est extrêmement dangereuse, même pour des Gardiens.
– Et nous sommes là, tranquillement ?
– Oh ne vous inquiétez pas, je parle de plusieurs heures, pas de quelques minutes.
– Bien euh d’accord bon… Et du coup que fais-tu ici ?
– Je suis là sur ordre de la Haute Concubine, comme vous vous en doutez. Elle a eu vent de la présence de la faille, ne me demandez pas comment, et m’a chargé de la sceller…
– Et tu y parviens ?
– Pas le moins du Monde… Je ne sais même pas comment faire. J’ai bien étudié des écrits sur la question, mais ils ne parlent tous que de l’élue, du Phoenix, celle qui se lèvera quand le Monde sera au bord du gouffre bla bla bla… Tsomy regarda Aryna et elles firent la grimace ensemble. Dans tous les cas, je doute que quelqu’un sache comment faire… Et même si c’était le cas, je n’ai pas spécialement envie de parcourir le monde juste pour trouver cette personne… Du coup, je fais ça à ma manière.
– Qui est ?
– De sceller les lieux ! Je vais faire s’effondrer la montagne dessus !
– QUOI ? Aryna, Wanli et Lexas crièrent à l’unissons. 
– Quoi, quoi ? J’ai pour ordre de sceller la faille. Si on ne peut pas agir directement sur la faille, autant agir sur ce qui l’entoure non ?
– Attend attend… Aryna s’approcha. Tu vas quand même pas faire s’effondrer la Montage Tsomy ! On a pas le droit !
– Ah bon ? Pourquoi ça ?
– Et ba je euh… J’en sais rien mais… Mais bon c’est une montagne !
– Oh oui ça repoussera t’en fais pas ! Mais au moins, plus de soucis ! Hop, affaire réglée, au suivant ! N’est-ce pas Lexas ? Tsomy se retourna vers lui.
– Euh moi ? Euh oui j’imagine je…
– Oh je te vois venir toi ! Aryna montra Tsomy du doigt. Ne commence pas à profiter de son côté pervers pour le mettre dans ta poche !
– Moi ? Faire ça ? Noooon… C’est pas mon genre tu le sais… Tsomy fit un large sourire à Aryna, qui plissa les yeux pour manifester son doute…
– Ecoutez les filles je… Je suis encore un peu perdu avec tout ça, je vous fais confiance… Mais si on pouvait juste sortir avant que tout ne saute ça serait pas mal parce que…

Lexas ne put finir sa phrase. Soudain, en écho dans les couloirs, résonnèrent des hurlements… Des hurlements un peu trop familiers à Lexas… Des hurlements qu’il aurait préféré ne jamais ré-entendre…

– Monsieur Lexas…
– J’entends Wanli… Des Errants…
– Et pas qu’un peu ! Aryna attrapa ses sabres.
– Oh c’est euh… C’est possible qu’ils n’aient pas trop apprécié que je casse tout…
– Comment ça Tsomy ?
– En réalité il y a une horde coincée dans un gouffre… Je n’y ait pas prêté attention, mais c’est possible qu’avec l’effondrement des roches, ils aient trouvé un moyen de grimper… Avec votre arrivée j’ai fait une pause…
– Et… ? Aryna plissa les yeux de nouveau.
– Et ba… Puisque j’ai condamné presque toutes les issues… Ils arrivent sûrement vers ici…
– Tsomy c’est pas vrai !!!!
– Mais j’allais tout faire sauter moi ! Si vous n’étiez pas arrivé j’aurai déjà tout condamné ! Je viens de finir de tout mettre en place pour le bouquet final ! J’avais pas prévu que vous viendrez tout retarder !
– Ca va être notre faute en plus ! Mais ça t’arrive de réfléchir ou toute ta matière grise a été foutue dans tes deux gros obus !
– Ahhhh ! Tu vas pas recommencer !
– Euh les filles… Ils arrivent ! Je serai ravi de vous voir vous affronter dans un jeu de mot pervers, mais après !
– Attendez ! Qu’est-ce qui se passe ? La faille elle… Elle est… Wanli s’était rapprochée de la faille et tendait la main vers elle.
– Wanli ! Non !

