0
Votre panier est actuellement vide

NAR – Chap. 05

— LA NAISSANCE DE L’AUBE ROUGE (NAR)
Préquelle 01 de la saga “Les Gardiennes d’Ashima”

CHAPITRE 05

Bonjour à vous et bienvenue dans ce premier chapitre de la première préquelle. Et bien-sûr, merci beaucoup de vous lancer dans l’aventure. Je ne vais pas répéter ce que j’ai déjà à maintes dans le journal de bord, mais c’est avec un mélange d’excitation et d’appréhension que je vous présente cette toute première approche de l’univers des Gardiennes d’Ashima. Alors sans plus tarder… Bienvenue dans ce Monde…

Résumé du chapitre précédent :

Après avoir retrouvé sa première concubine Wanli et triomphé du Démon qui menaçait le petit village de Balian au péril de sa vie, Lexas mit en lumière les événements ayant conduit à cette situation en exposant la trahison du Prêtre Rongalia. Sa concubine en Chef, Aryna, lui explique ensuite avoir retrouvé la piste de sa prochaine concubine, la Dragonne : Tsomy. Ils firent sa rencontre au cœur d’une gigantesque grotte et apprirent qu’elle était en mission pour sceller une dangereuse faille. Pour y parvenir, elle avait décidé d’utiliser la manière forte, en faisant s’effondrer la montagne dessus. Cependant, tout bascule lorsque Wanli est grièvement blessée par la faille, qu’elle eut subitement et irrésistiblement envie d’approcher. Contaminée par le Ta’Rian, sa vie est en danger, encore plus lorsque des hordes d’Errants déboulent dans la grotte. Après un rapide affrontement, les amis parviennent de justesse à s’échapper et réussissent à sceller les lieux. Lexas apprend alors qu’Aryna est une gardienne, une Élémentaliste qui manipule l’énergie vitale. Mais il n’a pas le temps d’en discuter avec elle : le Ta’Rian dégrade la santé de Wanli bien trop rapidement. Désemparés, ils décident de se rendre dans un petit orphelinat non loin, où se situe la troisième concubine de Lexas : Helmi. Selon les jeunes femmes, elle seule sera en mesure de faire quelque chose…

CHAPITRE 05 : Destinées croisées.

Allongée sur la banquette arrière du Dracarosse, Wanli avait le souffle court. La concubine transpirait à fortes gouttes malgré les tremblements de son corps. De petits gémissements de douleur sortaient de sa bouche dans un rythme de plus en plus inquiétant. En face d’elle, sur l’autre banquette, Lexas était assis aux côtés d’Aryna, qui gigotait nerveusement des jambes. Le Gardien découvrit encore une fois une nouvelle facette de sa concubine en chef, qu’il aurait préféré ne jamais voir…

– On arrivera à temps Aryna ! Grâce à toi, elle va s’en sortir !
– Je lui ai gagné du temps Lexas ! Mais pas assez ! Pas assez ! Parce qu’on ne va pas assez vite à cause de ces putains d’antiquités !

Aryna tapa du poing avec colère sur le plafond du Dracarosse. Lexas pensait entendre une petite réplique piquante de Tsomy, mais il n’en fut rien. Elle connaissait très bien Aryna et savait que ce n’était pas le moment de jouer avec ses nerfs, déjà à rude épreuve… Lexas se sentait coupable… Coupable non seulement de n’avoir rien pu faire de plus pour ses concubines, mais aussi de ne pas savoir comment réconforter Aryna. Sans oublier qu’il était passé à deux doigts de devenir lui aussi une personne à secourir. Aryna souffla un bon coup…

– T’en fais pas Lexas. Je sais ce que tu penses : “Olala je me suis évanoui, je suis trop faible blabla…”. Mais ce n’est pas le cas. Pour envoyer cette puissante décharge électrique à Wanli, je t’ai complètement vidé de ton énergie vitale. Je ne plaisante pas, j’ai vraiment aspiré toute ton énergie vitale… Tu devrais être mort. Mais tu t’es juste évanoui quelques secondes. Alors non, tu n’es pas faible.
– Tu as… ? Attends quoi ! Mais c’était dangereux ! Qu’est-ce qui t’a pris ?
– Qu’est-ce qui m’a pris ? Il m’a pris que contrairement à toi, j’ai confiance en toi ! Je vois très bien quelle puissance se cache en toi et je sais très bien que tu peux encaisser bien plus que ça !
– Je… Hum… d’accord, j’avoue qu’effectivement je ne connais encore rien de mes capacités… Notre aventure me fait découvrir autant de choses sur le Monde qui m’entoure que sur moi-même… Tu as plus d’expérience que moi avec tout ça…
– Peut-être. Mais ça ne m’empêche pas d’être impuissante…
– Tu ne l’es pas ! Wanli est en vie grâce à toi.
– Grâce à nous… Sans Tsomy et toi, je n’aurais rien pu faire…
– Ecoute Aryna je… Ahhhh… Je ne sais pas quoi te dire c’est une torture ! Je veux vraiment te remonter le moral mais je ne sais pas comment faire et ça me rend fou !
– Embrassez-la ! Cria Tsomy depuis l’extérieur du Dracarosse.
– Qu’est-ce que ?! Aryna se redressa et fronça les sourcils. Toi conduis et ferme-la ! Pyromane ! Danger public !
– Bla bla bla… Je n’entends rien !
– Rah… Qu’est-ce qu’elle peut m’énerver celle-là !
– Vraiment ? J’ai pourtant l’impression que tu tiens beaucoup à elle…
– Malheureusement… Si elle n’était pas là, je ne sais même pas si je serais encore en vie aujourd’hui… Elle est comme ma sœur, et bien plus encore…
– Ohhhh ! Mon Aryna ! La tête de Tsomy dépassa légèrement du haut de la fenêtre du véhicule.
– Et c’est justement pour ça qu’elle m’énerve autant ! Oh toi ! File ! Ouste ! Aryna chassa Tsomy comme une petite mouche.
– Houuuu ! Elle veut ses bisous en privé.. Houuuu… Tsomy disparut aussitôt.
– Ahhhh… Quelle plaie… Regarde-là, elle se fait tout autant de souci que moi et elle garde quand même le sourire pour nous… Elle m’énerve…
– Je comprends mieux ce que Wanli voulait dire par : “c’est la plus sage”…
– Elle a dit ça ? Pffff… Si elle savait… Elle a sûrement pris un coup à la tête contre ce Démon… Wanli… Elle va tenir le choc hein ?
– Bien-sûr ! C’est ma concubine voyons ! Lexas prit la position et le regard d’un prince.
– Ah ah… Bien joué… Mais ça ne te va pas…
– Je sais, désolé…

Lexas chercha à changer de sujet pour éviter à tout prix que le soubresaut de bonne humeur d’Aryna disparaisse de nouveau dans l’inquiétude. La première chose qui lui vint fut les Dracarosses… Ce n’était pas un sujet très intéressant mais qu’importe !

– Les Dracarosses ? Pourquoi tu parles d’antiquités ? A cause de leur lenteur ?
– Ahhhh… Ces machins fonctionnent à l’énergie vitale, tu l’as remarqué ?
– Oui.
– Sauf qu’ils font partie des toutes premières inventions basées dessus… A l’époque où on n’y connaissait encore pas grand chose… C’est des reliques du passé ! Même les chevaux vont plus vite ! Mais ils gardent le côté pratique de pouvoir transporter beaucoup de gens et de bagages tout en étant très silencieux. Sans parler qu’ils ne manquent jamais d’énergie… Sauf qu’il faut un conducteur… Lui peut en manquer.
– Mais pourquoi Naribarad conserve ces véhicules alors ? Il y en a des bien plus avancés !
– Parce que le Roi cherche à faire croire que Maartkham est une pauvre petite Cité, en retard sur son temps… En se baladant avec ces machins là, personne ne se doute de nos avancées… Qui irait se balader avec ça s’il avait les moyens d’aller bien plus vite hein ?
– C’est… Logique mais… Étrange… Enfin je…
– C’est une de ses lubies… Mais passons… En temps normal ça ne me dérange pas, c’est plutôt confortable… Mais là…

Il y eut de nouveau un court silence… Mais Lexas n’en pouvait plus, il avait une question qui lui brûlait les lèvres depuis qu’il avait appris qu’Aryna était une Gardienne.

– Oh Lexas par pitié ! Je lis en toi comme dans un livre ouvert ! Accouche !
– Il fit semblant d’hésiter. Une Élémentaliste ! Aryna sérieusement ! C’est tellement… Classe ! Pourquoi tu ne m’as rien dit ?!
– Je te l’ai déjà dit. Tu as en horreur les Gardiens et je ne voulais pas…
– Pas les Gardiens ! Mes capacités ! Ce sont mes capacités que j’ai en horreur, pas les Gardiens !
– Pourtant tes capacités sont incroyables Lexas !
– Non, elles sont une malédiction ! Les tiennes sont incroyables ! Tu peux manipuler l’énergie vitale des éléments autour de toi et en faire ce que tu veux ! C’est extraordinaire !
– Oui… Paraît qu’on veut toujours ce qu’on n’a pas… Écoute, est-ce que t’as déjà cherché à découvrir l’étendue de tes capacités ? En apprendre plus sur elles ? Je veux dire, tu n’arrêtes pas de les refouler, de dire que c’est une malédiction mais… Elles sont tellement puissantes ! Je pense sincèrement que tu en as peur car tu ne les connais pas Lexas…
– Je… Lexas baissa les yeux. Je ne sais pas Aryna. Depuis tout petit, j’en ai peur. Dès que je touche quelqu’un, je ne vois que le pire de sa vie : ses cauchemars, ses peurs, ses pires traumatismes, ses fantasmes sordides… C’est horrible…
– D’accord mais tu n’as jamais rien vu de beau dans tes visions ? Des choses joyeuses ?
– Non je… Enfin, peut-être quelques fois oui mais…
– Et tu t’es jamais dit que tu pourrais contrôler ce que tu voyais ?
– Le contrôler ? Ça m’étonnerait…
– Tu as déjà essayé ?
– Bien-sûr !
– Je reformule : tu t’es déjà entraîné ?
– Entraîné ? Non, pourquoi est-ce que je voudrais faire ça ? Je ne suis pas maso !
– T’es quand même long à la détente hein…
– Aryna…
– Écoute, moi quand mes capacités d’Élémentaliste se sont déclenchées, je cassais tout ce qui se trouvait autour de moi ! Dès que j’étais énervée, et Ashima sait à quel point je m’énervais souvent avec Tsomy et les autres…
– Je t’entends hein ! Tsomy râla depuis l’extérieur.
– Quelque chose autour de moi explosait… Je pensais aussi que c’était un don maudit, parce que je ne voyais que son côté négatif. Si ma Mère n’avait pas été là pour me guider, peut-être que je serais moi aussi restée loin de cette capacité et au final, je n’aurais jamais découvert sa force… Et si ça m’énerve autant chez toi, c’est parce que je sais très bien ce que ça fait. Je te vois figé alors que tu peux changer !
– Tu veux dire que… C’est possible que… Lexas réfléchit.
– Bien-sûr que c’est possible ! Tu dois apprendre à voir l’autre facette, à être en contrôle.
– Ta mère… Elle connaît des Gardiens comme moi… ?
– Les Tisseurs tu veux dire ? Non, tout ce qu’elle sait, elle le tient des livres et des partages de connaissance. Tu es le type de Gardien le plus rare, tu le sais ? Enfin si on oublie le fameux Phoenix bien-sûr mais bon…
– Il parait oui… Mais je dois te le demander, et j’aimerai que tu répondes s’il te plait, vraiment…
– “Veux-tu m’épouser ?” Tsomy rigola depuis l’extérieur.
– Mais elle va se taire la fracassée du bulbe oui ! Aryna râla sur son amie.
– Lexas rigola timidement. Pourquoi est-ce que ta mère souhaite mes capacités Aryna ? Réellement, sans mensonge…
– Hum… Soit si tu me le demandes… Tu es mon Célestial non ? Je me dois d’être totalement honnête avec toi. Bien… Comme tu l’as certainement remarqué, les concubines que nous avons choisies pour toi ne sont pas… Ordinaires…
– Vous êtes toutes des Gardiennes ?
– Non, non. Juste moi… Mais cela n’empêche pas tes quatre concubines d’être extrêmement puissantes. Tu le découvriras bien assez tôt.
– Oui enfin j’ai déjà eu un bel aperçu.
– C’est vrai… Ma mère nous a formées en secret sous couverture de l’Académie des concubines, qui en passant, est une véritable école de Concubines. D’ailleurs, nous avons aussi notre diplôme. Son objectif était d’avoir une équipe d’élite qui pourrait protéger Maartkham de tous les dangers… Et surtout, de ceux que l’Armée ne pourrait pas gérer… Ceux qui sont plus… Disons, officieux…
– Elle voulait préserver l’image pacifiste de Naribarad ?
– Oui, entre autres. Mais elle veut surtout se protéger face à la menace que représente les Gardiens. Comme partout, il y a les gentils et les méchants. Et le Grand Ordre possède pas mal de méchants… Enfin de notre point de vue, je ne doute pas que du leur, ils sont les gentils… Bref, il fallait donc une équipe capable de rivaliser avec ces Gardiens.
– Mais pourquoi uniquement des femmes ? Et pourquoi ne sont-elles pas elles-mêmes des Gardiennes ?
– Pourquoi des femmes ? Déjà parce qu’il est impossible pour un homme d’intégrer l’Académie de Concubines… Merci la “tradition”… Et puis parce que nous tirons profit de notre image…
– De votre image ?
– Bien-sûr ! Qui se méfie d’une frêle jeune femme bien habillée et bien maquillée ? Ce ne sont que de fragiles petites choses…
– C’est n’importe quoi ça !
– Pour toi oui, car tu es intelligent, mais crois-moi… J’en ai fait des missions et j’ai rarement croisé un homme qui se méfie d’une jeune femme… Mais c’est tant mieux, ça nous facilite la tâche. Et ensuite, pour répondre à ta seconde question, il existe peu de Gardiens. Et des Gardiens compétents, encore moins… Alors ma Mère a préféré former des “humaines” avec des potentiels inouïs, plutôt que de chercher l’impossible… Parce que crois-moi, ce n’est pas demain la veille que tu auras un petit groupe de Gardiennes ultra puissantes et soudées ! Ah ! J’aimerai bien voir ça moi !
– Hum… Je comprends mieux maintenant. Mais je viens faire quoi dans l’affaire moi ?
– Tu es notre lien. Enfin tu pourrais…
– Votre lien ?
– Exact. C’est un parfait exemple d’un avantage de ta capacité. Comme je te le disais, nous sommes cinq : Wanli, Tsomy, Helmi, moi et Rikki, que tu rencontreras très vite… Enfin j’espère…
– Attends… Wanli, Tsomy, Helmi, Rikki… C’est fait exprès que vos prénoms finissent tous par le son “i” ?
– Hein ? On s’en fout de ça ! Écoute plutôt. Seules, nous sommes vraiment très fortes. Crois-moi, ce n’est pas de la prétention, c’est la vérité. Ensemble, nous formons un groupe vraiment très, très puissant. Nous nous complétons et il y a peu d’ennemis qui peuvent rivaliser avec nous…
– A ce point ?
– A ce point… Mais il y en a… Et c’est bien là le souci, car c’est justement l’une de ces ennemis qui est sur le point de nous attaquer… Alors il nous faut une force supplémentaire : toi.
– Mais qu’est-ce que je peux faire ?
– Nous permettre de ne faire qu’une.
– De ne faire qu’une ?
– Exactement. Tu es un Tisseur. En tissant des liens entre nos âmes, tu feras de nous une entité unique. Ce que l’une verra, entendra, sentira, fera… Toutes les autres le sauront comme s’il s’agissait de leurs propres sens. Avec ça, imagine tout ce que nous pourrions faire ! 
– Votre force serait décuplée…
– Exactement ! Tous nos mouvements seraient synchronisés sans un mot, notre vision serait globale, ce serait extraordinaire !
– Mais je peux faire ça moi ? Je ne sais même pas comment toucher quelqu’un sans en avoir peur !
– Il te suffit de le vouloir ! De vouloir débloquer ça au fond de toi… Tu dois t’entrainer ! Et tu peux faire tellement d’autres choses ! Aryna s’approcha de Lexas, avec un regard passionné. Tu peux aussi…

