0
Votre panier est actuellement vide

Chapitre 04

— LES GARDIENNES D’ASHIMA
TOME 01 : L’APPEL DE L’AUTRE MONDE

Helmi - Les Gardiennes d'Ashima.

CHAPITRE 04

“ Un espoir venu du passé ”

Une douce odeur de chêne flottait dans l’air, accompagnée d’une essence de chèvrefeuille et du crépitement des flammes d’une cheminée. L’odeur et les craquements de la cabane aiguisaient les sens. Des guirlandes de fleurs et de feuilles séchées venaient égayer le tout. Au loin, des voix sourdes se mélangeaient aux chants des oiseaux et de la brise faisant danser les branches. 

– Je comprends parfaitement votre problème, mais je ne peux pas la laisser seule pour l’instant. Elle a besoin d’une surveillance constante, elle peut avoir de terribles crises, mortelles, à n’importe quel moment. Je m’en occupe dès qu’elle se réveille, je vous le promets.
– D’accord, mais combien de temps devrons-nous attendre ?
– Plusieurs jours, voire des semaines, je suis vraiment navrée.
– Peut-être pourriez-vous faire appel à vos collègues ?
– Non je regrette, elles sont toutes occupées. De toute façon je… Attendez… Attendez, attendez… C’est impossible ! Impossible !

Dans un éclair éblouissant, la porte de la petite cabane couina. Enlacée par la lueur du soleil, une femme aux cheveux d’un blanc immaculé et aux yeux cyan entra dans celle-ci. Elle marqua une longue pause afin de s’imprégner de l’énergie vitale des lieux. Puis, elle pensa halluciner.

– Non… C’est impossible… Je le crois pas… Sérieusement ?!
– Hum… Bonjour Helmi…

La main devant les yeux afin de se protéger de la puissante lumière, Samantha se redressa difficilement sur son lit. Elle était presque entièrement nue, habillée d’une seule petite culotte et recouverte de bandages et de pansements. Ses magnifiques cheveux blonds étaient tout ébouriffés et elle avait d’immenses cernes sous ses yeux de jade. Helmi s’approcha et s’assit à côté de la jeune femme.

– Non Sam… Non…
– Qu’est-ce qu’il se passe ?
– Je savais que tu étais incroyable, mais là…
– Quel jour sommes-nous ? Comment as-tu su que j’étais réveillée ?
– Aryna nous forme à sentir l’énergie vitale. Et ma grande, tu en dégages tellement que même à des kilomètres je l’aurai sentie ! Ah ah ah. Et… Nous sommes toujours aujourd’hui…
– Aujourd’hui ?
– Sam, je t’ai retrouvée cette nuit ! C’est impossible ! Tu devrais dormir des jours durant ! Pas quelques heures !
– Ah bon ? Sam se mit péniblement au bord du lit. Dans ce cas, tes remèdes sont vraiment efficaces. Elle la regarda droit dans les yeux. Merci Helmi, merci beaucoup. Tu m’as sauvé la vie.
– Sam tu… Helmi rigola. Tu te rends compte quand même de ce qu’il se passe là ? Non, bien-sûr que non, je parie même que c’est normal pour toi.
– Comment ça se fait que je ne sois pas morte ?
– Pour être honnête, c’est en grande partie grâce à ton imprudence… Aussi puissante soit-tu, le poison des Barianus Itopnis est mortel, même pour les Gardiens de ta trempe… Tu ne dois ta survie qu’à ta grande perte de sang, qui a considérablement compliqué sa propagation… Marcher dans cet état ! Tu es incorrigible ! Dans cette grotte qui plus est ! D’ailleurs, oserais-je te demander pourquoi tu avais perdu autant de sang ?
– J’ai combattu des démons et… J’ai dû improviser…
– Tu m’en diras tant…
– Vous combattez les démons mademoiselle ? Une tête d’homme passa par la porte, avant de rapidement disparaître sous le regard sévère d’Helmi.
– Je pense plutôt que ma plus grande chance a été de croiser ton chemin.
– Oui, c’est pas faux ! Helmi se redressa avec fierté.
– Que fais-tu ici ? Nous sommes au village de Balian n’est-ce pas ?
– C’est exact. Lexas et Aryna sont venus ici il y a des années, pour régler quelques soucis avec un Démon. Depuis, le village est sous notre protection. Et l’histoire se répète à nouveau.
– Tu es là pour un Démon ?
– Oui. Helmi se releva. Entre autres choses. 
– Comment vont Aryna et Lexas ?
– Oh tu sais… Fidèles à eux-mêmes… Ils ne vivent que pour l’Aube Rouge. Aryna ne s’est jamais vraiment remise des événements de Maartkham… Faire tomber le Grand Ordre est une véritable obsession… Heureusement, ils n’ont pas perdu de vue une chose essentielle : venir en aide aux Terres Blanches.
– C’est une bonne chose. Mais dis-moi, comment se fait-il que la femme à la tête des Pivoines Rouges combatte des Démons ? Ce n’est pas plutôt le rôle de Tsomy ou de Wanli ?
– Elles ont des choses plus… Compliquées à gérer. Et puis, je t’avoue que j’ai voulu venir ici pour étudier les événements… La situation me préoccupe.
– Toi aussi… Sam s’étira dans une grande respiration. Tu trouves qu’il y a de plus en plus d’incidents avec les Démons et les Errants n’est-ce pas ?
– Parfaitement, et c’est très inquiétant… Ce n’est pas normal… Quelque chose agit dans l’ombre Sam… Et je veux découvrir ce que c’est…
– Ou qui c’est…
– Ou qui c’est… Bien, bien, bien ! Ne parlons plus de ça ! Tu dois te reposer Sam ! D’accord, tu m’as encore une fois surprise par ta constitution, mais tu ne dois pas… Sam se releva devant elle, sans broncher. Ben voyons, ignore les conseils du médecin… Elle observa attentivement la jeune Gardienne. Par Ashima regarde-toi….

Helmi se leva à son tour et attrapa les mains de Samantha. Elle la regarda de la tête aux pieds et vira légèrement au rouge, ce qui fit sourire la jeune Gardienne. Helmi la lâcha et fit quelques pas en arrière sans lâcher le regard. La plastique de Samantha était parfaite. Son visage angélique, son corps aux proportions idéales qui ferait rougir hommes et femmes… Elle aurait été une concubine inaccessible pensa Helmi. Cependant, la nostalgie s’empara légèrement de la femme.