Tsomy essaya d’avertir Wanli mais il était trop tard, sa curiosité avait prit le dessus et la jeune guerrière s’était approchée un peu trop près de la faille. Une puissante impulsion d’énergie en jaillit et la fit voler dans les airs tel un pétale de rose. Elle s’écrasa lourdement à l’autre bout de la grotte et son crâne percuta un caillou. La jeune femme perdit connaissance. Lexas voulu se précipiter vers elle.

– Wanli !
– Lexas non ! Aryna le retint. Attends ! Il faut qu’on sache d’où sortent les Errants !
– Par Ashima comment on peut faire ça ! Les échos rendent ça impossible ! Il y a des couloirs de tous les côtés, ils peuvent sortir de n’importe lequel !
– Justement ! Ne va pas mettre vos deux vies en danger ! On va devoir… Oh… évidemment …

Des deux couloirs entourant le corps de Wanli surgirent des hordes d’Errants. Lents et calmes, ils cherchaient juste la sortie par instinct… Aryna attrapa Lexas et Tsomy et les amena se cacher derrière une large roche.

– Restons cachés le temps qu’ils passent !
– Mais Wanli saigne ! Il faut se dépêcher !
– Et après quoi ? Tu cours l’attraper et ? Tu as envie d’avoir les Errants aux fesses, avec Wanli dans les bras ?
– Non mais… Elle va…
– Elle est inconsciente, ils ne la remarqueront pas ils sont bien trop stupides !
– D’accord, d’accord… Suivre les conseils de ma Concubine en Chef…
– Exactement !
– Mais qu’est-ce qu’il s’est passé au juste ?
– Je ne pensais pas qu’il était utile de le préciser… Tsomy tripota ses doigts. La faille est instable, si on s’approche un peu trop ça crée une sorte d’appel ou je ne sais pas quoi, et il y a une petite explosion qui libère du Ta’Rian. On dirait que ça réagit à l’âme humaine…
– Le plus important dans l’immédiat c’est de sortir d’ici, la théorie attendra ! Tsomy, tu dis que t’étais prête à tout faire sauter ? D’où ?
– Oui, vous êtes arrivés au mauvais moment ! Quelques minutes plus tard et je vous aurai enseveli ! Le détonateur final est à la sortie ouest de la grotte !
– Bien, alors prévoyons de sortir par…

Aryna se tût et se retourna… Dans un nouveau couloir derrière eux, une nouvelle bande d’Errants apparut…

– Oh c’est pas vrai ! C’est une blague ! Ils sont combien ? Elle s’énerva.

Soudain, une énorme explosion parvint de l’un des couloirs, laissant s’échapper un nuage épais de fumée. Attirés par celui-ci, certains Errants changèrent d’itinéraire et y allèrent… Sans réaliser que la faille était en plein milieu de leur trajectoire. A tour de rôle, ils furent expulsés à droite et à gauche tout comme Tsomy. Ceci créa une confusion générale et sans savoir pourquoi, les Errants commencèrent à s’énerver et à courir partout.

– Ca réagit à l’âme hein ?! Alors pourquoi ces cons là sont projetés aussi !?
– Mais j’en sais rien Aryna !!!! Moi je suis là pour tout casser !
– Les filles ! Les filles ! Ils arrivent !!!! Ahhhh !!!

Lexas recula et vit la tête d’un Errant valser juste devant lui, tranchée par le sabre d’Aryna. Tsomy se releva à son tour, attrapa une petite boule dans sa poche et la lança. Ceci créa, quelques secondes après, une terrible explosion qui fit valser et cramer une horde entière, ayant pour effet de détourner l’attention des autres. Aryna continua à trancher des têtes et s’adressa à Lexas.

– Lexas ! Plan B !
– Ah parce que y a un plan B ??!!
– Fonce chercher Wanli et rejoins la sortie Ouest ! Nous on te couvre ! Allez !
– Oui d’accord, d’accord ! Mais couvrez-moi vraiment !