Soudain, alors que leur inquiétude diminuait, Wanli fut prise de spasmes. Son corps s’agita dans tous les sens et elle se mit à cracher du sang. Cette fois-ci, son malaise était bien plus impressionnant. Aryna se jeta sur son amie. La Concubine en Chef tremblait, paniquait et cette vision fit paniquer Lexas à son tour. Aryna se mit à crier, sa voix tremblait autant qu’elle.

–  Wanli ! Wanli ! Qu’est-ce que tu as ! Réveille-toi, je t’en supplie ! Wanli ! Allez !

En pleurs, impuissante, Aryna secouait Wanli dans tous les sens. Lexas n’osa pas bouger et le Dracarosse s’immobilisa. Tsomy arriva à toute vitesse et paniqua à son tour.

– Aryna ! Qu’est-ce qu’elle a ? Qu’est-ce qu’elle fait ?
– Je sais pas ! Elle était calme et tout d’un coup, elle a eu des spasmes, elle a craché du sang et… Et… Elle va mourir ! Elle va mourir Tsomy !
– Non ! Elle peut pas je… Elle peut pas ! C’est ma faute ! J’aurai dû lui dire !

Tsomy partit en sanglots également, mais elle parvint à reprendre son sang froid, elle ne gigotait pas dans tous les sens. Lexas était complètement perdu, il ne savait absolument pas quoi faire. Plus les secondes passaient, plus Wanli se vidait de son sang. A tel point qu’elle se mit à s’étouffer avec, elle ne pouvait plus respirer… La panique d’Aryna et de Tsomy augmenta encore. C’est alors que sans vraiment savoir comment, Lexas eut une idée. Il se souvint avoir vu sur le Dracarosse, vers l’avant, de la tuyauterie. Il sauta hors du Dracarosse, alla chercher ce fameux endroit et arracha un morceau d’un très fin tuyau. Il rentra dans le véhicule, saisit son couteau et l’enfonça dans la poitrine de Wanli. Un immense jet de sang macula l’intérieur du Dracarosse, et Lexas inséra le tuyau directement dans la plaie. Surpris, il constata que l’état de Wanli se stabilisa. Aryna n’en revint pas.

– Qu’est-ce que… Qu’as-tu fais ?
– J’en ai aucune idée ! J’ai dû voir ça dans un livre ou je sais pas je… Ça a marché ?
– On dirait ! Tsomy se pencha sur le tuyau. J’entends un souffle !
– Ça ne va pas durer les filles ! Je ne sais pas pourquoi, je sens que ça ne tiendra que quelques minutes ! Tsomy, il est encore loin cet Orphelinat ?!
– Non ! Il est juste derrière ce pic là devant ! Mais on doit faire le tour, le Dracarosse passera pas !
– Et à pied ?
– Dans son état, impossible ! Aryna ? Aryna qu’est-ce que tu fais !
– Je ne la laisserais pas mourir ! Je refuse ! Si elle doit mourir, alors je mourrais avec elle ! Je refuse de la perdre !

Les yeux d’Aryna étaient injectés de sang. La Gardienne avait les mains jointes devant sa poitrine, formant un étrange symbole avec ses doigts. Ses cheveux volaient et Lexas sentit un puissant flux d’énergie vitale entrer dans le Dracarosse. Soudain, celui-ci se souleva dans les airs à toute vitesse, plaquant Tsomy et Lexas au plancher. Plus le Dracarosse prenait de la vitesse, plus Aryna semblait souffrir. Elle pleurait des larmes de sang, qui coulait aussi de ses oreilles, de son nez et de sa bouche. La concubine en Chef était en train de sacrifier sa vie pour sauver celle de son amie. Tsomy essaya de toucher Aryna, mais Lexas la retint.

– Lexas ?! Que faites-vous !
– Ne la déconcentre pas Tsomy ! Laisse-la faire !
– Mais regardez-la ! Elle va se tuer !
– Non ! Elle va y arriver ! 
– Mais Lexas !
– Elle va y arriver ! J’ai foi en elle !
– Alors donnez-lui votre énergie ! Comme tout à l’heure !
– Je ne sais pas comment faire !

Avant qu’ils ne puissent finir de parler, ils se mirent à léviter dans le véhicule, avant d’être projetés au plafond. Lexas regarda Aryna, qui s’écroula complètement. Leur chute avait commencé, ils allaient s’écraser. Lexas était cloué au plafond, incapable de faire le moindre mouvement, appé par l’apesanteur.

– Aryna ! Aryna ! Réveille-toi !
– Aryna ! Aryna !

Mais la jeune Gardienne était complètement vidée, de son sang et de son énergie vitale. Tout comme Wanli, elle était aux portes de la Mort. Lexas paniqua : il ne pouvait pas y avoir pire situation ! Alors qu’ils voyaient le sol se rapprocher dangereusement, le Dracarosse fit une pirouette et se posa délicatement sur le sol, comme une plume, soulevant tout de même un énorme nuage de fumée. Sans réfléchir à ce qu’il venait de se passer, Lexas attrapa Aryna et Tsomy souleva délicatement Wanli. Ils sortirent mais ne voyaient pas grand chose à cause de la poussière.

– On y est ? Elle a réussi ? Où on est Tsomy ?
– Je sais pas je vois pas mais… Elle se retourna et plissa les yeux. Le pic est là, derrière ! On l’a passé ! Elle a réussi ! Oui ! L’orphelinat devrait être juste là ! 
– Je vois rien je… Attends…
– Avançons par la Lexas ! C’est par là venez !

Tsomy s’enfonça dans la poussière. Lexas lui emboîta le pas, mais il fut attiré par une silhouette au loin dans la poussière. Il s’agissait d’une petite silhouette, accompagnée d’une seconde… Un animal ? Il regarda mieux encore mais il se rendit compte qu’il allait perdre de vue Tsomy. Il fit demi-tour et reprit sa route. 

L’air était de plus en plus respirable, de plus en plus clair. Ils avancèrent encore et Lexas aperçut un petit bâtiment en pierre entouré de pommiers, d’où de nombreux enfants sortirent en courant. Certainement un ancien monastère. Une femme au visage marqué par le temps accoura derrière eux et leur demanda de ne pas s’approcher des étrangers. Avec leurs amies dans les bras, Lexas et Tsomy se précipitèrent vers elle.

– Helmi ! Où est Helmi ?
– Euh je…
– Tsomy ?

Du bâtiment en pierre sortit une belle jeune femme aux cheveux d’un blanc pur et aux yeux azur. Lorsqu’elle aperçut les corps des deux femmes dans leurs bras, elle poussa un cri d’horreur.

– Oh ! Mais qu’est-ce qui c’est passé ! Aryna ! Wanli ! Par tous les Dieux ! Qu’est-ce qui se passe Tsomy !?
– Plus tard Helmi ! Dépêche-toi !

Helmi arriva en courant près d’eux et examina très rapidement les deux corps. Elle semblait paniquée, mais ses mouvements étaient précis, elle ne tremblait pas comme Tsomy et Lexas. Elle ausculta rapidement les deux jeunes femmes et fit signe aux deux autres de la suivre.

– Par ici ! Pressons ! 
– Il faut les sauver Helmi ! Il faut les sauver !
– On peut encore sauver Wanli oui, dépêchons !
– Hein ?! Pourquoi que Wanli !? Pourquoi pas Aryna ?!
– Parce qu’elle est morte Tsomy… Aryna est morte… Je suis désolée.

La voix d’Helmi était teintée d’une immense tristesse, mais elle ne se retourna pas. Tsomy et Lexas s’arrêtèrent net devant ses paroles. En un instant, Tsomy sanglota et se mit à pleurer.

– Hein ? Quoi ? C’est… C’est une blague hein !
– Est-ce que j’ai l’air de plaisanter ! Dépêche-toi, on peut encore sauver Wanli !
– Aryna… Aryna est morte… Tsomy regarda le corps d’Aryna.
– Tsomy ! Helmi mit une grosse gifle à la jeune femme. Wanli ! On peut encore la sauver ! Bouge-toi !

Sonnée et avançant par réflexe, Tsomy suivit Helmi dans une petite chambre. Lexas quant à lui, regarda le visage en sang d’Aryna et n’arrivait pas à croire ce qu’il se passait. Comment Aryna avait-elle pu se sacrifier sans même savoir si Wanli pouvait être sauvée ? Pourquoi faire ça ? Pourquoi sacrifier sa vie pour une autre ? Une vie est perdue dans tous les cas, alors pourquoi ?

– Vous là ! Hey ! Helmi sortit la tête par une fenêtre.
– Moi ? Lexas avait le regard vide.
– Oui vous ! Venez ! Avec Aryna ! Vite !

Sans réfléchir, Lexas pénétra dans l’orphelinat et entra dans la chambre à son tour. Il posa le corps sans vie d’Aryna sur un petit lit à côté de celui de Wanli. Il était complètement abasourdi et ne savait même plus où il était…  Il entendait vaguement les deux jeunes femmes parler à côté de lui mais ce n’est que quelques secondes plus tard qu’il arriva à distinguer clairement leurs paroles, malgré le débit qui était incroyablement rapide ! Il avait même parfois du mal à comprendre tellement les femmes parlaient vite.

– Comment ça, une faille ? Elle a vraiment approché une faille ?! Mais pourquoi ?!
– J’en sais rien moi ! Mais la faille a réagi et il y a eu une sorte d’explosion et Wanli a perdu connaissance et…
– Elle a été contaminée… Par la faille… Par le Ta’Rian ?
– Oui, son corps ne le supporte pas…
– Et Aryna tu dis que c’est parce qu’elle a abusé de sa capacité qu’elle a perdu la vie ?
– Oui elle a utilisé sa capacité pour faire passer le Dracarosse au-dessus du Pic et elle a…
– Et lui là, c’est qui ?
– C’est Lexas, c’est notre Celestial.
– Notre Celestial ? Helmi posait des questions rapides, tout en s’occupant de Wanli.
– Oui.
– Peu importe, on verra ça plus tard. Comment ça se fait que c’est lui le Celestial ?
– C’est un Tisseur…
– Un Ti… Un tisseur ! Helmi se leva de sa chaise en la faisant tomber en arrière. Vous êtes un Tisseur Lexas ?!
– Euh o…. Oui je…
– Mais c’est pas vrai ! Mais vous auriez pu commencer par là ! Oh je vous jure ! 

Helmi se leva en grognant et se jeta sur un tas d’ingrédients pour préparer en vitesse une mixture étrange. Puis, elle tira Lexas par la main. Elle demanda ensuite à Tsomy de rapprocher les deux lits l’un de l’autre et plaça Lexas sur un tabouret entre les deux. Elle arracha violemment les deux hauts des jeunes femmes et attrapa les mains de Lexas qu’elle plaça sur le cœur de chacune d’entre elles, mais il les retira immédiatement. Helmi fut surprise.

– Qu’est-ce que ? Lexas ! Transférez le Ta’Rian ! Vite !
– Pa… Pardon ? 
– Le corps de Wanli rejette le Ta’Rian ! Il faut le transférer à Aryna ! C’est une Gardienne, elle le supportera ! Le temps presse !
– Mais… Mais comment je fais ça moi ?
– Vous savez pas le faire ?! Mais vous êtes un Tisseur !
– Oui mais non !
– Oh c’est pas vrai ! Helmi passa ses mains dans les cheveux, fit deux tours sur elle-même puis se baissa devant Lexas. Bon, fermez les yeux ! Concentrez-vous sur leur énergie vitale ! 
– Non si je les touche je…

Tsomy prit Lexas dans ses bras. Il sentait les larmes couler dans sa nuque, le souffle court et chaud de la jeune femme traduisait son désespoir.

–  Pitié Lexas ! Pitié ! Essayez au moins, je vous en supplie ! Qu’Aryna ne soit pas morte pour rien, pitié ! Je veux pas perdre Wanli aussi… S’il vous plaît… Pitié…

Lexas ne pouvait plus reculer. Une puissante montée d’adrénaline s’empara de son corps. Il souffla un bon coup et toucha la poitrine des deux jeune femme. Il ferma les yeux et se laissa guider par les paroles d’Helmi.

– Ressentez l’énergie vitale… Visualisez-la… Tout comme vous visualisez des souvenirs ou des pensées… Allez-y…

Lexas se concentra, il n’avait jamais eu autant envie de réussir, jamais eu autant envie d’utiliser sa capacité. Il se concentra comme jamais il ne l’avait fait de sa vie, il voulait absolument bloquer ses visions. Après de longues secondes de noir total, il parvint enfin à voir cette lumière bleutée ! Il ne savait pas comment, mais il la voyait ! Il arrivait à ressentir l’énergie qui coulait dans le corps de Wanli, mais qui avait disparu du corps d’Aryna.