– Oh la la… J’ai l’impression que c’était hier que je rencontrais cette petite fille blonde habillée de vêtements deux fois trop grands. Ohhhh… Helmi ricana. Et tu te souviens de tes grosses chaussures ? Tu flottais dedans ! Tu étais tellement mignonne… Et maintenant regarde-toi… Tu es tellement magnifique… Tu as tellement changé… Tu es devenu une femme si… Oh non… Helmi s’essuya une petite larme. C’est rien, c’est rien… Je viens juste de réaliser à quel point j’étais vieille maintenant…
– Oh non… Samantha prit Helmi dans ses bras et rigola en lui caressant le dos. Tu es toujours une femme superbe Helmi. Et puis regarde. Sam montra ses chaussures. J’ai toujours de grosses chaussures, et tu es encore venue me sauver ! Certaines choses ne changent pas.
– Ah ah, c’est vrai, c’est vrai. Elle s’essuya de nouveau une larme avant de fixer Sam dans les yeux. Mais tu sais Sam, je suis fière qu’il y ait autre chose qui n’ait pas changé.
– Quoi donc ? Sam lâcha celle qui était l’une de ses mentors.
– Tes yeux… Ton regard. Tu es toujours la petite fille qui voue son existence à aider les autres. Je suis tellement fière de toi… Si tu savais à quel point cela devient rare de nos jours. Les gens font de moins en moins attention les uns aux autres… Cela représente sûrement un plus grand danger que les Démons…
– Il ne faut pas leur en vouloir Helmi. Sam commença à s’habiller. Les gens protègent ceux qui leur sont chers. Il y a encore du bon en eux, il suffit de leur rappeler. Avec les temps actuels, il est normal qu’ils soient craintifs et méfiants.
– Sans doute… Helmi regarda Sam avec un air accusateur. Mais peut-on savoir ce que tu fais jeune fille ?
– Je… M’habille…
– Oh non, non, non ma grande. Tu te recouches tout de suite ! Tu n’es pas en état de faire quoi que ce soit !
Sam lui retourna un sourire à tomber parterre. Merci de t’inquiéter Helmi, mais je te promets, je me sens bien. Et puis, je dois retourner en urgence à l’Orchidée. Sirius et Raven nous convoquent.
– Ahhhh… Je ne sais même plus pourquoi j’essaie… Enfin… Elle marqua une pause. Sirius et Raven… Je ne sais pas qui sont les pires… Eux, ou Lexas et Aryna ? Ah ah ah. Comment vont-ils ?
– Ils vont bien merci, même s’ils semblent un peu tendus ces derniers temps… Je suppose que cette réunion de crise n’est pas si surprenante.
– Oh ! Au fait, où est Flash ?!
– A l’Orchidée. Je l’ai envoyé devant pour prévenir Raven que j’arrivais. Elle ne va pas aimer que je sois en retard, tu la connais.
– Oh ne t’en fais pas pour ça… Viens-voir…

Helmi accompagna Sam dehors. Le soleil était au zénith et les caressait d’une douce mais timide chaleur. La médecin la conduit au cœur d’une petite place arborée, à l’écart du village, où elle découvrit une grande cage, emprisonnant un majestueux corbeau noir comme la nuit. Sam s’arrêta devant et regarda Helmi en rigolant.

– Oula… Tu sais qu’elle ne va vraiment pas être contente n’est-ce pas ?
– Quoi ? J’attendais juste que tu te réveilles pour lui donner de tes nouvelles !
– Hum hum… Et tu sais aussi que Raven ressent tout ce que ses corbeaux ressentent n’est-ce pas ? 
– Ah boooon ? Noooon ? Tu veux dire qu’en ce moment même, Raven a l’impression d’être enfermée dans une cage ? Oh la la, ça doit être terrible.
– Helmi…
– Bon, bon d’accord ! Ah ah ah ! C’était une petite blague ne t’en fais pas ! Il survolait ta hutte ce matin, alors j’en ai profité.

Helmi ouvrit la cage et Sam tendit le bras. Le corbeau, dans des croassements de mécontentement, se posa sur celui-ci en fixant Helmi d’un regard noir. Soudain, ses yeux brillèrent d’une lueur violette. La concubine de l’Aube Rouge s’approcha de l’oiseau.

– Coucou Raven ! Hé hé ! Pardon hein, je ne savais pas… Enfin si peut-être… Bonne nouvelle ! Sam est sur pieds ! J’avais dit quelques jours, voire semaines mais bon… C’est Sam, tu la connais… Pour ma défense, j’ai tenté de la garder couchée ! En tout cas je trouve ça vraiment mignon ! Derrière ton visage de pierre se cache peut-être un cœur tendre finalement. Tu les surveilles hein ? Tu veilles constamment sur tes trois petites protégées… Comme c’est mig… Aïe !

Avant qu’elle ne puisse terminer sa phrase, le corbeau lui pinça le nez ! Il s’envola, mais tournoyait dans le ciel au-dessus de Samantha. Celle-ci leva les yeux et constata que les yeux de l’animal brillaient encore. Cela voulait dire que Raven était toujours en contrôle, elle voyait, entendait et ressentait tout. Aussi, Samantha la prévint.

– J’ai eu un petit contre-temps Raven, pardon. Je reprends la route dès que j’ai aidé ce village. Ce ne sera pas long.

Le corbeau croassa une dernière fois, comme pour acquiescer et disparut dans la forêt. Helmi reprit presque immédiatement la parole, en se massant le nez.

– Aider ce village ? Qu’est-ce que tu veux dire ?
– Il y a un Démon non ? Je peux t’aider.
– Oui mais non ! Tu devrais être au lit ! Tu n’es pas en état de combattre !
– Tu es sûre ?
– Certaine !
– Vraiment ? Tu vas combattre un Démon, seule ? Sûrement entouré par une horde d’Errants ?
– S’il le faut. Je te le répète Sam, tu n’es pas en état de…

Les cheveux d’Helmi se soulevèrent dans les airs en une fraction de seconde. La concubine sursauta et retrouva Samantha derrière elle, assise sur une roche, en train de savourer une juteuse pomme. Elle ne l’avait même pas vu bouger ! Elle n’en revenait pas. Et pourtant, elle était habituée aux prouesses de la jeune femme, qu’elle connaissait depuis son enfance. Helmi fût obligée de reconnaître sa défaite.