Sans réfléchir, Lexas fonça vers Wanli, suivi de près par les deux autres concubines. De ses lames, Aryna découpait sans sourciller tout ce qui s’approchait d’eux, tandis que Tsomy, à l’aide d’une petite poudre, crachait du feu tout autour d’eux. Lexas était impressionné par la manœuvre et se dit que finalement, la Dragonne était un surnom qui lui allait bien. Il ne savait pas comment, mais il pouvait avancer droit devant, sans se soucier des Errants, les concubines lui ouvrant la voie avec une précision chirurgicale. En quelques secondes, couverts de sang, ils arrivèrent à Wanli.

– Ahhhh non ! La dernière explosion lui a fait tomber des roches dessus ! Il me faut un peu de temps !
– On s’en occupe mais par pitié Lexas, dépêche toi !
– Je fais que ça !
– Aryna ! Déferlante !!!! Tsomy hurla.

Aryna se jeta immédiatement sur Lexas et le prit dans ses bras pour le protéger de son corps. Tsomy, dans un immense cri de rage, provoqua une tempête de flammes tout autour d’eux. Une vague de feu s’abattit sur les Errants, qui furent calcinés sur place. La cracheuse de feu se retourna et hurla :

– Aryna ! Maintenant !

La Concubine en Chef se releva, fonça vers Tsomy qui plongea sur le dos et se servit de ses deux jambes pour donner un appui à Aryna. Dans une chorégraphie parfaite, Aryna fut projetée au-dessus des flammes et virevolta avec grâce. Elle n’avait même pas touché le sol qu’elle découpa de l’Errant à la volée. A peine avait-elle touché le sol qu’elle se lança dans une course en tournoyant dans tous les sens. Tsomy vint aider Lexas à dégager les roches. Elle remarqua que son épaule était en sang.

– Lexas ! Votre épaule !
– C’est rien ! J’y suis presque, il n’y a plus que cette pierre là et… Va aider Aryna Tsomy !
– J’aimerai bien, mais à part mes bombes il ne me reste rien ! Si j’en abuse, on n’aura pas le temps de sortir de là avant que…
– Tsomy ! C’est quoi ça ?! Aryna cria tout en combattant.

Tsomy regarda Aryna qui lui fit signe de regarder vers la sortie, où une sorte de câble était prit dans les pieds d’un Errant qui se dirigeait vers eux.

–  Oh non ! Non ! Non c’est pas vrai ! Mais c’est vraiment des plaies ces trucs ! Rha !

Elle se releva, sortit une petite bombe de sa poche et fonça vers l’Errant en question. Elle l’attrapa par la gorge et lui plongea la bombe dans la bouche, avant de lui asséner un énorme coup de pied qui le projeta en arrière. Dans un petit boum presque mignon, sa tête explosa comme une pastèque.

– Cons d’Errants ! C’est pas possible ça ! Fait chier !
– Qu’est-ce que c’est Tsomy ? Aryna criait de l’autre bout de la grotte.
– C’est le câble du détonateur ! Cet abruti l’a embarqué au passage !
– Et ?
– Et ba c’est pas très bon !

Mais Aryna ne pût répondre, la Concubine en Chef était en train de se faire dangereusement acculer contre un mur par un nombre trop important d’ennemis. Tsomy remarqua la hallebarde au sol près de Lexas, courut vers celle-ci, l’attrapa et la lança à son amie. Seulement, elle embrocha au passage un Errant qui vint se planter juste à côté de la jeune femme.

– Ah ba merci !!!!
– Ah oui ben moi j’ai pas l’habitude de manier des trucs si gros hein !
– Fous toi de moi en plus !!!!

En rigolant, Aryna parvint à dégager l’arme et tourbillona afin de renverser la situation. Elle était aussi à l’aise qu’avec ses sabres visiblement. Après avoir fait le ménage, elle rejoignit Lexas et Tsomy. Le Gardien finit de dégager la dernière pierre coinçant Wanli.

– Ca y est ! Elle est dégagée ! Poussez-vous, je vais la porter !
– Lexas, ton épaule !
– C’est rien ! Allez on dégage !
– On te suit ! Aryna se releva et le colla.
– Ok euh ouais ok ! La Sortie Ouest ! Ouais c’est… C’est laquelle par Ashima !
– Là !