– L’énergie vitale ! Je la vois ! Elle est là !
– Parfait ! C’est parfait ! Maintenant, Helmi prit la voix la plus calme possible, cherchez une lueur encore plus forte, semblable à la faille, enfin je suppose…
– Une lueur… Lexas se concentra encore plus. Ici ! Je la sens dans… Dans les poumons de Wanli.
– Parfait ! Maintenant concentrez-vous encore plus ! Imaginez que vous attrapez cette lueur ! Vous l’attrapez et vous la jetez d’une main à l’autre, comme une balle ! C’est pareil ! Allez-y ! Attrapez la…
– Je peux le faire… 
– Et jetez la !
– Là !

Lexas sentit une immense chaleur le traverser. Immédiatement après, il entendit Wanli cracher son sang et chercher à respirer. Elle cherchait à respirer ! Helmi attrapa la malade dans la foulée et lui donna une mixture à boire. La première fois, Wanli la recracha.

–  Ah non ma Grande ! C’est moi le médecin ! Et le médecin te dit de boire cette maudite potion ! C’est immonde, je sais, mais tu vas faire avec, parce que je t’interdis de mourir ! Tu m’entends ! Avale-ça ! De suite ! A…L…L…E…Z !

De force, Helmi obligea Wanli à boire la mixture étrange contenue dans une immense chope. Quelques instants plus tard, Wanli perdit de nouveau connaissance. Helmi s’affala dans le lit à côté d’elle.

– Ahhhhhh… Je déteste faire ça !
– Elle va s’en sortir ? Helmi ! Pitié dis-moi que oui !
– Oui, oui, Wanli est tirée d’affaire Tsomy. Lexas a réussi à lui enlever tout le Ta’Rian du corps… La potion que je lui ai donné va aider son corps à évacuer toutes les toxines et le sang qui se trouve là où il devrait pas être… La pauvre Wanli va passer un sale moment… Mais au moins, elle vivra… 
– Et Aryna ? Dis ! C’est une blague hein ? Pas… Pas Aryna…
– Je te l’ai dit Tsomy… Aryna est morte… Je… Je ne peux rien faire… Elle n’a plus d’énergie vitale… Elle n’a…
– C’est bien la première fois que je te vois sans réponse blanchette…

Une voie plus que faiblarde résonna… Les trois personnes se retournèrent sur le lit de mort… Aryna avait un œil à moitié ouvert et du sang s’écoulait encore de sa bouche. Mais elle respirait ! Tsomy se leva de sa chaise en traînant les pieds telle une Errante et s’approcha d’elle…

–  A… Arynette ? Mon Arynette… Tu… Tu es…. Tu…

Tsomy fondit de nouveau en larmes et se jeta sur Aryna pour lui faire un énorme câlin, mais la Gardienne cria de douleur, tout en rigolant. Helmi s’enfonça encore plus dans le lit dans un immense soupir de soulagement et Lexas fixa Aryna dans les yeux. Tsomy laissa un peu d’espace à la revenante. Lexas s’approcha doucement du lit d’Aryna.

– A… Aryna ?
– Je crois oui… Enfin sauf si je suis possédée… Dans ce cas là je suis peut-être une…

Avant même qu’elle ne puisse finir sa phrase, les lèvres de Lexas vinrent envelopper les siennes. Le Gardien embrassa Aryna avec passion, longuement, à tel point qu’elle fut bien incapable d’y résister. Puis, subitement, il prit conscience de son acte. Il recula et trébucha sur la chaise qu’Helmi avait fait tomber plus tôt. Il tomba à la renverse, mais se releva avec grâce dans une roulade. Il était rouge vif.

– Ah ah ah ah ! Tu nous a fait une de ces blagues ! Ah ah ah ! Moi aussi j’ai blagué tu as vu ! Ah ah ah ah ! Oui la bonne blague je… Houuuu ! Mais vous avez vu comme l’obscurité arrive vite ! Il se fait tard ! Ah ah ah ah ah ! Je vais chercher nos affaires au Dracarosse hein ! Bon retour parmi nous les filles je… Helmi va bien s’occuper de vous hein ! Je reviens ah ah ah !

Sans même leur laisser le temps de répondre, Lexas quitta la pièce, puis le bâtiment et se dirigea à toute vitesse vers la Dracarosse en contrebas. Il avança et se parla à lui-même.

– Tu es stupide ! Stupide ! Alors que tu avais réussi à… Ahhhhh ! Imbécile ! Comment vont-elles te regarder maintenant ! Ah ! Elles vont te prendre pour un pervers ! Un profiteur ! Elles ne vont plus te faire confiance ! Elles vont avoir peur que tu leur demande des choses perverses et vont avoir en horreur le fait d’être tes concubines ! Ah bravo ! Et le Dracarosse ! Le voilà le Dracarosse ! Foutu Dracarosse ! Elles ne vont plus vouloir de moi dedans : Ah ! Mais qu’est-ce qui m’a pris d’embrasser Aryna !? Hein ! Pourquoi !? Pourquoi !?
– Parce que vous êtes amoureux ?

Lexas reprit ses esprits et regarda autour de lui. D’un seul coup, il eut l’impression que son cœur allait exploser, il se sentit complètement écrasé par une puissance inouïe. Il n’avait ressenti semblable sensation qu’une seule fois au cours de sa vie… Il y avait peu de temps, lorsqu’il arpentait les rues du Quartier des Sabbats et qu’il avait croisé la route de cette petite fille aux cheveux noirs et aux yeux violets… Elle était ici ? Il reprit son souffle péniblement et regarda autour de lui… Il ne vit rien. Il baissa les yeux et aperçut une petite fille. Elle était assise à côté d’une croix en bois et d’un petit tas de pierres, en train d’y enlever la poussière. A côté d’elle, un énorme molosse regardait Lexas d’un air sympathique et enjoué. La fillette avait des yeux d’un vert émeraude incroyable et un regard vif, empli d’intelligence et de gentillesse. Ses cheveux blonds étaient coiffés en une longue tresse qui tombait le long de son buste. Elle était habillée d’une tunique usée et de grosses chaussures trop grandes pour elle, tout aussi usées. Elle lui souriait avec bienveillance et Lexas se sentit terriblement mal de se plaindre face à une jeune orpheline qui avait tout perdu. Lentement, il eut l’impression de s’habituer au poids écrasant de cette étrange énergie et il avança doucement vers la petite fille.

– Bonjour. Je peux m’asseoir à côté de toi ?
– Bonjour. Oui si vous voulez. Tenez là, il y a un petit rondin de bois.
– Tu es toute seule ? Lexas s’asseya.
– Oui, je suis venue voir la maison de Flash. La poussière l’a sali.
– Pardon c’est de notre faute…
– Ce n’est rien. Il suffit de nettoyer.
– Je suis vraiment désolé… C’est la tombe de Flash ici ?
– Oui. 
– C’était un ami à toi ?
– C’est mon meilleur ami oui. C’est sa maison ici, mais il ne l’aime pas trop.
– Je suis désolé… Il doit te manquer.
– Non pourquoi ? Il est toujours avec moi. C’est différent, mais il est là. 
– Oh oui bien entendu je… Hum… Lexas fut légèrement embarassé. Pourquoi dis-tu que je suis amoureux ?
– Si vous avez embrassé la dame c’est que vous en êtes amoureux non ?
– Oh je… Eh bien c’est euh… Comment dire… Soudain, il réalisa que la jeune fille et son chien correspondaient étrangement aux silhouettes qu’il avait aperçu dans la poussière. Dis-moi petite euh…
– Samantha. Mais mes amis m’appellent Sam.
– Samantha, c’est joli.
– Merci. Vous pouvez m’appeler Sam si vous voulez.
– Ah oui ?
– Oui, vous avez sauvé vos deux amies, vous êtes quelqu’un de gentil.
– Eh bien je suis ravi d’être ton ami Sam. Moi je m’appelle Lexas. Il eut droit à un splendide sourire en retour. Dis-moi, à tout hasard tu n’aurais pas été là tout à l’heure quand nous sommes… 
– Tombés du ciel ?
– Ah ah… Oui…
– Si. Je ne voulais pas que vous détruisiez la maison de Flash.
– Comment ça ?
– Vous tombiez sur sa maison avec votre Dracarosse.
– On tombait sur… Je ne comprends pas…
– Lexas ? 

Lexas se retourna. Tsomy était revenue sur les lieux, certainement pour savoir pourquoi il mettait autant de temps à revenir avec les bagages…

– Tout va bien Lexas ?
– Oh oui oui, hum… En venant au Dracarosse j’ai fait la rencontre de la gentille Samantha. Sam, je te présente mon amie, Tsomy.
– Bonjour Tsomy.
– Bonjour Samantha. Tu es toute belle dis-moi ! Il est à toi ce joli toutou ?
– Oui, c’est mon meilleur ami.
– Je n’en doute pas !
– Samantha ! Viens par ici s’il te plait ! J’ai besoin d’aide ! Helmi appela le petite blonde aux yeux d’émeraudes depuis l’orphelinat.
– Je dois y aller, pardonnez-moi. Si vous restez un peu, on pourra parler ! Au revoir. La jeune fille se leva. Tu viens Flash ? On y va.

Le molosse se leva à son tour et la suivit à la perfection. Lexas tiqua… Flash ? Il regarda la tombe, puis le chien qui s’éloignait tranquillement avec la petite fille. Il fut tiré de ses songes par Tsomy.

– Pourquoi est-ce que j’ai l’impression que cette gamine est plus maligne que moi ? Toutou ? J’ai vraiment dit ça ?
– Ah ! Ça ne vient pas de moi ! Tu me rassures !
– Vous êtes sûr que tout va bien ?
– Je euh… Cette gamine elle… 
– Ah non ! Ne me dites pas que vous êtes aussi sur les gamines ! Elle doit avoir à peine sept ans !
– Quoi !!!! Non mais non qu’est-ce que tu vas imaginer !
– Je plaisante, je plaisante ! Hi hi ! J’ai une très bonne nouvelle ! Helmi est catégorique : Wanli et Aryna sont tirées d’affaires ! C’est merveilleux ! Et c’est grâce à vous alors… Tsomy embrassa Lexas sur la joue. Merci !
– Oh je… Hum… Eh bien je n’ai pas fait grand chose mais…
– Pas fait grande chose ! Mais par votre intervention vous leur avez sauvé la vie à toutes les deux !
– Mais comment est-ce possible ? Helmi a bien dit qu’Aryna était morte non ?
– Et c’était le cas ! Du moins médicalement parlant ! Lorsque vous lui avez transféré le Ta’Rian, ça a créé une sorte d’électrochoc ou je ne sais pas quoi. Son corps était cliniquement mort mais grâce à ça, vous l’avez… Réanimée ! C’est merveilleux !
– Ok je… Je ne comprends pas bien mais je suis vraiment soulagé…
– J’ai vu ça oui… Alors comme ça… Aryna…
– Oh hum… Lexas rougit de nouveau. Et Wanli ?
– Son état est stable. Bon Helmi vous a traité de tous les noms lorsqu’elle a vu le massacre que vous avez fait avec le couteau mais… Il ne faut pas lui en vouloir… C’est une guérisseuse de génie, elle aime quand les choses sont… Parfaites… Mais il y avait urgence et surtout, vous lui avez sauvé la vie à ce moment-là ! Alors elle ne dira trop rien, elle passera l’éponge…
– Ah ah… Dis-moi, vous avez toutes des tempéraments bien trempés hein…
– Ça se voit que vous ne connaissez pas encore Rikki…
– Ah… ? Lexas eut un petit rire nerveux.
– Bien, dépêchons-nous ! Je suis venue vous aider à prendre les bagages, Helmi dit qu’il faut changer les filles pour éviter toute infection ! 

Lexas et Tsomy prirent les affaires et Lexas regarda une dernière fois la position du Dracarosse, de la tombe du chien puis regarda en l’air. Que voulait dire cette gamine par “Vous alliez tomber sur la maison de Flash…” ? Lexas ne comprenait pas. Mais il fallait avouer qu’il n’avait pas beaucoup d’expérience avec les enfants, il n’était pas bien habitué à leur façon de parler… Il mit son incompréhension sur le dos de l’inexpérience. Ils arrivèrent finalement à la chambre où se trouvaient les filles. Tout sourire, Lexas se dirigea vers la pièce, mais la porte lui fit violemment fermer au nez. Il rigola nerveusement.

– Ah ah oui ! Normal. Je vous laisse vous changer hein ! Allez-y, moi je vais… M’enlever ce sang dans euh… Où ça…
– Vous pouvez utiliser la chambre d’ami jeune homme si vous le souhaitez.

La Directrice de l’Orphelinat invita Lexas à occuper l’une des grandes chambres du bâtiment. Il la regarda quelques instants. C’était une femme d’un âge avancé qui gardait pourtant des traits charmants. Ses cheveux cendrés étaient ébourrifés, cette femme ne vivait pas pour elle, mais pour les enfants.

– Oh je… Non non ! Je vous remercie mais non, c’est trop grand pour moi ! Pourquoi ne pas la laisser aux enfants ?
– Je vous remercie pour votre sollicitude, mais ne vous inquiétez pas, cette chambre est aux enfants. Disons qu’ils… Vous la prêtent.
– Oh ! Eh bien, merci beaucoup ! Dans ce cas j’accepte volontier, je les remercierai !

Avec un grand sourire, la Directrice s’éclipsa en fermant la porte derrière elle. Lexas enleva ses vêtements couverts de sang et se dirigea vers la douche, archaïque, mais qui faisait très bien l’affaire, surtout que l’eau était chaude ! Il se délecta d’une bonne douche et s’affala dans le lit, sans même s’habiller. Il voulait juste faire une petite pause… Les émotions de ces dernières heures, couplées à ses pertes répétées d’énergie vitale, l’avaient complètement épuisé. La petite pause se transforma en longue pause et dura des heures…

Le temps passa, la lune éclaira à son tour le banal orphelinat, jusqu’à ce que l’aube vienne réveiller les occupants de celui-ci, sauf un… Caché dans l’ombre des murs, un complot se préparait…

– Pssss, pssss… Les enfants ? Vous voulez faire plaisir à Taty Aryna ?
– Oui, oui, oui ! Les enfants chantèrent en chœur…
– Très bien ! Vous vous rappelez de votre mission secrète n’est ce-pas ?
– Oui, oui, oui ! On doit attraper le monstre qui menace Maartkham !
– Parfait ! Alors exécution mes petits mercenaires !