– Oui bon, bon ça va… Je devrais savoir depuis le temps qu’on ne peut pas te raisonner si facilement… Bon… Ce Démon alors oui… Il s’agit d’un ancien du village, il s’appelle Rongalia. Il ne nous est pas inconnu, c’est justement lui qui avait causé les premiers soucis qu’ont résolus Lexas, Aryna et Wanli à l’époque. Selon les villageois, il attaque chaque nuit Balian.
– Il y a des morts ?
– Non… Juste de faibles dégâts.
– C’est étrange…
– Exactement. Et à en croire les nombreux signalements, il aurait été vu à plusieurs reprises dans une grotte abandonnée. Visiblement, il tenterait de sortir de jour… Mais les Démons étant éblouis par la lumière du jour… 
– Un Démon qui ne fait pas de dégâts et qui tente de sortir de jour… Ça n’a pas de sens…
– Et c’est pourquoi je suis là. Bon, si tu es si pressée et que tu tiens tellement à y aller, autant ne pas faire attendre Raven non ? Je ne voudrais pas me retrouver attaquée par des nuées d’oiseaux !
– Elle t’aime bien tu sais, même si elle ne le montre pas.
– Je préfère ne pas pousser ma chance si tu vois ce que je veux dire… Ah ah.

Helmi partit dans sa hutte et attrapa son équipement, composé en grande partie de fioles en tout genre et de petits sacs remplis d’herbes et de poudres. De son côté, Sam fit de même et récupéra son arc, son carquois, son écharpe et sa capuche. Durant sa route vers la grande place principale, elle sentit un malaise dans les rues du petit village de bûcherons… Les regards qui se posaient sur elle n’étaient pas des plus agréables. À plusieurs reprises, de petits sifflements l’accompagnaient, tandis que des groupes de jeunes la reluquait sans vergogne. Elle abaissa légèrement son carquois afin qu’il lui tombe sur les fesses. Comme à son habitude, elle ne râla pas et fit comme si de rien n’était. Ce qui ne fut pas le cas d’Helmi, qui ragea contre la jeunesse.

– Ah ces petits enf… Ah ! Sans gêne ! Regarde-moi ça ! Ça reluque… Je suis persuadée qu’ils forniquent à la moindre occasion ! C’est pour ça que la jeunesse d’aujourd’hui est si faible ! Ils sont feignants tu vois ! Ils ne font rien, ils attendent que tout leur tombe dans les mains ! Ah ! De mon temps on… Oula ! Helmi s’arrêta net. Par Ashima ! Mais je parle comme une vieille ! Quelle horreur !
– Ah ah ah. Ne t’énerve pas Helmi, ils ont les hormones qui travaillent, ça leur passera…
– Oui mais ils pourraient se tenir ! Et crois-moi, j’ai fait l’école des Concubines, je connais les hommes… Mais là… Grumblf… Tiens, dis-moi, en parlant d’hommes… Qui est l’heureux élu ma petite blonde chérie ?
– L’heureux élu ?
– Tu sais… Celui qui… Hi hi. Helmi rigola bêtement.
– Oh… Non, non, il y n’y en pas… À vrai dire ce n’est pas mon…
– Rho allez ! Y en a bien un non ?
– Non vraiment, en réalité je suis…
– Rien de rien ?
– Bon si tu insistes… Il est grand… Poilu…
– Tu aimes les poilus alors ?
– Oh oui ! Il remue la queue dès qu’il me voit, il est obéissant…
– Oh le petit… Helmi s’arrêta. Sam ! Tu te moques de moi !
– Non ! Flash est le mâle de ma vie ! La Gardienne explosa de rire.
– Petite ingrate !

Helmi s’amusa à ébouriffer Samantha et les deux femmes quittèrent le village par la grande porte. La Nature leur offrait une mélodie entraînante, mélange du bruit des cascades, du chant des oiseaux et des animaux qui battaient le bois comme des percussions. Elles s’engagèrent sur un chemin en pente raide à travers une épaisse forêt, afin de se rendre au sommet d’une petite montagne surplombant la vallée. Malgré ses blessures, Sam était en tête, savourant les grandes bouffées d’air frais qui emplissaient ses poumons. Elle avait eu peur, très peur. Sentir la vie vous quitter dans la douleur sans pouvoir rien faire était quelque chose de terrifiant. Elle se revoyait, allongée au sol, crachant son sang et ne pouvant respirer. Elle frissonna mais fut interrompue dans ses pensées par les grognements d’Helmi.

– Aaaahhhh… Aaaah… Oh… Oh je comprends maintenant pourquoi…. Ohhhh…. Ce que disait Wanli ohhhh…
– Que disait-elle ?
– Eh bien elle nous raconte souvent cette fois où elle a rencontré Lexas et où elle l’a vu cracher ses poumons sur… Sur cette falaise je… Je me moquais de lui moi aussi mais… Mais en vérité… Ahhhhh, ahhhhh…. C’est vraiment raide !
– Ils se sont rencontrés ici ?
– Oui. Attends, pause, pause… Helmi s’assit au sol. Oui dans ce village. Elle but un coup. Tu en veux ?
– Non merci, ça va.
– Hum… Elle but une nouvelle gorgée. Le Démon qui s’attaquait au village était le fils de Rongalia. Je te passe les détails, mais pour résumer, ce type était une belle ordure. Il a fait accuser son fils à sa place, l’a lui-même exilé dans les Terres Blanches et a pris les honneurs de toute l’affaire. Bref, un père indigne qui a condamné l’âme de son fils à bien des tourments. Du coup Wanli avait été envoyée dans le village par la Haute Concubine pour se débarrasser du Démon. Et c’est ici que Lexas est venu la chercher. Ils ont combattu le Démon et… Ben tiens !

Helmi se releva en grognant et s’approcha du bord de la route, ce qui lui permit de voir le haut de la falaise, qui n’était plus qu’à quelques longues minutes de marche.

– Tu vois le sommet de cette falaise-là ? Lexas a chuté de là-haut ! Vlan ! Jusqu’en bas ! Un aller simple !
– Comment a-t-il survécu à ça ?
– La chance ! Et cette fois-là, elle a pris l’apparence d’une botte de foin !
– Sérieusement ? Samantha se mit à rire !
– Mais oui ! Il est tombé dans du foin ! Incroyable ! Tu devrais demander à Wanli de te raconter cette histoire, elle est à mourir de rire ! Elle la raconte tellement bien ! Ah ah ah… Enfin, nous n’irons pas par là cependant, la grotte est dans cette direction. Allons-y.

Les femmes reprirent leur route tout en profitant des odeurs florales et des plantes sur leur chemin. Fréquemment, Samantha s’arrêtait et demandait conseil à Helmi, grande spécialiste, concernant des fleurs, des arbres, des buissons… La concubine était épatée par la soif de savoir de Sam. Elle voulait apprendre tout ce qu’elle pouvait. Depuis toujours, tout la fascinait. La jeune femme cherchait toujours à connaître les choses, à connaître les gens. C’était une grande qualité. La médecin lui partagea la recette du remède qui l’avait sauvée d’une mort certaine et parla ensuite de nombreux autres remèdes et poisons.