Tsomy lui montra la sortie et Lexas, péniblement, fonça vers celle-ci. Son épaule le lançait, et les flashs qui lui parvenaient de Wanli l’empêchait de voir clair. Mais il luttait, il le savait, s’il laissait les flashs l’aveugler, il allait mettre en danger tout le monde ! Il essaya de faire le vide dans son esprit et de contrôler ses visions ! Il ferma les poings en portant Wanli, afin d’avoir le moins de contact avec elle. Tsomy lança une puissante grenade derrière eux, afin de tenter de retarder les Errants, mais c’était celle de trop et le tout commença à devenir instable, en particulier le couloir qu’ils empruntèrent. Les trois aventuriers foncèrent têtes baissées vers la sortie ouest, sortie près de laquelle Tsomy avait minutieusement placé le détonateur final, qui permettrait de faire s’effondrer l’immense grotte sur elle-même. Les détonations qu’avaient entendu les nomades et les villageois au fil du temps étaient des préparatifs, durant lesquelles la jeune artificière faisait s’effondrer méticuleusement des parois et des voûtes pour être sûre que la montagne s’effondrerait sur elle-même et non pas sur les alentours. C’était un travail minutieux, qui lui avait demandé énormément de temps. Déjà, la montagne était un vrai labyrinthe, entre l’exploration, les repérages et la fabrication des explosifs, il lui avait fallu des jours et des jours pour enfin pouvoir lancer le bouquet final. Mais surtout, le noir total qui reignait sur les lieux avait considérablement retardé son travail. Dans son métier, il valait mieux se méfier lorsqu’on s’éclairait avec une torche… Elle était à deux doigts de lancer le bouquet final, mais elle ne s’attendait sûrement pas à un tel public.

– Les filles là ! Je vois la lumière ! On y est presque !
– Fonce, fonce !

Ils étaient à quelques mètres à peine de la sortie mais Tsomy s’arrêta net ! Elle semblait affolée.

– Le détonateur ?! Où est le détonateur !
– On verra plus tard Tsomy !
– Non ! On doit tout faire sauter, c’est notre seule chance !
– Rha mais tu ! Laisse-tomber, si l’autre abruti l’a embarqué on le retrouvera pas !
– Il a pas pu le tirer bien loin d’ici !! Où est ce putain de détonateur ! Tsomy regarda difficilement autour d’elle. Là-bas ! Là !

La femme désigna du doigt un petit gouffre dans lequel plongeait le câble. Le détonateur avait dû tomber dedans. Elle s’avança mais constata que la horde était bien plus proche que prévu !

– C’est qu’ils courent vite ces machins !
– Tsomy recule !

Aryna attrapa son amie et la lança vers la sortie où se trouvait Lexas. Celui-ci rentra de nouveau dans la grotte et hurla.

– Aryna laisse tomber on reviendra ! Reviens !
– Et on fait comment avec les Errants aux fesses ? On saute dans le vide ?!
– On trouvera une solution ! Viens !
– J’ai déjà trouvé la solution ! Sortez de là !
– Aryna non ! Tsomy s’avança à son tour. C’est trop instable, au moment où ça va péter tout va s’effondrer ! Même pour toi c’est trop ! Tu es épuisée, tu ne vas pas pouvoir…
– Dehors !
– Aryna !
– J’ai dit dehors ! Tsomy ! Je vous jure que si vous dégagez pas c’est moi qui vous tue ! Dehoooors !

Tsomy fit la moue, puis se tourna et attrapa Lexas.

– Tsomy non ! Lâche moi ! Non !
– Venez Lexas vite !
– Non !