Dès qu’Aryna eut terminé sa phrase, tous les enfants de l’orphelinat ouvrirent avec fracas la porte de la chambre de Lexas et se jetèrent sur lui. Le Gardien, encore dans les bras de morphée, sursauta et se retrouva enseveli sous une pile d’humains miniatures. Il éclata de rire et fit semblant de se rendre.

– Ok ok ! Oh je ! Je ne peux pas lutter ! A moi ! Quelqu’un ! Ahhhh ahhhhhhh !
– On va t’attraper, terrible monstre !
– Oh je ne peux pas lutter ! Vous êtes tellement forts !

Après quelques minutes d’amusement en tout genre, la vieille directrice des lieux fit son apparition. Elle souriait.

– Bien, les enfants, ça suffit ! Vous avez parfaitement réussi votre mission. Laissez le terrible monstre se donner forme humaine voulez-vous ?

Tous les enfants, encore en train de rire, écoutèrent sagement leur directrice et sortirent de la chambre. La Directrice regarda Lexas d’un air amusé.

– Je vous avais bien dit que c’était leur chambre… Bien qu’une petite souris m’ait soufflé qu’ils ont reçu leur mission d’une charmante générale…
– Vous m’en direz tant…

Aryna se dirigea à son tour vers la chambre de Lexas mais fut happée par un sentiment de puissance émanant des alentours… Elle scruta les enfants, mais elle ne vit rien de particulier… Elle continua sa route et remercia la directrice. Cette dernière la fit entrer et referma la porte derrière elle. Lexas la regarda dans les yeux et sourit.

– Pourquoi est-ce que je ne suis même pas étonné de te voir déjà en forme ?
– Peut-être parce que tu commences à me connaître… Et à me craindre…
– Ah ah… Sûrement.
– Oui… Aryna lui adressa un charmant sourire, timide, mais charmant.
– Aryna écoute je…
– Lexas écoute je…
– Oh pardon, vas-y…
– Non, non, tu es le Celestial, toi d’abord…
– Quand ça t’arrange hein… Bien… Je m’excuse de t’avoir embrassé hier je… J’ai eu tellement peur de te perdre que quand tu t’es réveillée je… Je sais pas, c’est la première chose qui m’est venue… Je m’excuse.
– Excuses acceptées. Ce n’est rien, et je t’avoue que je trouve même que c’est un bien maigre tribut vis-à-vis de ce que tu as fait pour moi… 
– Je oh hum… Je n’ai pas fait grand chose je…
– J’étais morte Lexas. Morte ! Sans ton intervention je le serais toujours, ce n’est pas rien ! Certes Helmi et Tsomy étaient là, mais sans toi elles n’auraient rien pu faire pour nous !
– Comment va Wanli ?
– Mieux, mieux. Sa vie n’est plus en danger mais elle a sacrément morflé. Helmi va devoir aller chercher des herbes pour faire un puissant remède. C’est d’ailleurs pour ça que je suis là, elle aimerait nous voir pour en parler.
– De suite ?
– Euh… Oui enfin… Non je… Enfin si… Je ne sais pas… Disons que oui assez vite, mais si ce n’est pas de suite, de suite… Personne ne peut rien dire au Celestial et à sa concubine en Chef je… Enfin c’est…
– Oui mais si ce n’est pas de suite, que ferions-nous… ?
– Je.. Je sais pas moi je… C’est toi le Celestial…
– Vraiment…
– Aryna se mit à rougir. Oh et puis zut ! On a qu’à y aller de suite ! Voilà ! Allez debout !
– Oui mais tu pourrais… Te retourner ?
– Me retourner ?
– Je dors nu pour être honnête…
– Oh t’en fais pas je t’ai déjà vu nu des tas de… De… Aryna se dressa comme un piquet.
– J’en étais sur ! C’était donc toi ! La voix ! Aryna ! Reviens ici !
– Je t’attends dehors ! Elle sortit en vitesse.
– Aryna reviens ici de suite ! La voix ! C’était toi ! Aryna !

Lexas était à la fois en colère et très amusé. Voir Aryna si mal à l’aise lui avait presque donné un sentiment de satisfaction. Il se leva, se passa un coup d’eau sur le visage et enfila des vêtements propres. Il ouvrit les petits volets de la pièce et regarda le soleil. Il fut horrifié ! Mais combien de temps avait-il bien pu dormir ?! Il hâta le pas et retrouva Aryna et Helmi devant l’orphelinat, assises sur un petit banc au milieu d’une herbe d’un vert éclatant. Il s’installa sur celui d’en face et remarqua un énorme rondin de bois servant de table basse, sur lequel étaient disposés de petits croissants et un thé à la senteur exquise. Il regarda le tout avec appétit et le rire d’Helmi vint briser sa torture.

– Allez-y, c’est pour vous ! C’est une charmante petite fille qui l’a amené pour vous…
– Oh… Je vois je…
– Lexas ! Me dit pas que tu as dragué une gamine ?!
– Quoi ! Mais non ! Elle m’a juste apprécié, voilà tout ! J’ai souvent la côte avec les mioches…
– Elle vous a bien aimé oui, mais ne gonflez pas trop le torse, cette gamine est adorable avec tout le monde… D’ailleurs j’ai deux mots à dire à ce sujet… Mais d’abord… Hum…

Helmi se leva et se mit à genoux devant Lexas. Il arrêta de mâcher le croissant qui dépassait encore de sa bouche et regarda Aryna d’un air inquiet et étonné.

– Veuillez accepter mes plus sincères excuses Celestial. Je n’avais aucune idée de votre stature et l’urgence de la situation m’a fait dire des choses au-delà de mes pensées et de mes droits. Je le regrette sincèrement.
– Oh non non non ! Relève-toi s’il te plait ! Je comprends parfaitement ta réaction, elle était justifiée…
– Je vous rejoindrai dans votre chambre dès que vous m’en donnerez l’ordre pour subir votre châtiment et vous offrir mon corps !
– Pardon !!!!!
– Ah ah ah ah ! Aryna explosa de rire ! Helmi, Helmi non ! Attends ! Ah ah ah ah ! La tête qu’il tire je… Ah ah ah… Non attends… Houuuu… Aryna s’essuya une larme de rire. Attends, Lexas est un peu spécial, c’est pas un Celestial comme les autres.
– Oui je sais c’est un Tisseur.
– Non non pas ça. Il est de la Capitale et est bien différent des Célestials que nous connaissons. Pas besoin de lui faire de faveurs perverses à chaque erreur.
– Ah bon ? Parce que les autres Célestials font ça ????! On peut faire ça ????! Lexas cracha presque son croissant.
– Bref passons. Aryna esquiva le sujet en tirant la langue et en lui faisant un clin d’œil. Il est vrai que les présentations n’ont pas vraiment été faites. Lexas, cette belle nordique aux yeux de glace, c’est donc Helmi, ta troisième concubine. Malgré son apparence sauvage, c’est pourtant la plus gentille d’entre nous. C’est un peu cliché pour une guérisseuse, mais c’est comme ça.
– Pardon ? Comment ça mon apparence sauvage ?
– Ah ah, eh bien enchanté de faire ta connaissance en bonne et due forme Helmi. Ravi que tu fasses partie de l’équipe… Nous ne sommes partis de Maartkham que depuis quelques jours, mais une guérisseuse aurait déjà été plus qu’utile…
– Aryna m’a raconté oui… Il faut dire que vous n’avez pas été gâtés par les évènements… Mais quand même… Maartkham en danger… C’est inconcevable… Je veux dire, je sais bien que nous avons été formées pour la protéger mais… C’était… Tu sais ? Comme une sorte de… Je ne sais pas… Comme si ce n’était pas réel.
– C’est pourtant bien le cas. Bon ! Quand est-ce qu’on peut partir ?
– C’est pour cette raison que je voulais vous parler. En tant que concubine je me dois de toujours tout vous dire à vous deux, mon Celestial et ma Concubine en Chef.
– Oui. Lexas était concentré, un nouveau croissant dans la bouche.
– Il y a deux choses qui nous empêchent de partir dès maintenant : Wanli et ma mission ici. Et pour être honnête, les deux sont maintenant liées…
– Comment ça ?

Aryna fut surprise. Comment le fait de soigner Wanli, fraîchement arrivé à l’orphelinat pouvait-il être en lien avec la mission d’Helmi ? Avant qu’elle ne puisse poser la moindre question, elle sentit de nouveau le poids écrasant de cette puissance inouïe. La Gardienne croisa le regard de Lexas et comprit qu’il ressentait la même pression… Aryna se retourna vers Helmi qui lui fit un petit sourire.

– Oui… Je sais… Sam ma grande, tu peux venir s’il te plait ?

De derrière les buissons sortit une petite fille aux magnifiques yeux d’émeraudes et aux cheveux d’or tressés sur le côté. Elle se plaça à côté d’Helmi et lui fit un radieux sourire.

– Tu voulais me voir Helmi ?
– Oui, j’ai besoin de ton aide ! La Directrice m’a dit que tu adores te balader avec Flash dans la montagne là-bas ? Helmi montra le pic du doigt.
– Oui, tout en haut il y a une immense étendue de fleurs brillantes. Flash adore jouer avec, alors je l’y amène de temps en temps.
– Et c’est un lieu secret ? Ou tu peux me le montrer ?
– Non c’est un lieu magnifique ! Si tu veux le voir je te le montre !
– J’aimerais beaucoup ! Et on peut y aller avec mes amis ? Je te présente Lexas et Aryna.
– Bonjour. Contente de voir que vous allez mieux tous les deux.
– Bonjour euh… Sam ? Merci je… Tu connais Lexas ?
– Oui nous avons parlé hier.
– Oh… Aryna regarda Lexas d’un air interrogateur, mais il ne le remarqua pas, trop occupé à savourer ses croissants.
– Sam c’est toi qui a fait les croissants ? Lexas regarda la petite fille.
– Oui, c’est pour aider la Directrice et faire plaisir à mes amis.
– Hum… Hum… Ils sont absolument succulents !
– Merci beaucoup ! Vous voulez que j’en fasse d’autres ?
– Non, non merci Sam. Sinon le monsieur va pas pouvoir monter la montagne… Hein ? N’est-ce pas le monsieur ? Aryna regardait Lexas d’un air agacé.
– Je… D’accord… Lexas reposa un croissant…
– Taty Helmi, tu veux partir quand ?
– Maintenant ça te va ? Nous sommes un peu pressés…
– Bien-sûr, je vais chercher mes affaires !

Samantha tourna les talons et courut dans sa chambre. Aryna regarda Helmi d’un air stupéfait, la bouche ouverte.

– Helmi, c’est qui cette gamine !? Tu sais qu’elle…
– Aryna… S’il te plait, pas ici… Sur le chemin.
– En tout cas, ses croissants… Lexas avait de nouveau un croissant en bouche.
– Oh toi hein ! Aryna se leva.
– Mademoiselle Aryna n’a jamais été très douée en cuisine alors… Qu’une gamine fasse ça… Enfin, vous voyez… Helmi chuchota à Lexas.
– Oh je vois… Lexas regarda Aryna. Ouais non en fait, ils sont pas si top… Ba… 

Avant même qu’ils ne puissent continuer la conversation, Samantha et Flash revinrent auprès d’eux. La petite fille avait un vieux sac à dos rapiécé sur le dos et portait toujours ses grosses chaussures trop grandes pour elle. Helmi l’enlaça affectueusement par derrière et rigola.

– Un jour je t’offrirai un joli sac à dos et des chaussures pour tes expéditions !
– C’est gentil merci, mais il faudrait plutôt offrir des nouveaux vêtements à Isaac, il tombe beaucoup malade à cause du froid. Je lui ai fait une écharpe mais il a besoin d’un pull et j’ai pas assez de laine. Et puis mon sac à dos il me permet d’emporter ce dont j’ai besoin, il me va bien ! On y va ?
– T’es mignonne. Oui on y va, j’ai déjà prévenu la Directrice. Allez hop ! En piste !

Samantha et Flash partirent devant, tout contents. Lexas attrapa le dernier croissant et se le fourra discrètement dans la bouche. Il rejoignit en vitesse ses deux concubines et regarda amusé le regard ahuri d’Aryna.

– Mais c’est pas croyable ! Cette gamine ! Mais elle ne peut pas exister ! Je rêve !
– Ah ah ah, attendons un peu de nous être éloignés si tu veux bien…

Durant les premières minutes de leur ascension dans la montagne non loin de leur lieu de repos, Aryna était à la fois fascinée et effrayée en regardant la petite Samantha. Tout ce qu’elle faisait, elle le faisait avec une facilité déconcertante, là où elle, avec vingt ans de plus et un entraînement en béton armé, avait du mal. A chaque fois qu’ils avaient une difficulté, elle venait les aider à tel point qu’il devenait impossible pour la concubine en Chef de voir la petite fille comme une gamine. Mais au fond d’elle, devant la sincérité et la gentillesse de la petite fille, il lui était impossible de lui en vouloir. Elle était bien plus, mais quoi donc ? Elle ne tenait plus, il lui fallait des réponses.

– Bon Helmi, c’est bon là ! C’est qui cette gamine à la fin !
– C’est ma mission Aryna… Si tu me demandes c’est que tu l’as forcément remarqué…
– C’est inconcevable ! Sa présence est écrasante ! Et crois-moi, des gens avec une puissance incroyable j’en ai croisé dans ma vie. Mais elle c’est carrément dément ! Et elle a sept ans ! Sept ans ! C’est impossible qu’une gamine soit…
– Soit plus balèze que toi ?
– Tu ! Aryna bégaya. C’est pas la question ! C’est pas normal c’est tout !
– Sauf si ce que les Légendes racontent est vrai…
– Oh oh oh oh… Aryna eut un rire nerveux. Non non, viens pas me parler toi aussi de cette histoire de Phoenix, ça va hein, on la connaît. Y a un truc qui cloche avec cette gamine, mais je sais pas quoi !
– Moi je vais te le dire… Mais avant, tu en es où en matérialisation d’énergie vitale ?
– Ah ! Aryna bomba le torse. J’ai agrandi la sphère de matérialisation de plus de dix centimètres ! Je te montre ?
– Vas-y oui, s’il te plaît.
– Ok ! Bon j’ai pas encore retrouvé toutes mes forces mais… Regarde !