Samantha parla également de l’Aube Rouge à Helmi, lui demandant si tout se passait bien pour l’Ordre des Assassins. Après la chute de Maartkham, entraînant la Mort de son Roi et de sa femme, la Haute Concubine, parents d’Aryna, cette dernière prit sous son aile les citoyens survivants. Elle fonda, avec l’aide de Lexas et de ses amis, une ville fantôme. Aucune carte ne pouvait vous y conduire, ni aucun guide… Sauf s’il appartenait à l’Aube Rouge. Les citoyens désignèrent à l’unanimité Aryna comme Reine légitime, et elle s’occupait de la ville tout en étant également à la tête de l’Aube Rouge, égale de Lexas. Les concubines du Célestial, Helmi, Tsomy, Wanli et Rikki, se virent attribuer une escouade chacune, spécialisée dans les domaines de prédilection des femmes. Elles étaient autonomes et avaient la confiance totale de leurs dirigeants. Helmi fut propulsée à la tête des Pivoines Rouges, la branche médicale de l’Aube Rouge, spécialisée dans les sauvetages, mais également dans la fabrication des poisons et remèdes. Wanli, elle, dirigeait les Lames Carmin, spécialisées dans le combat rapproché et les assassinats plus frontaux. Tsomy, spécialiste des explosifs, dirigeait les Flammes Pourpres, qui réglait surtout les “gros problèmes” et faisait passer les assassinats pour des catastrophes de grande ampleur. Enfin, la timide Rikki était à la tête des Roues Écarlates, l’unité technologique de l’Aube Rouge, chargée de fabriquer des gadgets et de s’occuper des renseignements. L’économie de la ville fantôme leur permettait de financer l’Aube Rouge et leur mythe attirait sans cesse de nouvelles jeunes femmes. Car oui, l’Aube Rouge était uniquement composé de femmes, contrairement au Grand Ordre ou l’Orchidée Bleue. Officiellement, la confrérie n’existait pas, c’était une légende, un mythe censé faire peur aux petites frappes. Mais en vérité, l’Aube Rouge elle-même entretenait cette image afin de rester dans l’ombre. Elle savait, pourtant, habillement recruter ses membres… Bien que toutes spécialisées, les unités de l’organisation avaient toute la même arme : l’assassinat. Son objectif n’était rien d’autre que d’éradiquer le Grand Ordre, morceau par morceau. Jamais le sang d’un innocent n’avait été versé, et c’était là l’un des crédos. Mais pour Samantha, l’innocence était une question de point de vue… C’est d’ailleurs une des raisons pour laquelle elle s’était promis de ne jamais tuer.

Bien que les relations entre l’Aube Rouge et l’Orchidée Bleue étaient très bonnes, aucune des deux organisations n’était réellement adepte des méthodes de son homologue. Kira, Sam et Kali avaient toujours eu du mal avec les actions sanglantes de l’Aube Rouge, ce qui ne les empêchait pas de tenir ses membres en haute estime.

Après une longue marche, le duo arriva à la grotte. Elle était étroite, une seule personne pouvait s’y engouffrer à la fois, et elle était cachée par une végétation épaisse. Samantha voyait bien qu’Helmi n’était pas au plus haut de sa motivation…

– Tout va bien Helmi ?
– C’est-à-dire que… J’affronte rarement des Démons hein… Ça m’arrive mais… Bon… Moi je soigne les gens plutôt, où je les empoisonne mais… Tout est fait en finesse… Mais empoisonner un Démon… Ça ne marche pas. Il n’a pas de sang, tu vois… Je ne sais pas encore comment empoisonner l’énergie vitale. Bien que j’y travaille !
– Je m’en occupe, ne t’en fais pas.
– Alors on fait comment ? On l’appelle ?
– Tu peux essayer mais je…
– Houuu houuu Rongalia !!!!
– … Doute que ça fonctionne.
– Oh… J’ai encore cette fâcheuse manie de couper les gens hein…
– Un petit peu… Mais ça fait partie de ton charme.
– C’est ça… Helmi ricana.

Devant le silence total, elles décidèrent, à contre cœur pour Helmi, de pénétrer dans la grotte. Des grognements d’animaux et d’Errants résonnaient dans celle-ci, ce qui lui leva le cœur. La concubine n’avait pas l’habitude de ce genre d’ambiance contrairement à la Gardienne.

– Oh Sam je… Tu veux pas me porter ?
– Si tu veux oui, ça ne va pas ?
– Non ! C’était une blague ! Pour détendre l’ambiance ! Avec ces Errants, ce Démon et la grotte, tu dois être terrifiée !
– Pas du tout, j’ai l’habitude.
– Mais tu as failli mourir cette nuit dans une grotte ! Et là tu es encore dans une grotte ! Ça ravive de mauvais souvenirs non ? On peut revenir avec Wanli tu sais !
– Helmi…
– Bon ça va, ça va… ! Elle se faufila à son tour entre les roches.

Les longs et tortueux couloirs de la grotte devenaient de plus en plus étroits. Pour se frayer un passage, Sam enleva son carquois et le prit à la main. Elles devaient se mettre de profil et marcher lentement, les parois les compressant de part et d’autre. Il n’était pas rare que de grosses araignées et autres joyeux petits bêtes s’amusent à leur sauter au visage. Bloquées, elles ne pouvaient que faire avec. Helmi n’était pas claustrophobe, mais elle commençait à le devenir… L’air se faisait plus rare à mesure qu’elles s’enfonçaient, à l’inverse de champignons bleus luisants. Sam éteignit sa petite torche, se guidant à la lueur de ces-derniers. La vue de ceux-ci calma Helmi, qui se lança dans une petite dissertation.