Lexas ne voulait pas se laisser faire, aussi, devant sa résistance, Tsomy dut appuyer sur sa plaie à l’épaule pour le faire plier et le traîner dehors. A peine avaient-ils franchi le seuil de la grotte qu’une puissante explosion résonna, et en une fraction de seconde, tout s’effondra derrière eux. Une épaisse fumée recouvra la zone et des pierres vinrent les marteler sans relâche. Lexas avait l’impression d’être en zone de guerre. Il ne sait après combien de temps, mais l’air devint à nouveau respirable et il pût apercevoir quelque chose… Il toussa, enleva de la poussière de ses épaules et vérifia que Wanli était toujours posée devant lui. Il regarda la grotte d’un air livide, puis s’avança lentement vers elle, tel un Errant…

– C’est pas vrai… C’est une blague hein ?

Lexas s’appuya contre la paroi, anciennement ouverture de la grotte, tomba à genoux et commença à enlever de petits rochers, un par un. Tsomy s’approcha de lui et constata des larmes sur ses joues. Son épaule était rouge de sang, mais il ne s’arrêtait pas. Il enlevait les pierres, une par une, aussi insignifiante soit-elle…

– Lexas…
– Non, non, c’est pas vrai. Pas comme ça, pas comme ça…
– Ca ne sert à rien…
– Non pas Aryna, pas comme ça… C’est pas possible, c’est pas possible…
– Ce que je veux dire c’est que…
– C’est à cause de moi, à cause de moi…
– On devrait vraiment partir…
– Hors de question, elle est là, derrière… On doit la ramener… La ramener avec nous… Elle… Pour nous elle a… Elle… Les larmes coulaient à torrent sur les joues de Lexas.
– Non Lexas… Faut y aller avant que…
– NON ! Lexas se releva, les yeux rempli de larmes ! Je la laisse pas ici ! Avec ces choses ! Je la laisse pas ici sous ces pierres ! On a pas le droit ! Je suis son Celestial je…
– Tsomy le prit par les joues et l’obligea à la fixer. Lexas… En tant que votre concubine voir votre réaction me fait vraiment chaud au coeur… Mais on doit partir d’ici. Maintenant… Ou elle va…
– Non pas sans elle…
– Oh c’est pas vrai… Si on reste on va mourir !
– Alors je mourrai avec elle !
– Mais elle n’est pas morte nom d’une bombe !
– Quoi ?

Les yeux de Lexas, remplis de larmes, s’écarquillèrent ?

– Comment… Comment ça ? La terre commença à trembler…
– Oh oh… Faut vraiment y aller ! Aidez-moi, attrapez Wanli !

Sans vraiment savoir pourquoi, Lexas se leva, attrapa Wanli de sa main valide et descendit à toute vitesse la pente de la montagne. Ils se précipitèrent tellement qu’ils manquèrent à plusieurs reprises de tomber et de se ramasser comme de grosses larves. Mais ils réussirent à s’éloigner suffisamment afin de ne pas être soufflés par l’immense explosion qui arriva subitement. De nouveau, la fumée et une pluie de pierre vinrent s’abattre sur eux. Après quelques secondes, Lexas leva les yeux vers le ciel. Qu’est-ce qui c’était passé ? Une bombe avait explosé en retard ? Impossible… Devant le soleil, il vit une immense boule de pierres qui volait dans les airs. Lexas se jeta sur Tsomy et Wanli.

– Attention Tsomy ! Une grosse pierre a été projetée ! Elle va nous écraser !
– C’est gentil de nous protéger mais… Vous voulez faire quoi ? Tsomy paraissait étrangement calme.
– Je sais pas je…
– Ah ah ah… Tsomy rigola. Rassurez-vous, cette pierre ne nous tombera pas dessus…
– Comment ça ?

Lexas regarda plus en détail la grosse roche… Effectivement, elle ne leur tomberait pas dessus, puisqu’elle lévitait dans les airs. Lexas se redressa et était perdu…

– Mais qu’est-ce que…
– Oh c’est bon arrête de te la raconter là ! Tsomy semblait légèrement vexée.
– Pardon ? Lexas ne comprenait pas.