Les trois amis s’arrêtèrent et Aryna se concentra. Elle tendit la main paume vers le haut et de celle-ci sortit une petite boule de lumière bleue, qui devint de plus en plus imposante, jusqu’à former une sphère d’une vingtaine de centimètres de diamètre, éblouissante. Lorsqu’elle la fit disparaître, elle entendit des applaudissements. Samantha tapait de ses petites mains les yeux grands écarquillés, soutenue par les aboiements de joie de Flash.

– C’est tellement beau ! Comment faites-vous ça mademoiselle Aryna ?
– Ah ! Je suis contente que ça te plaise Sam ! Ça s’appelle la matérialisation d’énergie ! C’est la capacité qui permet aux Gardiens de donner une forme à l’énergie vitale ! C’est une capacité extrêmement complexe ! Je la travaille depuis que je suis gamine et ça demande beaucoup d’application !
– Ohhhh ! Sam avait les yeux qui brillaient. Je pourrai faire ça moi aussi ?
– Oh ? Euh… Oui écoute pourquoi pas essayer un jour ? Je t’apprendrai si tu veux ! Mais avant, trouvons ces fleurs !
– Merci ! Oui, c’est par là venez ! Samantha se retourna et poursuivit sa route toute contente, du moins, encore plus contente qu’avant.
– Ouaf ouaf ! Flash demanda quelques caresses à Aryna, comme pour la féliciter également.
– Mais oui toi aussi je t’apprendrai mon gros pépère ! Tu vas pouvoir protéger ta…

Aryna caressa le molosse, mais sa main passa complètement à travers. Elle sursauta, regarda sa main stupéfaite et tenta une nouvelle fois de caresser le chien mais passa de nouveau à travers… Il remua la queue et reprit son chemin en suivant sa petite maîtresse. Helmi éclata de rire et se positionna à côté de son amie, suivie de Lexas qui ne comprenait pas tout. Aryna était figée et regardait encore sa main.

– Ah ah tu verrais ta tête mon Aryna !
– C’est impossible… Impossible…
– Tu comprends mieux ? Cette gamine te met au tapis sans même forcer… Ah ah ah ah. Pardon hein mais… Toi qui occupe toujours la tête du classement c’est… Une… Une gamine de… Ah ah ah ah… Helmi partit dans un fou-rire, tout en gentillesse.
– Impossible… Ce chien ! 
– Ah je le savais ! Lexas croisa les bras. C’est un esprit le chien c’est ça ? Je m’en suis douté ! Quand j’ai vu la tombe !
– Pas un fantôme… Aryna arriva à bouger les yeux et fixa la petite fille qui s’éloignait. C’est une matérialisation… Mais c’est impossible…
– Pourquoi ça ? Lexas regardait les filles alternativement. Hum ?
– Vous voyez ce qu’à fait Aryna tout à l’heure ? 
– Matérialiser la petite boule ?
– Oui ah ah ah… La petite boule… C’est une manipulation d’un niveau extrêmement avancé qui requiert entraînement complexe, concentration, talent et qui dure en général quelques minutes. 
– D’accord. Les trois personnes reprirent la route et discutèrent en marchant.
– Maintenant vous voyez Flash ? Cette gamine le matérialise en permanence sans même sembler forcer un instant…
– Attendez c’est… Je veux bien qu’elle ait une présence écrasante mais de là à… Tu es sûre que ce n’est pas plutôt l’âme du chien qui ne veut pas quitter sa maîtresse ? 
– Sûre… Helmi essuya une larme de rire.
– C’est impossible je te dis ! Ce chien paraît bien trop réel ! L’énergie vitale c’est une lumière bleue !
– Et qui t’a dit ça ?
– Ben c’est… C’est comme ça ! On a toujours fait ça, l’énergie vitale, c’est une lueur bleue !
– Et si ce n’était pas le cas Aryna ? Si on se trompait… ?
– Attendez attendez… Alors… Le Dracarosse ! Quand Aryna a perdu connaissance…
– Quand je suis morte… Aryna pesta.
– Oui… Bref, quand on était en chute libre… “Vous tombiez sur la maison de Flash”… Ne me dis pas que…
– Si… C’est cette gamine qui vous a sauvé. Je l’ai vu. 
– Mais c’est insensé ! Aryna tapa du pied. C’est impossible Helmi ! 
– Et pourtant… Dis-toi qu’elle fait tout ça sans jamais attirer l’attention… Et crois-moi, j’ai eu tout le temps de l’observer… Des prodiges comme ça, elle en fait à la pelle… 
– Mais comment ! Et pourquoi ?
– La bienveillance…
– Pardon ?
– Cette gamine est réellement gentille Aryna. Elle veut tellement aider les autres qu’elle fait tout ça en secret. La Directrice pense qu’Ashima veille sur eux mais si elle savait le vrai nom de leur bienfaitrice…
– Mais c’est impossible, c’est…
– Ce n’est pas impossible Aryna ! Je t’assure, je l’ai vu ! Ce n’est pas impossible, c’est juste qu’on a jamais rien vu de tel ! Mais je te le jure, cette gamine est une merveille !
– Et ma mère veut la recruter… ? Comment sait-elle pour cette gamine ?
– Aucune idée… Tu connais la Haute Concubine, elle sait toujours un tas de choses… Mais non, elle ne veut pas la recruter… Elle m’a demandé de la retrouver et de la conduire auprès d’une amie à elle.
– Une amie à elle ?
– Oui à la Capitale, une certaine Raven.
– Et tu sais qui c’est ?
– Absolument pas… 
– Mais tu as trouvé la gamine depuis longtemps non ? Pourquoi ne pas l’avoir emmenée.
– Disons que je ne sais pas comment faire… D’un côté j’ai la Directrice, qui rechigne à la laisser partir… De l’autre il y a Sam… Elle tient vraiment à aider ses amis, et la convaincre de partir n’est pas chose aisée… Surtout qu’elle est toujours en train de se balader dans les Terres Blanches… Lui dire qu’on va l’emmener loin de ses amis pour aller l’enfermer à la Capitale, sans qu’elle ne puisse sortir et en plus qu’elle sera en danger à chaque instant à cause de ses capacités… Enfin tu vois le casse-tête…
– Pourquoi est-ce que ma mère veut faire ça…
– Aucune idée…
– Pardon mais… Lexas revint dans la conversation. La Directrice n’a vraiment rien remarqué sur les capacités de la gamine ?
– Je ne pense pas non… Elle est à chaque fois persuadée qu’Ashima veille sur son bâtiment… Chaque fois qu’une chose un peu extraordinaire se manifeste, elle pense à la volonté de celle-ci… Sans compter que Sam fait bien attention de ne jamais se faire remarquer… Il faut vraiment soupçonner quelque chose et être très attentif… Sauf si comme vous, on peut ressentir l’énergie vitale mais…
– Et son chien ? Les autres enfants doivent bien essayer de jouer avec non ?
– Etrangement non… Ils en ont peur, même s’il est adorable… 
– Mais c’est quand même incroyable ! Il va falloir que…
– Là-bas !

Lexas cria. Les deux amies regardèrent vers la petite fille et ils se rendirent compte qu’elle était accostée par un groupe d’hommes… Un groupe d’hommes visiblement peu recommandables… Flash était sur la défensive, les babines retroussées…

– On non c’est pas vrai ! Helmi pesta à son tour.

Les trois compères hâtèrent le pas pour aller à leur rencontre.

– Alors jeune fille on se balade toute seule ? C’est pas bien prudent ça… Ah non tiens, voilà tes tuteurs visiblement…
– Sam ma puce. Aryna s’approcha de la petite fille. Tu viens avec moi ? On va cueillir les fleurs pendant que Lexas et Helmi discutent avec ces gentils messieurs…
– D’accord. Mais faites attention, ils ne sont pas très gentils…
– Merci ma grande. Helmi lui fit un clin d’œil. Allez, va.
– Mais c’est dommage qu’ils ne puissent pas voir le champ de fleurs parce que… La voix de Sam s’éloigna pour disparaître.
– Messieurs… Lexas se redressa le torse. On peut vous aider ?
– Tiens oui le blondinet, tu vas nous aider. Tu vas peut-être même faire plus. Hey les gars ? Cette tunique, c’est pas pour les pisseux de Maartkham là ? Comment ils appellent ça. Les Cepastial ? Ouais, les mecs qui ont des tas de gonzesses plein aux as, qui forniquent à longueur de journée… Y a moyen d’avoir un extra non ? Les Prêtres avaient raison, regardez-les !
– Les Prêtres ? On peut savoir qui vous êtes les gars ?
– Non tu peux pas. Tu la fermes la câtin. On parle avec ton Maître, reste à ta place ou mets-toi à genoux, j’ai un cadeau pour toi ! Tu le déballeras pendant qu’on cause entre hommes…
– Oh d’accord… Vous voyez ? Helmi fit un léger sourire à Lexas.
– Vous étiez donc avec des Prêtres ? Charmante compagnie… Lexas continua.
– Ils paient bien. Ils avaient besoin de guides, mes gars et moi on connait bien la région. Puis ils nous ont dit que vous viendrez là ! Alors nous voilà ! Je serais curieux de savoir combien tu donneras pour sauver ta vie et celle de tes petites salo…
– Oh je vous arrête de suite les gars… Pour le paiement c’est pas à moi qui faut demander, mais à la charmante jeune femme à côté de moi.
– Heiiiiiin ? Cette grognasse ? Tout juste bonne à satisfaire un bonhomme au lit ?

Le bandit se pencha sur Helmi pour l’impressionner, mais la jeune concubine ne recula pas et lui fit un charmant sourire avant de lui porter un énorme coup dans les parties intimes. Il tomba à la renverse instantanément. La jeune concubine tournoya sur elle-même et Lexas lui laissa de la place. Le spectacle était magistral. Helmi esquivait les coups des cinq assaillants dans une danse gracieuse et féérique. Elle ne rendit jamais un seul coup, elle se contentait d’esquiver en dansant. Exténués, les cinq brigands s’arrêtèrent.

– Mais c’est qui cette gonzesse !
– Je suis Helmi, concubine du grand Lexas de Maartkham. Et je vous demanderai de ne plus jamais faire de mal à quiconque à partir d’aujourd’hui messieurs… Tournez-vous vers l’altruisme. 
– Ah ah ! J’aimerais bien voir ça tiens !
– Non justement, vous ne le verrez pas…

Helmi sortit une poudre de l’une de ses petites sacoche et la souffla sur les hommes, qui se jetèrent immédiatement au sol. Ils se tenaient les yeux dans d’horribles cris de douleur.

– Mes yeux ! Mes yeux ! Sorcière !
– En voilà un vilain mot… Ce ne sont juste que de magnifiques plantes.
– Qu’est-ce que t’as fait, espèce de sale garce !
– Je vous empêche de faire du mal à nouveau. 
– Je ne vois plus rien !
– Non, et vous ne verrez plus jamais rien…

La poudre qu’Helmi avait projetée dans les yeux des hommes était un mélange de Cythiasys et de Mordulfen, un mélange de plantes très toxique, qui, en contact avec certaines parties du corps, peut se transformer en un puissant poison. Ces brigands l’avaient appris à leurs dépends… Lexas le comprit : mieux valait ne pas plaisanter avec Helmi non plus. Il prit peur de voir à quel point ses concubines étaient dangereuses… Il avala sa salive et se dit qu’il valait mieux ne pas les énerver… En un souffle elle avait mis à terre cinq grands costauds… 

– Voilà ce que je vous propose messieurs. Vous me dites ce que veulent ces Prêtres et je vous dirai s’il y a un remède pour retrouver la vue. Ça vous convient ?
– Ahhhh espèce de… Ahhhh… Bon, bon d’accord. Qu’ils aillent à Shayon ! Ils cherchaient l’orphelinat des cinqs Pommiers ! Ils cherchent une gamine ! Ils nous ont demandé de les y conduire c’est tout, je le jure !
– L’orphelinat ! Quand ça ?
– Ce matin ! Après ils nous ont dit de venir ici et d’occuper ceux qui viendraient ! Ils doublaient la paie !
– C’est pas vrai ! 
– Le remède ! Donne-nous le remède !
– Le remède ? Oh non désolé, il n’y en a pas.
– Quoi !!! Sale petite… Tu as dit qu’il y en avait un !
– Pas du tout ! Je ne mens jamais, j’ai ça en horreur. Et je vous ai dit exactement : “Je vous dirai s’il y a un remède…”. Et la réponse est non. Je n’ai jamais dit qu’il y en avait un…
– Miserable petite…
– Un souci Helmi ?

Aryna et Sam étaient de retour de leur cueillette. Elles avaient de superbes bouquets de fleurs violettes brillantes, comme si elles étaient faites de miroir. Helmi hésita mais finalement, elle donna l’explication devant Sam.

– Je vous avais dit qu’ils n’étaient pas très gentils. Vous allez bien monsieur ? Samantha se pencha sur l’un des brigands qui se tortillait.
– Aryna. Le Grand Ordre attaque l’orphelinat il cherche… Quelqu’un…
– Le Grand Ordre ? Samantha se releva et laissa tomber son petit bouquet de fleurs. Ils ne sont pas gentils, ils font du mal aux gens ! Mes amis sont en danger ! Ils vont leur faire du mal !

Sans même leur laisser le temps de répondre, Samantha et Flash se lancèrent dans une course folle. Helmi essaya de l’attraper au passage mais elle était trop rapide.

– Sam attends !
– Par ici ! Il y a un raccourci, on peut y être en quelques minutes !
– En quelques minutes ? Mais c’est impossible ! Il nous a fallu des…
– Venez, s’il vous plaît ! Ils sont en danger ! Il faut les aider !

Samantha courrait aussi vite qu’elle le pouvait. Tellement vite que les trois amis avaient du mal à la suivre. Tant pis pour les brigands, de toute façon, ils ne pourraient plus faire grand mal. Ils arrivèrent près d’une immense falaise. A une cinquantaine de mètres en dessous se trouvait un tout petit lac qui s’enfonçait sous la montagne. En temps normal, le petit lagon arboré qu’ils constituaient aurait été une merveille… Mais ici…

– Si on saute dans ce lac, on sera à quelques minutes à peine de l’orphelinat !
– C’est de la folie Sam ! On va se tuer !
– Mais non je le fais souvent, venez ! Flash, saute !