– Oh… Magnifique ! Tu vois ces champignons ?! Enfin, champignons est un terme ambigu, il désigne beaucoup de choses mais… Ce sont des Garirdernia lucidum vitalis navitas. Ils ont subi des mutations et se nourrissent de l’énergie vitale des roches, ce qui leur permet de briller. Tu peux les utiliser comme remède pour les… Un cri horrible s’éleva dans les cavités de la grotte. C’était quoi ça !
– Certainement ce cher Rongalia… Et ses petits copains…
– Ah oui il n’est pas seul hein… C’est bien ce… Ce que je pensais… Ah ah…

Après une pénible session de spéléologie, le duo arriva dans une grande caverne luisante, servant de refuge au Démon et plusieurs Errants. Stalactites et stalagmites géantes décoraient les lieux, faisant office de parfaites cachettes pour les deux invités. Tandis que Sam analysait tranquillement la situation, Helmi pesta contre elle-même, se disant que c’était à Tsomy de venir, afin de faire s’effondrer la montagne sur eux. Elle se rassura en voyant que la Gardienne semblait déjà avoir un plan. Elle se tourna vers Sam qui regardait un immense puit de lumière loin dans le plafond de la caverne. Une grande ouverture. Elle lui chuchota.

– Ok… Tu as un plan hein ma grande ? Tu as toujours un plan !
– Effectivement.
– On va tout faire péter comme le ferait Tsomy ? Oh non ! Tu vas faire pleuvoir les flèches dans leurs crânes ? En mode Wanli !
– Nous sommes là uniquement pour Rongalia, pas les Errants.
– Pourquoi pas ? Une pierre deux coups !
– Non Helmi… On ne tue pas les Errants.
– Tu es sérieuse là Sam ?
– Bien-sûr. Ce sont des êtres humains !
– Qui n’ont plus d’âme ! Ce ne sont plus que des amas de chair qui dévorent tout ce qui bouge !
– Mais ils restent humains… On est là pour le Démon qui lui, est déjà mort…
– Sam, Sam… Je comprends ta… Comment appeler ça… Ton éthique ? Ton code ? Tes principes moraux ? Bref, mais là quand même !
– Je regrette Helmi… Rongalia, pas les Errants… Je le répète, ce sont des humains, des êtres vivants. Je refuse de les tuer.
– Ohhhh… Bien, bien… Helmi savait qu’elle ne pouvait pas faire changer Sam d’avis, aussi abandonna-t-elle. Quel est ton plan ?
– Tu as de la poudre aveuglante ?
– Oui bien-sûr. Helmi sortit un petit sac.
– Bien, à mon signal je veux que tu le lances au-dessus du groupe ok ? Je vais me positionner là-bas, dans l’ouverture.
– D’accord… Mais je te vois comment ? Si tu veux que je le lance au-dessus je dois rester ici, mais je ne te verrai pas…
– Je sifflerai.
– Mais tu vas les attirer.
– C’est pour ça que je compte sur toi pour faire ton plus beau et rapide lancer. 
– Oh… D’accord…

Helmi n’était pas réellement enjouée par le plan. Elle le trouvait dangereux. Si Sam loupait le petit sac, elle aurait toute la troupe à sa poursuite. Et vu les dédales, difficile de fuir rapidement. Et puis… Elle non plus ne devait pas louper son lancer ! La pression monta sur ses épaules… La Gardienne quitta leur poste d’observation et reprit le chemin principal. Elle se posta non loin de Rongalia et des Errants. Il était extrêmement difficile de trouver une cachette où elle pourrait avoir à la fois un bon angle de tir sur le Démon et le sac, tout en s’offrant un point de fuite valide. Elle décida de la jouer téméraire plutôt que prudente et fit confiance à son arc. Helmi de son côté, tremblait légèrement. Elle avait beau être surentrainée, elle n’avait jamais fait face seule à des hordes et un Démon. Et encore moins dans une grotte, bloquée, où le moindre faux pas pouvait être fatal. De plus, sa spécialité était la médecine et même si elle était un assassin de génie avec la discrétion et ses poisons, elle était habituée à faire face à des humains. Et un humain possède une logique, un humain est facile à lire. Ici, ce sont des êtres imprévisibles, impossible à lire…

Soudain, un sifflement s’éleva dans les airs ! Absorbée dans ses pensées, Helmi sursauta lorsqu’il raisonna dans la grotte, faisant tomber son petit sac dans une petite crevasse ! Par la mal peste ! Helmi plongea la main dans la crevasse, mais ne retrouvait plus son bien !

Sam de son côté avait bandé son arc et visait le toit de la grotte, mais aucun sac ne vola dans les airs. Son sifflement avait alerté tout le monde, et malgré les échos, ils identifièrent rapidement l’origine de celui-ci. Les Errants se mirent à courir, tentant de franchir les quelques obstacles qui les séparaient de la jeune blonde. Le Démon lui, ne bougeait pas, il criait. Le petit sac ne venait toujours pas, tandis que les Errants eux, se rapprochaient dangereusement de Sam. Surtout, se disait-elle, ne pas parler à Helmi… Sa réponse pourrait conduire les Errants à elle et elle est bien moins protégée qu’elle ne l’était elle-même…

– Sam ! Sam ! J’ai fait tomber le sac ! Je le retrouve pas !
– Oh Helmi… Sam murmura.

Les Errants, attirés par ce nouveau cri, firent demi-tour et commencèrent à grimper les quelques mètres qui les séparaient de la source du bruit. Certains montaient sur les autres pour y aller plus vite. Il n’y avait plus le choix, Helmi était en danger !

Dans la pénombre de la grotte, une lueur verte vint éclairer les murs. Sam transféra son énergie dans ses jambes et sauta en plein centre de l’immense cavité. Les Errants furent de nouveau attirés par la jeune femme, qui banda son arc en visant le crâne du Démon. Mais quelque chose n’allait pas, encore une fois. Il ne bougeait pas, il criait et la regardait, mais il ne bougeait pas… Une poignée d’Errants se jetèrent sur Sam. Dans d’habiles pirouettes, elle les mit K.O en quelques coups. Elle virevoltait dans les airs, sautait sur les uns pour frapper les autres. Elle dansait avec grâce. Puis, lorsqu’elle eut terminé, elle posa un genou au sol et visa le crâne du Démon à nouveau. Elle banda son arc et voulut lâcher la flèche. Il était trop tard pour la discrétion. C’est ici qu’elle croisa le regard de cet amas de chair animé par l’énergie vitale…

– Ça y est ! Sam je l’ai ! Attrape ! Hunnn ! 

Helmi lança de toutes ses forces le petit sac dans les airs, mais aucune flèche ne vint le transpercer… Il tomba tout doucement au sol, dans un petit “ploc”. La concubine le regarda, d’un air surpris. Sam elle, avait des yeux d’incompréhension. Ils étaient grands ouverts et ne brillaient plus.

– Aiii….de…. Moi… Piiii….tiéééé… Aiiiide… Moiiiii… Souuffre… Maaal…

Les bras de la jeune femme se mirent à légèrement faiblir. De son côté, Helmi se mit à paniquer. La horde se dirigeait désormais vers la jeune blonde.