Soudain, la grosse boule de pierre se décomposa en d’innombrables petites roches, qui tombèrent au sol dans une cascade de roche. En son centre, Aryna lévitait dans les airs, recouverte de suie et de poussière. Lentement, elle se posa à côté d’eux…

– T’en a mis du temps ma grande ! Et après ça se la pète…
– Qui c’est qui fait s’effondrer des montages sur les gens hein ? Et puis j’ai bien vu à ton regard que tu me pensais trop fatiguée et que tu t’inquiétais !
– Bah voyons… Rêve… Tsomy eut un petit rictus discret.
– Euh… Attendez, attendez euh…

Lexas fixa Aryna dans les yeux et pour la première fois, il semblait qu’elle avait peur de lui ou du moins, de ce qu’il allait penser… Il réfléchit quelques instants, mais la Concubine en Chef prit les devants.

– Oui bon de toute façon tu l’aurais bien deviné un jour… Je pouvais pas le cacher éternellement…
– Tu es… Une Gardienne… ?
– Ah parce qu’il le savait pas ? Ah bravo ! La Concubine en Chef qui cache des choses… Tsomy essaya maladroitement de détendre l’atmosphère.
– Tsomy…
– Bon bon ça va je m’en vais…
– Tu… Tu es une Gardienne mais… Pourquoi tu ne m’as rien dit ? Pourquoi l’avoir caché ?
– Ecoute je… Tu avais tellement de haine envers les Gardiens que je me suis dit que ça pouvait attendre un peu… Pour dire vrai je pensais pas devoir utiliser mes pouvoirs si tôt…
– Tu es une… Élémentaliste ?
– C’est une de mes capacités oui…
– Une ? Parce que tu en as plusieurs en plus ?
– Quelques unes oui… Écoute, je peux tout t’expliquer je…
– Euh ohé ! Les explications vont devoir attendre ! Wanli est en train de faire un arrêt cardiaque !
– Quoi ! Aryna et Lexas se précipitèrent sur elle. 
– Comment ça ? Qu’est-ce qui lui arrive ? Lexas paniqua.
– Elle a pris une décharge de Ta’Rian trop importante ! Son corps ne le supporte pas ! Aryna ?
– Oui, oui, je fais ce que je peux ! Aryna se pencha vers Wanli et posa ses mains sur la poitrine de la guerrière. J’ai utilisé beaucoup d’énergie vitale suite à ta folie destructrice !
– Et voilà, c’est encore ma faute !
– Les filles !
– Oui, oui ! Les filles se reprirent.

Aryna se concentra et positionna ses mains juste au-dessus de la poitrine de Wanli. Le silence régnait, jusqu’à ce que de petits bruits électriques se firent entendre. En l’espace d’une seconde, un puissant arc électrique passa des mains de la Gardienne à Wanli. Le choc fut si puissant que le buste de la guerrière s’éleva sur place. Tsomy se jeta sur Wanli et prit son pouls.

– Alors, Tsomy ?
– Non, non, non toujours pas ! Une autre !
– Une autre, une autre t’es marrante toi !
– Aryna, allez ! Un petit effort ! Je t’en prie !
– Mais je fais ne que ça ! Aryna se concentra de nouveau mais n’y arrivait pas. Lexas, Lexas vient à côté de moi !
– Pourquoi ? Lexas se mit à côté d’Aryna.
– Prends-moi dans tes bras !
– Non Aryna je… Je ne peux pas encore…
– Il le faut ! Ca sera rapide, Dépêche-toi ! T’inquiète pas, t’auras pas la puissance de me sonder, ni le temps ! Allez !
– Mais je… Je vais découvrir des choses je…J’y arriverai pas !
– LEXAS ! Maintenant !

Lexas, à contre-cœur, prit Aryna dans ses bras. Une fraction de seconde seulement après, un puissant arc électrique surgit des mains de la concubine en Chef et réveilla Wanli. De son côté, Lexas eut une immense baisse de régime, fit un petit malaise et tomba à la renverse. Tsomy prit Wanli dans ses bras pour lui offrir un dossier et la relever légèrement.