La petite fille et son chien sautèrent sans une once d’hésitation, ce qui ne fut pas le cas des autres. Lexas regarda le lac qui paraissait si lointain, et regarda la petite fille s’y enfoncer comme si de rien n’était. Elle refit surface et se précipita vers l’orphelinat. Lexas ne pouvait pas bouger.

– Aryna ! Tu veux pas faire un de tes trucs là ? Il fut ignoré.
– Aryna, c’est Sam que le Grand Ordre cherche ! S’ils la trouvent…
– Mais comment ? Pourquoi ?
– Comment ils l’ont trouvé j’en sais rien ! Mais pourquoi tu le sais très bien ! Le nouveau Suprême veut tous les Gardiens à ses côtés, de gré ou de force !
– Pour quoi faire les filles ? Il monte une armée ou quoi ?
– C’est pas le moment ! On doit sauter ! Vite ! Helmi sauta.
– Mais on va s’écraser comme des grosses crêpes !
– On a pas le choix Lexas… Wanli et Tsomy sont là-bas ! Elles sont aussi en danger ! Aryna sauta à son tour…
– Oh c’est pas vrai c’est… Lexas joignit ses mains. Ashima par pitié ! Que cet acte de courage soit récompensé ! Pitié ! Ahhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhh !

Lexas ferma les yeux et sauta à son tour. Les secondes lui parurent des heures et il heurta finalement la surface de l’eau, avant de s’enfoncer profondément dans les entrailles du lac. Il vit les bulles tout autour de lui et remonta rapidement à la surface. Là, il chercha des yeux la rive et vit Helmi et Aryna remonter… L’eau avait rendu leurs vêtements totalement transparents… Et il remarqua avec joie qu’Helmi ne portait pas de sous-vêtements… Il ne manqua pas d’admirer la beauté de ses formes. Aryna le tira de sa contemplation.

– Lexas ! Dépêche-toi ! C’est par là ! On s’avance !
– J’arrive ! J’arrive ! Allez-y ! Lexas regarda au ciel. C’était si rapide ! Merci Ashima ! Merci ! Je promets que je ferai preuve de plus de courage alors hein… On continue comme ça ? Merci !

Lexas sortit de l’eau à son tour et courut à toute vitesse en suivant les traces d’eau des filles avant lui. Une odeur de brûlé et de feu arriva à ses narines, puis un spectacle de désolation. L’orphelinat était totalement en proie aux flammes, les enfants couraient de tous les côtés, certains criaient, d’autres voyaient leurs vêtements en feu. Au milieu du chaos, vers les bancs de son petit déjeuner, il aperçut Aryna et Helmi en plein combat avec plusieurs Prêtres. Près de l’entrée, Tsomy essayait de bloquer le passage à d’autres hommes. Il n’y avait aucune trace de Wanli. Samantha elle, aidait ses amis à éteindre les flammes qui les menaçaient et faisait des allers-retours dans le bâtiment en flamme pour secourir ceux bloqués à l’intérieur. Lexas devait agir vite. Qui allait-il aider ?! Il décida d’aller aider la petite fille. La vie des enfants passait avant tout ! Il la rejoignit et l’aida à faire sortir la Directrice.

– Sam ! Sors de là ! Je m’occupe de l’intérieur, c’est trop dangereux !
– Mais tu ne connais pas les lieux !
– Je me débrouillerai ! Je t’en prie, fais moi confiance ! Directrice ?
– Ou… Oui… 
– Combien vous avez de gamins ici ?
– Trente sept…
– Sam, il reste des amis à toi à l’intérieur ?
– Oui !
– Ok viens ici et aide la Directrice à compter ! Je veux savoir combien il en manque !
– D’accord !

Lexas sauta par la fenêtre et tenta de se repérer dans les flammes. Il se mit à quatre pattes pour éviter au maximum la fumée et son premier réflexe fut d’aller dans la chambre de Wanli. Là, il y trouva sa concubine ainsi que trois enfants. Il attrapa la jeune femme et demanda aux enfants de le suivre. Il fit le chemin retour et les aida à se mettre en sécurité. De leur côté, les filles travaillaient de concert afin de repousser les assaillants, et Lexas fut subjugué par leur efficacité et leur talent. Aryna et Tsomy prenaient bien plus de risques que lors de leur précédente déconvenue avec les Errants, et il comprit rapidement pourquoi : dès qu’un Prêtre blessait l’une d’entres elles, Helmi arrivait en dansant auprès d’elle et les guérissait quasi instantanément. C’en était presque de la magie. A elles trois, elles mettaient à mal une vingtaine d’hommes. Aryna virevoltait dans les airs et faisait d’innombrables dégâts, tandis que Tsomy repoussait chaque tentative de l’ennemi grâce à ses petites bombes et son feu dévastateur, qui semblait danser pour éviter ses deux amies. Le spectacle était superbe et effrayant. 

– Lexas ! Il manque trois personnes ! Tu veux que je vienne t’aider ?
– Non Sam non ! Trois personnes, je les trouverai ! Aide ceux de dehors et veille à ce que personne ne les mette en danger.
– Compris !

Samantha courut vers ses amis et Lexas regarda derrière lui. Comment allait-il bien pouvoir faire ? Il avança de nouveau dans les flammes et hurla.

– Les enfants ? Où êtes-vous ? Pas de réponse… Il continua à l’aveugle… Il y a quelqu’un ? Les enfants ? Eh oh ? Toujours rien… Il s’enfonça d’avantage. Les enfants ?
– Ici… Ici !

Lexas entendit de petites voix provenant de l’étage. Il y monta péniblement en se frayant un chemin à travers les flammes. L’un des garçons était coincé sous une poutre du plafond tombée sur son lit. L’un de ses deux amis, tentant de l’aider, s’était grièvement brûlé au bras et l’autre était complètement terrorisé. Lexas prit les deux enfants et les mit en sécurité dans un renfoncement. Puis il alla vers celui coincé par la poutre. Il attrapa les draps du lit afin de protéger ses mains des braises, mais ils prirent feu. Il les jeta et demanda au petit garçon s’il pouvait bouger.

– Hey, hey. Tout va bien se passer, il suffit que j’enlève cette poutre d’accord ? Dès que c’est fait, je veux que tu fonces vers tes amis ! Tu peux le faire ça hein ? Tu n’as pas mal à la jambe ?
– Non, elle est juste coincée ! J’ai peur !
– N’aie pas peur, je suis là. Tu as compris ?
– Oui… Je fonce vers mes amis.
– Voilà ! C’est bien ! Allez on y va !

Lexas n’était pas dupe, il savait que pour dégager cette poutre, il fallait frapper fort… Et il se doutait très bien qu’à tout moment, les autres poutres pouvaient de ce fait tomber aussi. Il fut fortement tiraillé : laisser le petit coincé et sauver à coup sûr les deux autres pour revenir après, au risque de le perdre, ou tenter le sauvetage immédiatement ? Finalement, il opta pour la seconde option. Il savait qu’il risquait lui aussi de finir sous les poutres en feu, mais il ne pouvait s’imaginer laisser un gamin mourrir comme ça.

– Tu es prêt petit ? Allez, trois, deux, un…

Lexas prit de l’élan et fracassa son épaule blessée sur la poutre, ce qui rouvrit une nouvelle fois sa blessure. La poutre en feu se déplaça légèrement, et le petit garçon arriva à se dégager. Conformément aux ordres de Lexas, il fonça vers ses amis. Le Gardien se releva et rebroussa chemin, mais le toit menaça de s’effondrer sur eux. Il s’arrêta et l’un des enfants lui montra un autre chemin. Ils s’enfoncèrent ensemble dans un renfoncement, mais le plancher céda sous leur poids. Ils chutèrent lourdement et l’un des enfants vit sa jambe transpercée par un énorme bout de métal. Il hurla à mort. Lexas fut horrifié par la scène. Il courut vers l’enfant et tenta de le lever, mais la douleur de sa blessure ouverte cumulée à la chaleur le mit à genoux à son tour. Il entendit des craquements et regarda au plafond… Il put esquiver de justesse de lourdes poutres qui vinrent se fracasser à quelques centimètres du petit groupe. Dans la chute, des flammes volèrent sur leurs vêtements. Lexas et les enfants prirent feu ! Leurs vêtements étaient en train de brûler et les petits paniquèrent.

– Enlevez-les ! Enlevez vos vêtements !

Lexas hurlait, mais dans la panique et la peur, ils n’écoutaient pas et essayaient d’éteindre les flammes en vain. La situation était désespérée ! Lexas allait voir des enfants brûler vif devant lui ! Il hurla mais soudain, les flammes disparurent et se mirent à voler autour d’eux. En quelques secondes, un chemin s’ouvrit devant eux, les flammes s’écartèrent pour former un passage. Lexas regarda au bout de ce tunnel de flammes et vit de magnifiques yeux verts briller. Et une tresse d’or complètement décoiffée… La petite Samantha était au bout de celui-ci et pointait les mains vers eux.

– Dépêchez-vous !!!! Cria la petite fille.
– Allez ! Les enfants, allez ! On fonce !

La douleur dans l’épaule de Lexas le lançait au plus haut point, mais il parvint à soulever le petit blessé et à le porter dehors. Sam les suivit tout en contrôlant les flammes, et arriva à sortir avec eux. Puis, elle hurla, ce qui attira l’attention de toute l’audience, concubines comme Prêtres. En un instant, les jeunes femmes se jetèrent au sol et un impressionnant tunnel de flammes s’abattit sur les Prêtres. Ces derniers partirent dans tous les sens, certains cherchant le lac, d’autres se roulant au sol pour tenter d’éteindre les flammes. Les concubines étaient surprises, mais se relevèrent et partirent rejoindre les autres. Helmi se précipita vers le petit blessé, tout comme Samantha. Tandis qu’elle appliquait les premiers soins, Helmi demanda à Sam :

– Sam ! Comment tu as fait ça ? 
– Je ne sais pas trop Helmi, je le veux et je le fais… C’est tout…
– Tu es consciente que tu es une Gardienne hein ? Rassure-moi !
– Oui pourquoi ça ?
– Mais alors pourquoi est-ce que tu l’as caché jusqu’à présent !
– Mes parents m’ont toujours dit de faire ça en secret parce que…
– DONNEZ-MOI LA GAMINE !

Le groupe se retourna vers la puissante voix rauque. Une montagne de muscles se présenta à eux. Lexas fut horrifié, l’homme était en feu, mais cela ne lui faisait rien. Il avait de petits yeux terrifiants, un crâne chauve lui aussi en feu et une sorte de grosse combinaison. Aryna émit un petit soupir d’énervement.

– Qu’est-ce qu’il y a Aryna ?
– Ce molosse… C’est un Gardien. Et un puissant Elémentaliste, comme moi.
– Comment tu sais ça ?
– Parce que je le connais… L’incendie, c’est sa petite touche personnelle…
– Quoi ?

Le Gardien du Grand Ordre s’avança à pas décidés et sa carrure de plus en plus imposante effraya les enfants qui se regroupèrent en panique autour de la Directrice. Lexas fut le premier à se lever et à se mettre en travers de sa route.

– Tu ne toucheras pas à un cheveux de ces enfants Prêtre !
– Prêtre ? Ne m’insulte pas vermine ! Je ne suis pas un Prêtre ! Je me nomme Héphaestos, l’un des 7 Gardiens sacrés de sa Sainteté le Suprême. 
– Oh… Pour venir enlever une gamine tu dois être dernier au classement alors…
– Silence hérétique ! Donnez-moi la gamine ! Ou je brûlerai vive chaque personne ici !
– Tu n’auras personne tête d’œuf….
– J’espérais cette réponse le blondinet…

Le colosse commença à faire danser les flammes autour de lui et dans une valse démoniaque, lança un jet mortel sur le groupe. Alors que les flammes allaient les percuter, elles firent demi-tour et retournèrent vers l’expéditeur. Aryna avait des yeux jaunes luisants et les bras en croix devant son corps. Tsomy se releva et se positionna à côté d’elle.

– Aryna… Tu ne tiendras pas ! Pas après…
– Je sais Tsomy… Je suis déjà à ma limite… Heureusement que tu es là…
– La bonne blague…
– Pourquoi est-ce que tu dis ça Tsomy ? Lexas fixait l’ennemi.
– Parce que mon truc c’est le feu Lexas… Autant dire que je lui donnerai des cartouches…
– Effectivement… Dans ce cas c’est à moi de…
– Tu ne toucheras pas à Samantha monstre !!!! Yaaaaaah !!!!
– Qu’est-ce que ? Lexas fut dépassé par une silhouette, petite et frêle…

Du haut de son mètre vingt, le petit Isaac se jeta sur Héphaestos, levant un poignard trouvé sur l’un des Prêtres au sol. Il prit un puissant appui et porta un coup en plein dans le cœur du colosse. Il avait visé juste, la lame se dirigeait vers sa cible ! Mais elle était bien trop lente pour un Gardien si puissant. L’homme attrapa le petite garçon en plein vol par le bras et le souleva comme une plume. Il rigola et lui arracha le poignard des mains. 

– Mouah ah ah ah ah. Le petit moustique ! Tu sais ce que je fais aux moustiques moi ? Allez, vole…

Le colosse fit voler Isaac dans les airs, qui eut le temps de croiser le regard de Lexas. Puis, le petit être vint s’empaler sur le poignard que tenait encore le Gardien, en plein cœur. L’ensemble du groupe émit des cris déchirants. Héphaestos rigola, regarda le gamin saigner abondemment et le lança au sol comme un vulgaire déchet. Aryna vit rouge, ses yeux se mirent à briller comme jamais et dans un cri de rage elle se jeta sur l’ennemi dans un torrent de flammes. Tout le feu des alentours se dirigea vers le Gardien du Grand Ordre, qui arriva difficilement à le contenir, surpris par la manœuvre. Lorsqu’il put enfin s’en débarrasser et chercher une cible à viser, il fut pris de court par Tsomy qui essaya de lui coller deux petites bombes dans les orbites. La jeune concubine se lança en furie sur lui et s’accrocha à sa tête, tentant de lui enfoncer les explosifs. Le colosse arriva difficilement à résister et attrapa chacun des bras de la concubine avec les siens, ce qui laissa le champ libre à Helmi pour récupérer Isaac sans danger. Elle le conduisit auprès de ses amis et appliqua les premiers soins. Samantha, en larmes, tenta de l’aider.