– Sam ! Sam dépêche-toi ! Ils arrivent sur toi ! Oh non, non ! HEY ! HEY HO ! PAR ICI ! HEY LES DEBILOS ! Helmi sauta dans l’arène à son tour. Par ici ! Venez, allez ! SAM ! SAM REPRENDS-TOI !

Sam banda de nouveau son arc et visa les yeux du Démon. Mais elle n’y vit pas la cruauté habituelle… Elle n’y vit pas la colère, ni la rage… Elle y vit le désespoir et la tristesse… L’appel à l’aide et la peur… Son bras se relâcha.

– SAM ! Dépêche-toi Sam ! Sam ! Ils sont sur toi !

Elle banda de nouveau son arc ! 

– Pitiééé… Aide… Nouuuus…

La chair de poule s’empara de son corps. Les larmes montèrent dans les yeux de Sam. Elle devait décocher sa flèche ! C’était un Démon ! Il était déjà mort ! Lâche-là ! Lâche cette maudite flèche ! L’esprit de Sam pestait contre elle ! De lourdes larmes parcouraient ses joues, Sam tendit de nouveau la corde de son arc et se mordit la lèvre jusqu’au sang. Puis, en poussant de petits gémissements de tristesse, elle décocha finalement la flèche qui vint perforer le crâne du Démon. La Gardienne, dans un cri de douleur effroyable, serra le poing. Elle s’excusa et demanda pardon. Le haut du corps du Démon explosa et son sang éclaboussa les murs, perturbant les Errants dans leur course. Une forte lueur bleutée se dégagea de celui-ci et fut aspirée presque immédiatement par les champignons.

– Sam ! Sam bon sang sors de là ! Dépêche-toi par Ashima ! HEY ! PAR-LA ! PAR-LA ! NON LA ! LA !

Les Errants n’écoutaient pas Helmi, ils se ruèrent sur Sam, qui avait les yeux rivés vers le sol. Soudain, un Errant se jeta sur elle. Une immense lueur verte explosa et tous les Errants furent projetés en arrière, tout comme Helmi. Le petit sac se souleva également et une flèche vint le percuter violemment, faisant exploser son contenu. Des millions de petites paillettes brillantes descendirent dans les airs. Presque immédiatement, les Errants se mirent à brailler en se tenant le visage. Ils n’y voyaient plus rien et leurs yeux les brulaient ardemment. Helmi quant à elle, crut être prise au piège ! La poudre aveuglante arrivait à elle… Mais une ombre vint l’attraper et elle eut l’impression que son repas allait ressortir bien plus vite qu’il n’était entré… Elle regarda le sol s’éloigner de plus en plus, comme si elle venait de prendre son envol. Après quelques secondes d’ascension, les deux femmes étaient sorties de la grotte, atterrissant dans des buissons. Sam était en pleurs et Helmi n’arrivait pas à comprendre la source de cette tristesse.

– Sam ? Sam tout va bien ! Qu’est-ce qui ne va pas ?
– Il appelait à l’aide Helmi il… Il souffrait il… Je n’ai pas pu l’aider. Je n’ai pas pu l’aider ! Je l’ai abandonné…
– Tu l’as délivré Sam !
– Il était différent il… Ses yeux… Ils appelaient à l’aide ! Il avait besoin de… De mon aide… Je ne l’ai pas aidé je… Je ne les ai pas aidés…

Helmi n’argumentait plus. Elle attrapa Sam et la blottit dans ses bras pour la faire taire. À ses yeux, la puissante Gardienne était toujours cette petite fille qui pleurait à chaudes larmes lorsqu’elle voyait la moindre souffrance qu’elle ne pouvait apaiser. Elle était toujours cette petite fille si innocente qui voulait voir le bien partout. Samantha avait beau être une femme forte et puissante, il n’en restait pas qu’elle avait besoin de craquer de temps en temps. L’étreinte d’Helmi calma petit à petit Samantha.

– Oh mon ange… Tu t’en veux encore… Même des années après… Tu ne pouvais rien faire … Rien faire… Tu étais si jeune…

À son tour, Helmi versa quelques larmes, la tête posée sur celle de Sam, en lui caressant les cheveux. Pendant de longues minutes, elles restèrent assises, dans le silence, bercées par la musique de la Nature… La magnifique Gardienne avait beau respirer la perfection, elle aussi avait ses propres Démons… 

De retour au village après une petite balade détente, les filles annoncèrent aux habitants que le Démon n’était plus un problème. Elles expliquèrent ce qui c’était passé et prodiguèrent conseils et avertissements concernant les Errants et les bandits. Toutes deux durent refuser au passage de nombreuses demandes en Mariage. Dans les Terres Blanches, contrairement aux grandes villes, il était assez commun de se marier rapidement. La vie pouvait se finir bien plus tôt que prévu, alors les gens vivaient au jour le jour. Et il était extrêmement rare de croiser des femmes comme Helmi, encore moins comme Samantha, ce qui leur valait de nombreuses déclarations. Mais chacune d’entre elle avait de bonnes raisons de refuser avances et demandes, bien que cela, à la longue, devenait pénible. Elles rassemblèrent leurs affaires et ne prirent pas le temps de se reposer, Sam était pressée et Helmi souhaitait l’accompagner sur une partie du trajet. D’une part, car sa présence était extrêmement agréable, et d’autre part, car son instinct maternel voulait veiller sur la jeune femme encore un peu, bien qu’elle eût l’impression que c’était plutôt l’inverse.

C’est ainsi que Sam anéantit son troisième démon en moins de vingt-quatre heures. L’acte en lui-même n’avait rien d’extraordinaire, mais lors de leur cheminement, Helmi partagea son inquiétude et celle de l’Aube Rouge concernant ces apparitions de plus en plus fréquentes. L’humanité devenait de plus en plus agressive, les gens de plus en plus malheureux, mais tout de même… En traversant rivières et bosquets, elles abordèrent toutes les possibilités, des plus sérieuses aux plus farfelues. Helmi alla jusqu’à prétendre qu’il existait une infime possibilité pour qu’au-delà de la barrière séparant les deux Mondes, de puissantes âmes arrivaient à bloquer le passage, obligeant les âmes provenant du Monde des Vivants à errer sans but et à devenir folles.