– Wanli, Wanli hé ! C’est moi ma grande, ça va ? Wanli regarde-moi.
– Où… Où est-ce que…
– Tout va bien, t’as assuré ! On est sortis, on va aller se reposer hein ? Tu m’entends…
– Le… Lexas ?
– Je vais bien Wanli je suis là je… Je suis sonné je… Oh par les Dieux… Lexas se relevait péniblement.
– Ahhhh… Wanli souria et du sang coula de sa bouche. Alors on a réussi notre mission hein ?
– Une larme parcourut la joue de Tsomy. Oui, oui on a réussi mais hé, hé regarde-moi, tu tiens le coup hein !
– Je vais…. Me reposer un… Un peu… Je…

Wanli perdit toutes forces et s’effondra de nouveau. Lexas eut un frisson, il ne savait pas pourquoi, mais il avait un très mauvais pressentiment… Tsomy la secoua pour essayer de la réveiller, mais cela ne marcha pas. Elle regarda Aryna, en essayant de rester calme, mais la panique se ressentait dans sa voix, tandis qu’elle secouait toujours légèrement Wanli.

– Aryna… Aryna… Son poul… Son… Ses larmes commencèrent à couler.
– Oui je sais, c’est pas bon du tout… Donne-moi là !

Aryna, pourtant exténuée, souleva Wanli et se mit à courir vers le Dracarosse en la portant. Tsomy la suivit de près, et Lexas se releva tant bien que mal pour essayer de suivre. Finalement, il arriva à leur niveau.

– Qu’est-ce qu’il se passe Aryna ?
– Son corps est en train de lâcher. Il ne supporte pas le Ta’Rian, elle est en train de mourir !
– Non, non, non Wanli ! Ma Wanli ! Tsomy ne pouvait plus retenir ses larmes.
– Quoi ! Mais ! Il faut l‘aider !
– Non c’est pas vrai !? Tu crois !
– Aryna ! Je suis sérieux !
– Moi aussi ! Il nous faut trouver Helmi !
– Helmi, qui est-ce ?
– Une autre de tes concubines !
– Je sais où elle se trouve Aryna. Tsomy sauta sur le Dracarosse en s’essuyant les larmes. Je l’ai croisée en venant ici. Elle est dans un orphelinat au nord d’ici !
– Alors on y va ! C’est la seule qui pourra l’aider.
– Aryna je… Je sais pas si elle tiendra jusque là, c’est assez loin je…
– On y va ! Maintenant !

Tsomy n’insista pas, elle regarda Aryna poser délicatement Wanli dans le Dracarosse. Il était rare de voir Aryna pleurer, si rare que cela paniqua encore plus la Dragonne. Sans un mot, ils montèrent tous trois dans le Dracarosse dans le but de s’enfoncer encore un peu plus vers le nord…

Voilà pour ce quatrième chapitre. J’espère vraiment qu’il vous a plu ! Vivement le cinquième, c’est un chapitre que je veux dévoiler depuis longtemps, et j’espère que vous serez au rendez-vous ! Si vous souhaitez voir cette suite d’ici quelques jours et que ce n’est pas fait, n’oubliez pas de me rejoindre sur Instagram

Merci infiniment d’avoir pris le temps de lire ce texte qui nous a demandé beaucoup de travail et à très bientôt pour la suite !

Multipotentialité : force ou faiblesse ? Article réflexion...
Précédent Multipotentialité : force ou...
Suivant T'es un artiste, tu fous rien...
T'es un artiste, tu fous rien...

2 Comments

  1. J’ai vraiment beaucoup aimé ! Au début avec le chapitre un j’avais un peu de mal, surtout à m’imaginer le monde et les personnages, mais plus ça avance et plus je m’y attache ! Ca marche bien. J’ai vraiment hâte de découvrir le prochain chapitre et de voir comment va évoluer l’histoire ! Je croise les doigts pour Wanli !

    • Bonjour Ami ! Merci beaucoup pour votre commentaire ! Ça fait vraiment plaisir de voir que quelqu’un apprécie le travail :D. J’espère que vous allez suivre les aventures jusqu’au bout et que vous prendrez plaisir à découvrir par la suite la saga principale ! N’hésitez pas à me rejoindre sur Instagram pour ne rien louper si ce n’est pas le cas !

Leave a comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Le clic droit est désactivé, merci de respecter mon travail. N'hésitez pas à me contacter si besoin.