– Non, non, non Isaac ! Mais pourquoi il a fait ça !
– Parce qu’il voulait te protéger Sam.
– Mais il n’avait pas à me protéger ! Il est malade ! Il ne peut pas !
– Ça ne se contrôle pas Sam ! Il a voulu faire ce que tu fais toujours : protéger ses amis !
– Mais il ne se réveille pas Helmi ! Il ne se réveille pas ! Isaac! 
– Passe-moi le seau d’eau là-bas ! Helmi arracha un bout de sa robe. Je dois d’abord enlever tout ce sang ! Oh la vache ! C’est pas joli ça… Non, non… Tiens bon Isaac ! Tout va bien se passer ! Directrice, venez ici, donnez moi un…

Lexas regarda le spectacle qui s’offrait à lui. Un orphelinat en flammes, des enfants innocents blessés, apeurés, un petit garçon entre la vie et la Mort, une petite fille en pleurs, une amie blessée et trois autres en train de tout risquer pour sauver les autres. Soudain, il ressentit la même haine et la même colère que lorsqu’il avait été en face du Grand Prêtre Soratis dans cette ruelle, cette même ruelle qui l’avait conduite ici… Le goût du sang dans sa bouche… Les pleurs et les cris de terreur qui résonnaient autour de lui lui montèrent à la tête et il fut prit d’une folle envie de meutre. Il ne pouvait y résister et il ne le voulait pas. Ses yeux se gorgèrent de sang et il sentit une puissance inouïe dans ses veines.

De leur côté, Aryna et Tsomy perdirent pied face au colosse. Aryna, à bout de forces, n’arrivait plus à dévier efficacement les flammes lancées par Héphaestos, qui commençaient à dangereusement frôler les enfants. Elle recula, de plus en plus, elle sentit sa tête tourner et trébucha sur une poutre en feu. La Gardienne tomba à la renverse mais fut soutenue par des bras musclés… Des bras déterminés… Elle leva les yeux et vit un regard qu’elle n’avait jamais vu… Elle ne sut dire si les yeux du Celestial reflétaient les flammes, où si de véritables flammes brûlaient en eux.

–  Aryna. Ça suffit. Je refuse que tu risques ta vie une nouvelle fois. Voici mon ordre. Fais pleuvoir le lac sur cet enfoiré…

Aryna ne put répondre. Pour la première fois, elle ressentait une telle admiration devant Lexas qu’elle ne sut quoi dire. Ce dernier la toucha et elle sentit un regain de vitalité en elle. Elle lui confirma de la tête et Lexas avança. La Gardienne mit son pied gauche en arrière, plia les genoux, tendit les deux bras en avant comme pour attraper quelque chose et ferma les yeux. Elle se concentra et quelques secondes plus tard, ouvrit les yeux dans un léger cri de détermination. Ses cheveux se mirent à voler, les gravillons à se soulever autour d’elle et ses yeux brillants jaunes virèrent au bleu. Cette vision calma la plupart des enfants, qui furent absorbés et passionnés par la jeune femme.

Tsomy de son côté, encaissait les coups tant bien que mal. Son objectif était uniquement de gagner du temps, elle savait très bien qu’elle ne pouvait rien faire de plus. Elle n’avait pas une force physique suffisante et ses talents ne lui servaient à rien si ce n’est à renforcer l’adversaire. Elle était fatiguée et sentait que ses mouvements se faisaient de plus en plus lents. Soudain, elle devina que le colosse allait faire une feinte, feignant de la frapper à la tête mais en visant ses jambes. Elle le savait, mais elle savait aussi qu’elle ne pourrait pas l’esquiver. Le prochain coup allait la mettre hors combat. Elle baissa les yeux sur le pied du Gardien qui faucha sa jambe à une vitesse incroyable. Elle tomba à genou et vit le poing de celui-ci lui arriver droit dans les yeux. Ce coup allait être extrêmement dangereux et douloureux… Elle ferma les yeux pour mieux encaisser et sentit un puissant courant d’air. Ses cheveux volèrent tout comme la transpiration qui recouvrait son visage. Lorsqu’elle ouvrit les yeux de nouveau, elle vit le poing de son ennemi à quelques centimètres d’elle, bloqué par un autre… Elle leva instinctivement les yeux.

– Lexas… ?
– Tu t’es bien battue Tsomy… Va aider les autres, je prends le relais…
– Je… Oui…

Tout comme Aryna, Tsomy ne put s’empêcher d’avoir une lueur d’admiration dans les yeux. Le sauvetage et la voix de Lexas étaient si classes ! Voilà le vrai visage de son Célestial ! Elle courra en vitesse vers Helmi pour apporter son aide. Le colosse recula de quelques pas, surpris par la force de son adversaire. Il vit un jeune homme blond aux yeux brillants se tenir droit dans les flammes. Il vit son aura meurtrière dégouliner par chacun de ses pores… L’énergie vitale autour de lui était démoniaque, à tel point que Héphaestos ressenti une once de panique…

– Misérable ! Qui es-tu pour oser me défier !
– Je ne suis personne… Je ne suis qu’un simple assassin… Et je vais te tuer.

Lexas s’avança. Héphaestos aurait juré que le Celestial aspirait les flammes et les recrachait dans une volute de fumée. Lexas ramassa le poignard qui avait servi à empaler le petit Issac et avança sans peur vers le colosse.

– Faire ça à Isaac… Toucher à mes précieuses concubines…
– Ah ah ah ah ! Regardez-le jouer aux durs ! Très bien ! Je vais te briser les jambes et les bras et t’obliger à me regarder les étriper un par un, tous autant qu’ils sont. Et j’en profiterai pour m’amuser avec le corps de tes petites catins !
– Non. Car je vais te tuer…
– Ah ah ah ah ! J’aimerais bien voir ça.

Lexas effectua son premier mouvement en un éclair, mouvement qui le surprit lui-même. Il se sentait aussi léger et puissant que cette fois-là, cette fois qui l’avait conduite jusqu’ici ! Il courut droit vers son ennemi et vit son premier coup de poing arriver au ralenti ! Il pouvait le voir au ralenti ! Il l’esquiva, et passa derrière lui dans un dérapage à cent quatre vingt degrés. Il croisa le regard d’Aryna, qui hurla et bougea péniblement ses bras tendus vers Héphaestos, comme si elle portait à bout de bras une incroyable masse invisible. Dans une totale confiance, Lexas se lança dans une nouvelle course et sauta sur le colosse en feu. Il prit son élan sur un rocher et sauta sur celui-ci, faisant fi des flammes. Avant qu’elles ne puissent l’atteindre, une énorme masse d’eau vint les éteindre. Lexas profita de la surprise Héphaestos pour lui asséner un énorme coup de genoux dans le nez, ce qui fit reculer le colosse et le mit à genoux. Aryna tomba elle aussi un genoux, elle était à sa limite. A peine avait-il touché le sol que Lexas fit un demi-tour, suivi d’une pirouette qui empêcha le colosse de le contrer et visa l’œil de son poignard. Il fit mouche. Dans un hurlement terrible, le colosse se releva et attrapa Lexas par la nuque, toujours accroché, avant de le lancer dans l’orphelinat en feu.

De son œil valide, il regarda le Gardien s’enfoncer dans les flammes, et ria. Il avait calciné le problème. Mais quelques secondes après, Lexas sortit du bâtiment enveloppé par une bulle de feu. Le colosse tourna ses yeux vers Aryna, mais elle était hors course. Il regarda alors plus loin et se rendit compte qu’une petite fille aux yeux émeraudes avait les bras tendus vers son ennemi. Il n’eut pas le temps de réfléchir, Lexas était déjà revenu à la charge. Le Gardien tenta de le poignarder, mais il arriva à dévier le coup à la dernière seconde. Le colosse frappa à son tour, Lexas esquiva. Le colosse frappa encore. Lexas esquiva et arriva à lui entailler le bras. Le colosse frappa encore ! Cette fois-ci, Lexas prit le coup en plein dans l’épaule. Il mit genoux à terre. Avec une vitesse incroyable, Héphaestos attrapa à deux mains l’épaule blessée de Lexas et commença à lui écarter la blessure, il l’ouvrit encore plus. Lexas sentit sa chair se déchirer et l’os de son épaule se démettre. Il hurla de douleur et crut s’évanouir.

Héphaestos arrêta et le leva par son bras droit tel une plume, tout comme il avait levé le petit garçon. Il le fixa de son œil valide et rigola…

– Un autre petit moustique… Ah ah ah ah ! Je vais te tuer avant que tu ne t’évanouisses misérable !
– Règle numéro une…
– Quoi ? Qu’est-ce que tu racontes ?!
– Règle numéro une… Pour être habile au combat, un assassin doit être habile de ses deux mains… Lexas rigola doucement.
– Assez ! Tu vas…

Le colosse ne pût anticiper le mouvement. De sa main droite, Lexas laissa tomber le poignard. Héphaestos eut à peine le temps de voir passer l’arme devant ses yeux, que le Celestial l’attrapa de sa main gauche avec habileté et vint lui planter dans l’autre orbite. Le colosse le lâcha et tomba à la renverse. De ses mains, il attrapa le poignard et tenta de l’enlever, mais Lexas tenait bon. Ce dernier mit toute sa force dans cet ultime mouvement et prit le dessus sur son ennemi, arrivant à lui enfoncer l’arme en plein dans le crâne. Dans un ultime cri de douleur, le colosse s’effondra, sans vie. Lexas tomba à son tour à la renverse, son sang coulant à flot. Il vit le visage d’Aryna et ferma les yeux. Il entendit Samantha crier le nom d’Isaac, puis perdit connaissance.

Il se réveilla quelques minutes plus tard et vit cette fois-ci le visage d’Helmi. Elle lui appliquait un tissu humide sur le visage et le frais lui fit le plus grand bien. Il voyait qu’elle parlait, mais il n’entendait que des bruits sourds. Il regarda autour de lui. Il vit une petite fille à la tresse dorée pleurer sur le corps sans vie d’un petit garçon, une vieille femme en pleurs qui essayait d’arrêter les saignements de plusieurs enfants et des hommes fuir en rampant. Enfin, il reprit ses esprits, ébloui par les flammes qui dansaient toujours autour d’eux.

– Lexas ? Lexas ? Vous m’entendez ? Lexas !
– Oh… Ma tête… Ahhhh ! Mon épaule !
– Ça va aller ! Je vous l’ai remis en place et j’ai suturé, ça tiendra le temps que je fasse mieux ! Lexas, où sommes-nous ?
– Quoi ?
– Où sommes-nous ?
– A… A l’orphelinat des cinq pommiers euh…
– Comment êtes-vous arrivé ici ?
– En Dracarosse…
– Quand ?
– Hi… Hier…
– Comment je m’appelle ?
– Helmi…
– Bien… Reposez-vous Lexas !

Helmi se leva et se rua vers les enfants pour les soigner. Lexas vit Aryna évanouie non loin de lui et Tsomy exténuée à genoux aux côtés de Wanli toujours inconsciente… Mais ce qui lui brisa le plus le cœur, c’est cette petite fille, seule, qui pleurait toutes les larmes de son corps… Ses yeux se fermèrent sur cette vision, et il savait qu’elle allait le hanter toute sa vie…

Le feu avait fini de consommer tout ce qu’il pouvait dans les environs. Il ne restait qu’une odeur de brûlé et de Mort. Lexas cherchait ce qu’il restait de ses affaires, mais il n’y avait plus grand chose. Il se dirigea vers la sortie et vit Tsomy creuser un trou… Un petit trou, beaucoup trop petit. Aryna était assise sur un banc, des bandages partout sur le corps, et il la rejoignit. Elle s’essuya une larme.

– On devrait pas avoir à creuser des trous si petits Lexas…
– Je sais Aryna, je sais… Je suis désolé…

Aryna ne put retenir ses larmes et attrapa la veste de Lexas pour se blottir contre son épaule. Elle pleura toutes les larmes de son corps. De son côté, Helmi arriva avec un bout de tissu dans les bras, recouvrant un petit corps sans vie. Elle essayait de cacher ses larmes, tout en avançant. Avec l’aide de Tsomy, elle déposa le petit Isaac dans le trou. Tour à tour, les enfants jetèrent un peu de terre dans celui-ci. Flash lui aussi poussa un peu de terre de son museau. Lexas se demanda comment une matérialisation pouvait déplacer de la matière, mais il s’en moquait totalement. A son tour, Samantha s’avança et déplaça un peu de terre. Elle jeta une magnifique fleur violette aux pétales de verre et y ajouta une petite écharpe blanche. La directrice passa après elle, mais attrapa de nouveau l’écharpe et se dirigea vers Samantha.

– Sam ? Pourquoi est-ce que tu as mis cette écharpe avec Isaac ?
– Parce qu’il attrapait toujours froid… Je lui ai faite pour pas qu’il tombe malade…
– Alors je suis sûre qu’il voudrait que tu la gardes ! 
– Pour la donner à quelqu’un d’autre ?
– Non, pour qu’elle te protège, comme il a voulu te protéger…
– Des larmes parcourent les joues de Sam. Mais je n’ai pas réussi à le protéger moi… J’ai échoué…
– Tu n’as pas échoué Samantha. Et lui non plus, la preuve tu es encore là. Tu te dois de vivre pour lui, c’est comme ça que tu le protégeras, que tu protégeras sa mémoire.
– Mais ce n’est pas juste… C’est… C’est moi qu’ils cherchaient…
– Et c’est pour ça que cette écharpe te protégera… 

La petite Samantha essuya ses larmes et s’emmitoufla dans l’écharpe, qui lui cacha la moitié du visage. Helmi s’accroupit à côté d’elle et lui mit sur la tête une capuche assortie à l’écharpe. La guérisseuse fit un sourire.

– Et voilà… Samantha la Justicière ! Personne ne connaît son visage, mais tout le monde connaît son héroïsme ! Plutôt classe non ?
– Je suis pas une justicière…
– Non, tu es bien plus… La directrice prit la petite fille dans ses bras. Tu es une élue d’Ashima Samantha. Et tu es amenée à faire des grandes choses.
– Et je dirai même plus, tu es une petite fille exceptionnelle. 
– Pou… Pourquoi ? Sam essuya encore quelques larmes.
– Tu connais le proverbe ? “Celui qui cache sa bienveillance et doublement bienveillant”. Tu as toujours protégé et aidé tes amis sans même qu’ils le sachent. Et ça, jeune élue d’Ashima, c’est l’une des plus grandes des qualités… Samantha eut enfin un petit sourire. Mouhhhh ! T’es tellement craquante ! Viens là !