Alors que leurs chemins étaient sur le point de se séparer, Sam invita Helmi à la suivre afin de lui montrer une dernière chose. Une chose selon elle, qui risquait fort de modifier légèrement son voyage. Elle l’accompagna dans une clairière entourée par des rivières et de sublimes chênes millénaires. L’endroit semblait hors du temps, totalement coupé des problèmes du reste du monde. Lorsqu’elles arrivèrent devant une grande bâtisse, Helmi laisse tomber son sac et fit les gros yeux. Elle lut l’enseigne gravée dans le bois : “Orphelinat des 5 pommiers”, la lettre O possédant une petite queue, comme une pomme. Rien de très original, cependant, cela la projeta des années en arrière…

– Les 5 pommiers ? Mais… Sam ?
– Helmi, tu te rappelles de Munlirt ? Un jeune homme s’avança vers Sam.
– Munlirt ? Munlirt…
– Peut-être que ça t’aidera ! L’homme mit un chapeau étrange sur sa tête.
– Oh ! Non ! C’est toi ! Par Ashima ! Je ne t’avais pas reconnu !!!!
– Ravi de te revoir Helmi. Il faut dire que ça fait des années…
– Arrrrf…. M’en parle pas ! Mais qu’est-ce qui se passe ici ?
Samantha s’avança en caressant une rambarde en bois menant à l’entrée. Tu te rappelles l’orphelinat ? C’est là où nous nous sommes rencontrées… Il y a vingt ans…
– Et comment ! Je ne pourrais jamais oublier ça.
– Lorsque le Grand Ordre est venu me chercher et qu’il a incendié le bâtiment, Aryna a souhaité recueillir tous les enfants à Maartkham.
– Sauf une petite blonde qui est venue avec nous… 
– Oui. Sam fit un sourire. Malheureusement, avec les évènements survenus peu de temps après à Maartkham, tous les enfants se sont une nouvelle fois retrouvés sans toit. La Directrice ne voulait pas faire partie de votre ville fantôme, elle souhaitait que tous les orphelins sachent qu’il y avait un lieu pour les accueillir, pour les aider. Tu lui as sauvé la vie ce jour-là d’ailleurs…
– C’est vrai… 
– Alors elle a pris la route et a cherché un lieu qui pourrait faire office de sanctuaire. Lorsqu’elle est arrivée ici, elle a tout de suite adopté l’endroit. Petit à petit, elle a bâti cet endroit, avec les enfants, l’orphelinat fut ramené à la vie. Munlirt en faisait partie.
– C’est exact. Le jeune homme s’avança. Autant te dire qu’il nous a fallu du temps pour faire quelque chose de correct, nous étions des enfants. Mais nous nous en moquions, nous construisions notre chez-nous, c’était inestimable. Et puis un jour, Samantha s’est montrée. Tu avais quel âge ? 10 ans ?
– Vers là oui… Sam avait le regard perdu sur le bâtiment.
– Elle est venue ici et elle a commencé à nous aider. Autant dire qu’avec ses capacités, tout est allé bien plus vite…
– A 10 ans ? Sam… Tu te rends compte à quel point c’était dangereux ? Dans les Terres Blanches et… Ho… Peu importe… Tu as passé l’âge de te faire sermonner… Et donc vous avez reconstruit l’orphelinat. Par mes potions ! On dirait le même qu’à l’époque !
– La Directrice a mis un point d’honneur à refaire le même oui. Elle nous disait sans cesse que ce n’était pas parce qu’il n’était pas au même endroit que le précédent qu’il devait changer. “Votre maison, c’est là où votre cœur appartient”. Elle aimait cette réplique. Bref, grâce à Sam nous avons pu aller considérablement plus vite. À la mort de la Directrice, c’est moi qui ai repris les rênes… Et nous y voilà…
– J’ai l’impression de faire un pèlerinage qui me rappelle à quel point je suis vieille. Ahhhh… Helmi soupira lourdement.
– Et… Il y a quelque chose que tu voudras peut-être voir… Sam se retourna.
– Ah ?

Samantha posa son sac décousu et invita Helmi à la suivre. Elles traversèrent le grand jardin fleuri à l’arrière du bâtiment, où de nombreux papillons batifolaient sans faire attention à leur présence. La valse des abeilles dérangeait de temps en temps les lépidoptères, qui partaient plus loin dans d’étranges vols aléatoires, emportés par la brise. Les rosiers dégageaient un parfum enivrant et offraient un décor coloré. Au fond de l’endroit, Helmi remarqua quatre tombes. Elles étaient faites d’un large bloc de granite, gravé à la main et étaient magnifiquement fleuries. La concubine était très sensible aux rites funéraires, voyant en eux l’occasion d’honorer dignement les disparus et de ranimer leurs souvenirs. C’était important pour elle, et Sam le savait. Helmi se pencha sur la première, une tombe ornée de fleurs exclusivement rouges.

– “A notre Mère à tous, notre sauveuse, notre ange gardien”. Ils ont enterré la Directrice ici ? Helmi joint les mains et ferma les yeux en s’inclinant.
– Ses cendres oui.
– Bien-sûr… Pour qu’elle veille sur eux. C’était une femme formidable. Je suis honorée d’avoir pu partager avec elle tant de choses et attristée par sa disparition. Même si vu son âge, elle a eu la chance de vivre une longue vie. La femme se décala. Ici ? La prochaine tombe était comme son homologue, fleurie avec attention. Mais ses fleurs étaient toutes jaunes. “Pour un ami parti bien trop tôt.” Oh… La date est assez récente… Un enfant ?
– Oui, je ne le connais pas non plus. Il est venu ici il y a peu de temps, mais n’a survécu que peu de temps… Maladie infantile…
– Pauvre petit… Hum… La prochaine tombe était décorée de bleu. “Ton courage a sauvé de nombreuses vies, nous ne t’oublierons jamais… À notre ami le plus précieux, Isaac.”. Oh…

Helmi regarda Samantha du coin de l’œil. La jeune femme serrait la mâchoire tellement fort que ses tempes et sa mâchoire tremblaient. Elle retenait ses larmes. Helmi ne savait pas si le moment était bien choisi pour en parler, mais elle tenta sa chance tout de même.