Helmi prit Sam dans ses bras et elles rigolèrent timidement toutes les deux. La Directrice eut une larme de tristesse, se leva, et se dirigea vers Lexas et Aryna.

– Lexas. Puis-je ?
– Bien-sûr. Ecoutez je… Je suis vraiment désolé pour Isaac je…
– Non non… Sans vous, seule Ashima sait quelle tragédie nous aurions pu vivre… La perte d’Isaac est bien assez difficile, je ne peux imaginer ce qui se serait passé si vous n’aviez pas été là… Merci… C’est Ashima qui vous a envoyé…
– Alors elle est bien cruelle… Aryna s’éloigna et alla voir ses amies.
– Pardonnez-la, elle est bouleversée. Qu’est-ce que je peux faire pour vous ?
– Samantha… Sa place n’est pas parmi nous… Cela me brise le cœur mais… Pourriez-vous l’emmener ? Elle ne peut pas rester… 
– Je le sais bien… Mais je ne peux pas la forcer… Si elle ne souhaite pas venir je…
– Monsieur Lexas !

Samantha se tenait devant Lexas, son visage caché par ses habits. Seuls ses superbes yeux verts luisants de larmes permettaient de la reconnaître.

– Helmi m’a dit pourquoi vous êtes ici. Je suis d’accord. Si je peux en apprendre plus sur ce que je suis et que cela m’aide à protéger les gens, à éviter que d’autres ne souffrent comme Isaac, alors je veux venir. Mais Helmi m’a dit de vous dire que je ne serais pas votre concubine.
– Oh eh bien… Ah ah… Comment refuser je… Bien… Dans ce cas, je suppose que tout est réglé… Mais où allez-vous aller avec les enfants ?
– Nous allons rejoindre un autre Orphelinat plus au sud… J’espère juste qu’ils auront assez de place pour…
– Allez à Maartkham. Aryna lui tendit une insigne. Rendez-vous à Maartkham et présentez ce badge. Les gardes comprendront. Trouvez la Haute Concubine et dites-lui qu’Aryna vous envoie, que vous êtes là suite à une de ses “missions”… Elle comprendra. Maartkham vous offrira un abri, de la nourriture et tout ce dont vous avez besoin, je vous en fais la promesse.
– Oh c’est… La Directrice n’en revint pas. C’est tellement d’honneur je… Nous ne méritons pas cela je… J’accepte avec beaucoup de plaisir je…
– C’est la moindre des choses… J’aurai aimé pouvoir amener tout le monde…
– Dites aussi que vous avez l’accord de Lexas !

Lexas bomba le torse mais le regard des filles lui firent comprendre que cela ne servirait pas à grand-chose.

– Dernière chose, demanda Aryna. Notre Dracarosse pourra à peine contenir notre groupe… Et même sans nous, vous ne pourrez pas tous y rentrer…
– Maartkham est à plusieurs jours de marche il est vrai mais… J’ai toujours vécu dans les Terres Blanches, je connais des chemins sûrs… Les enfants ! La Directrice tappa des mains. Regroupez vous ! Nous partons pour Maartkham ! C’est un cadeau de nos sauveurs, ces personnes et Isaac.

Des petits cris de joie s’élevèrent. Des : “Vraiment ?” “Trop cool !” Maartkham ? Génial !” se firent entendre. L’espace d’un instant, Lexas trouva à la fois mignon et très troublant la faculté des enfants à oublier leur tristesse récente… Mais il vit une petite fille qui ne l’avait pas oubliée. Malgré tout, elle fit de grands sourires à ses amis, qu’elle quitta le cœur lourd. Pas une seule fois, elle ne leur montra sa tristesse, pas une seule fois elle ne se plaignit. Un par un, elle les remercia et leur dit une petite phrase personnelle pour les encourager, leur promettant de revenir les voir. Lentement, les lieux se vidèrent, les enfants suivirent la Directrice avec leurs baluchons et le groupe se retrouva seul. Lexas était maintenant à la tête d’un groupe de quatre jeunes femmes et d’une petite fille… Ouaf ! Et d’un chien… 

– Bien… Prochaine étape : la Capitale… Joie…
– Je me doute que tu ne veux pas y retourner… Mais nous le devons.
– Oui. Avec mon aide, nous irons plus vite, je connais bien la Capitale, on trouvera Rikki plus rapidement. Moins nous y resterons, mieux ça sera ! Bien… Une idée de où elle se trouve ? 
– Oui, mais nous en parlerons en chemin, ne perdons pas de temps. Nous – devons.
– Ghua badia ATTENTION ! Derrière là ! Oh ! Démon !

Depuis le Dracarosse, les amis entendirent des cris et des paroles sans logique. Wanli venait de se réveiller, et la jeune femme avait un peu de mal à tout replacer. Elle sortit du Dracarosse complètement à l’ouest, encore dans les vapes.

–  Helmi ? Je… Qu’est-ce que ? Qu’est-ce que j’ai loupé ? Rien de grave ?

Le groupe explosa de rire et chacun alla faire un câlin à Wanli pour lui souhaiter un bon retour. Puis, Lexas se mit à charger le peu d’affaires encore intactes sur le Dracarosse. Helmi soupira en regardant le véhicule…

– Qu’y a t’il Helmi ? demanda Lexas.
– Ohhhh… Je hais ces machins là… C’est lent, inconfortable et… Je suis malade dedans… Je dois me gaver de Gorpedia… Lexas eut une tête étrange. Rassurez-vous, c’est une petite fleur, pas une drogue… Elle fait passer mes nausées… Mais ça reste extrêmement inconfortable…
– Elle a raison Aryna ! Tsomy vint se plaindre. Y a pas moyen d’aller plus vite… ? Dis ?
– Hum…
– Aryna regarda Lexas et Samantha… Elle réfléchit quelques minutes et eut un grand sourire…
– Sam ma puce… Ça te dit une première leçon avec taty Aryna ?
– Bien-sûr ! Les yeux de Sam brillaient.
– Parfait… Je vais t’apprendre comment transférer l’énergie vitale… Tu la manipules déjà, ça ira vite. Lexas… Viens par ici je te prie…
– Pourquoi est-ce que je le sens mal moi…

Le voyage fut bien plus rapide qu’à l’accoutumé… Aryna enseigna à Samantha comment jouer avec le flux de l’énergie vitale en utilisant Lexas comme cobaye : la petite Gardienne devait puiser l’énergie vitale de Lexas, la donner à Aryna qui pouvait l’utiliser pour ses capacités d’Élémentaliste, et l’énergie dégagée était de nouveau captée par Samantha qui la retransmettait à Lexas. Une sorte de circuit fermé. Cela permettait à la Concubine en Chef de faire se déplacer le Dracarosse à une vitesse bien supérieure. Tout aurait pu être merveilleux, si cela n’était pas si éprouvant pour Lexas. Il tombait régulièrement dans les pommes, à tel point que cela était devenu un jeu entre les filles et lui. Il pariait sur la durée entre deux évanouissements et les filles suivaient. Le voyage était empli de rires. L’épaule de Lexas guérissait à grande vitesse grâce aux soins d’Helmi, Wanli se remit sur pieds et repris l’entrainement sur le toit du Dracarosse en marche, Tsomy avait refait son stock de munition et tous étaient ébahis par la soif de connaissance de Sam, qui mettait Aryna dans tous ses états lorsqu’elle apprenait en quelques heures des choses que la Concubine avait mis des jours voir des mois à apprendre. Lexas était d’ailleurs épaté par la petite fille, et au fond de lui, il espérait que s’il avait une fille un jour, elle serait comme elle. Pas une seule fois la petite Sam ne s’est plaint de quoi que ce soit, elle pouvait tenir des discussions avec tout le monde et montrait une capacité d’adaptation hors du commun. Il voyait bien qu’au fond d’elles, toutes les concubines montraient une once de jalousie, même si elle n’avait que sept ans … Mais toutes l’adoraient. Quelques jours plus tard à peine, à la grande joie de tout le monde, ils arrivèrent à la Capitale, de jour. Afin de s’y infiltrer plus facilement, ils décidèrent d’attendre la nuit. Ils établirent un campement non loin, caché dans un petit bosquet.

– Et c’est là que j’ai compris qu’en réalité, j’étais complètement nue ! Tsomy arriva difficilement à finir son anecdote. Tous ses amis étaient au sol en train de pleurer de rire, sauf Sam, absorbée par l’histoire.

– Mais alors comment tu as fais taty Tsomy !? 
– Oh ça je… Je te le raconterai une autre fois quand tu seras… Plus grande.
– Mais je veux savoir la suite !
– Ah ah ah ah houuu… Helmi s’essuya une larme. Ma puce, tu veux toujours tout savoir, tu es une éponge, c’est incroyable.
– Nous devrions faire… Faire moins de bruit. A son tour, Lexas essuya une larme. On ne sait jamais, ça reste dangereux !
– A vos ordres Chef-lestial ! Aryna se redressa et attrapa une bouteille d’alcool fort qu’elle goba. Oula… Je crois que j’ai un peu trop bu… Moi aussi je pourrais me retrouver complètement nue !
– Pardon ?!
– Je plaisante, je plaisante.
– Enfin… Je savais que vous aviez vécu des aventures incroyables les filles mais là…
– Celle que nous sommes en train de vivre n’est pas mal non plus ! fit remarquer Wanli.
– Tu as raison, je n’aurai jamais pensé qu’en quittant la Capitale j’allais vivre tout ça… Mais bon, si cette fois-ci on pouvait éviter de faire exploser des trucs, de se battre ou d’être blessé, je préfèrerais tout autant… L’aventure calme, c’est bien aussi.
– Tu l’as dit ! Aryna leva sa bouteille et bu une nouvelle fois. Nous sommes des assassins, pas des guerriers ! Un peu de discrétion que diable !

Les rires résonnaient à travers le bosquet, mais un aboiement vint les interrompre. Flash se releva en une fraction de seconde, la queue entre les jambes et les oreilles baissées. Samantha s’approcha de lui.

–  Flash ? Qu’est-ce qui t’arrive ? Ça ne va pas ?

Soudainement, le molosse attrapa la petite fille de sa mâchoire et se rua vers l’extérieur du bosquet. Il fut si rapide qu’il était déjà hors de portée lorsque le groupe se leva. Ils se mirent à courir.

– Mais qu’est-ce qui lui prend ! Lui qui est si adorable normalement ! Helmi se battait avec des branches.
– J’en sais rien ! Et puis comment peut-il la toucher ?! C’est de l’énergie ! Il n’est pas tangible nom d’Ashima ! Aryna s’énerva de ne pas comprendre.
– Les filles ! On devrait peut-être… BOUM !

Lexas ne put finir sa phrase. Leur Dracaorsse à la lisière du bosquet explosa. Le Gardien se releva.

– Oh mais c’est pas vrai ! Y en a marre ! Non ! Non ! On a dit plus d’explosions !
– Lexas ! Là-bas !

Wanli désigna du doigt une trentaine d’hommes qui arrivaient en courant vers eux.

– Le Grand Ordre ! C’est pas vrai ! Mais merde ! Lexas était hors de lui.
– Ils ont dû voir le Dracarosse ! On peut pas dire qu’on soit les bienvenus vu ce qu’il se passe en ce moment ! Aryna attrapa ses sabres.
– On fait quoi Lexas !? Tsomy se retourna vers lui.
– Par ici… Dépêchez-vous…

Le groupe s’arrêta net et se regarda. Aucun d’entre eux n’avait parlé, et ils étaient sûrs que personne d’autre n’était dans le bosquet…

– Dépêchez-vous ! Par ici !

Ils levèrent les yeux. Un corbeau tournoyait au-dessus d’eux. Dès qu’ils croisèrent son regard, il se mit à bouger. Aryna fut la première à réagir.

– Le corbeau ! Suivez-le !
– Aryna ! Quoi ? Mais pourquoi ? Lexas se mit à courir à son tour.
– Va vraiment falloir que tu te mettes à jour sur les capacités des Gardiens !
– Mais si c’est un piège mademoiselle Aryna ?
– On verra plus tard Wanli, là on a pas trop d’autres choix !
– Et Samantha ! On peut pas la laisser !
– On avisera Helmi, cette gamine est un génie, elle se débrouillera ! Depuis les cachots où la morgue, on ne pourra rien faire ! Allez !

Le groupe suivit le corbeau à travers le bosquet, jusqu’à y trouver une petite grotte, très bien dissimulée sous des lianes. Le corbeau se posa à l’entrée, et ils s’y enfoncèrent. Loin d’être obscure, la grotte était parsemée de petites boules flottantes qui servaient de guide au sol. Lexas prit la tête du groupe et avança prudemment. Aryna avait toujours ses sabres sortis, Wanli sa hallebarde, Tsomy ses bombes et Helmi ses remèdes… Après un long couloir, ils arrivèrent devant une petite porte en bois. Petite mais terriblement solide. Celle-ci s’ouvrit… Lexas et Aryna ressentirent une nouvelle fois un énorme poids sur les épaules, et une magnifique femme se présenta devant eux. Elle portait une longue robe noire. Celle-ci mettait parfaitement ses formes en valeur. Ses seins étaient sublimés par un large décolleté et une robe fendue jusqu’aux hanches laissait voir ses longues jambes. Elle leur fit un sourire et un homme apparut derrière elle. Lexas plissa les yeux pour mieux apercevoir ces personnes, tandis que les filles se préparaient au combat. Puis soudain, les yeux du Gardien s’écarquillèrent.

– Par Ashima ! Sirius ?! Sirius c’est toi !?
– Lexas mon vieil ami ! Je crois que nous avons beaucoup de choses à nous raconter, n’est-ce pas ?

Voilà pour ce nouveau chapitre ! Alors, cette première rencontre avec Samantha… ? C’est l’un des personnages pilier de la saga principale et j’avais hâte de vous la présenter ! Si vous souhaitez voir la suite d’ici quelques jours, n’oubliez pas de me rejoindre sur Instagram

Merci infiniment d’avoir pris le temps de lire ce texte qui nous a demandé beaucoup de travail et à très bientôt pour la suite !

T'es un artiste, tu fous rien...
Précédent T'es un artiste, tu fous rien...
Suivant La fin de N.A.R
La fin de N.A.R - Les Gardiennes d'Ashima.

Leave a comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Le clic droit est désactivé, merci de respecter mon travail. N'hésitez pas à me contacter si besoin.