– Isaac… Ce petit gredin. J’ai passé quelque temps avec vous, il m’en a fait voir de toutes les couleurs. Ah ah…
– Le pauvre était toujours fourré à l’infirmerie…
– Il faut dire qu’il n’avait pas été gâté par le sort, cet enfant, il avait vraiment une santé fragile. Dis-moi si je me trompe mais… L’écharpe que tu portes…
– C’est la sienne oui…
– Je me disais bien… Elle est à ta taille aujourd’hui ! Ah ah ah ah. Helmi fit une pause et fixa la tombe. Je me rappelle le jour où je t’ai vu accourir avec tes chaussures trop grandes. “Helmi, Helmi, regarde ! J’ai fait une écharpe pour Issac, pour plus qu’il tombe malade !”. Tu étais tellement mignonne, toujours à te démener pour le bonheur des autres enfants. Elle était dix fois trop grande pour lui le pauvre, il marchait dessus sans arrêt, manquant de chuter à chaque fois. Ah ah ah ! Il était tellement heureux qu’il ne la quittait jamais. Et mine de rien, il n’attrapait plus froid ! Ahhhh… Ça me rend nostalgique… Je suis heureuse de voir qu’il y a des choses qui ne changent pas. Tu es toujours cette petite fille qui court dans tous les sens pour le bonheur des autres. Quitte à en négliger le sien…

Samantha ne dit rien, elle fixait la tombe avec un timide sourire.

– Sam… J’étais là. Arrête de te sentir coupable. Tu étais une enfant.
– Je sais Helmi. Mais je ne peux m’empêcher de m’en vouloir aujourd’hui encore. Sans moi, il serait toujours en vie.
– Ça, personne ne peut le dire. Sam, tu n’es pas fautive. Tu ne l’as jamais été. Tu n’étais même pas consciente de tes capacités. Personne ne pouvait se douter que le Grand Ordre les avait découvertes. Et personne ne pouvait prédire leur attaque, ni les actions d’Isaac. Il s’est battu car il voulait te protéger à son tour. C’était admirable. Crois-moi, personne ne se sent plus coupable que nous. Lexas, Aryna, Wanli, Tsomy… Moi… Il ne se passe pas un jour sans que nous ne pensions à cet incident. Nous avons échoué, nous n’avons pas réussi à protéger tous les enfants. Mais cela nous aide aujourd’hui. Cela nous rappelle à quel point ce que nous faisons est important. Grâce à Isaac, regarde tout le bonheur que tu apportes, tous les gens que tu aides et sauves. Bien que sa mort ait été une épreuve, il a fait de toi ce que tu es aujourd’hui.
– Tu as raison. Parfois, aussi difficiles soient-elles, les choses nous permettent d’avancer. 
– Et s’il te voyait aujourd’hui il serait vraiment fier, crois-moi. Helmi se tourna vers la dernière tombe. Ahhhh… Je vois qu’il est là aussi.
– Oui, je l’ai ramené ici… Je ne pouvais pas le laisser seul là-bas… Il aurait tellement aimé cet endroit.
– Je me rappelle des têtes d’Aryna et de Lexas quand ils ont compris… Par Ashima, la tronche d’Aryna, c’était une pure merveille ! Voir une gamine de sept ans la battre à plate couture sans même le faire exprès ! Ah ah ah ah ah ! Et Lexas qui me rabâchait sans cesse : “Cette gamine a dit qu’on tombait sur la maison de son ami et qu’il ne fallait pas… C’est quoi cette histoire ? C’est elle qui a déplacé le Dracarosse en plein vol ?” Oh oh oh oh. Helmi rigolait à haute voix. Ahhhh… Dire que tu faisais tout ça inconsciemment…

Samantha esquissa un sourire et déblaya un petit peu de terre sur la dernière tombe. Ornée de fleurs blanches, elle était identique aux autres, même si son occupant était bien différent. “A mon meilleur ami qui m’a sauvé la vie et qui me manquera toute ma vie.” C’était les mots d’une enfant, mais Sam n’avait pas changé ceux-ci lorsqu’elle avait refait la tombe. Elle ferma les yeux, posa la main dessus et prit quelques secondes.

Helmi sentait les larmes lui monter, mais elle ne le montra pas. Elle passait par de nombreuses émotions différentes, allant de la tristesse à la joie, sans oublier la mélancolie.

Elle regarda la Gardienne, ce qu’elle était devenue et pensa à tout ce qu’elle avait traversé. Elle se demanda comment une enfant avec une enfance si difficile avait pu garder cette innocence, cette bienveillance et cette envie d’aider son prochain. Elle fût fière de penser qu’au fond, elle l’y avait aidé à sa façon.

Sam se releva. Son regard avait changé. Comme si elle avait retrouvé toute sa motivation et son ardeur. Elle enleva ses bandages et Helmi fut stupéfaite ! Il n’y avait plus rien. C’était tout bonnement incroyable. Elle eut l’impression que les yeux de jade de la Gardienne étaient devenus bien plus rayonnants. Pas de doute, la Samantha qu’elle connaissait était de retour.

– Pardon Helmi.
– Pourquoi ça ?
– Ces dernières heures m’ont pas mal secouée et j’ai eu un moment de faiblesse. Merci pour tout ce que tu as fait, je ne l’oublierai jamais.
– Ah ah ah ce n’est rien ! Et puis tu sais, des fois, même quelqu’un d’aussi fort que toi à ses coups de mou. Et puis pour être honnête, tu manques cruellement de sommeil, sans compter que ton corps se bat encore contre le poison. Il est normal que tu aies les nerfs à fleur de peau Sam. Depuis toutes ces années, c’est la première fois que je te vois flancher. Et je t’avoue que ça me rassure. 
– Ça te rassure ? Le visage radieux de Sam était de retour.
– Bien sûr ! Tu m’as prouvé que tu étais humaine ! J’avais des doutes tu sais ?
– Oh ? Samantha rigola avec un sourire magnifique.

Helmi était heureuse, elle venait de retrouver la Samantha qu’elle avait l’habitude de voir. Décompresser était ce dont elle avait besoin. Helmi était peut-être la seule personne avec Raven à pouvoir voir Sam comme ça. Elles faisaient office de figures maternelles pour la Gardienne et cela leur permettait de creuser et de faire ressortir des choses qu’elles seules pouvaient provoquer.

Profitant du soleil et des senteurs, les deux femmes retournèrent à l’entrée de l’orphelinat. Sam mit de nouveau son sac sur les épaules.

– Alors, où te mène ta route Helmi ?
– A vrai dire je ne sais pas… J’ai de nombreux jours de marche avant de regagner l’Aube Rouge, mais rien ne presse…
– Si je peux me permettre… Munlirt s’incrusta dans la conversation. Nous aurions bien besoin de remèdes Helmi et… Une petite formation ne serait pas de refus… Si cela ne te dérange pas.
– Oh ?! Avec grand plaisir ! Je serai ravie d’aider et puis, c’est tellement reposant ici, ça me fera du bien à moi aussi !
– C’est génial ! Merci, merci beaucoup ! Je vais apporter tes affaires à ta chambre !

Munlirt se hâta de prendre le sac et fit un grand signe d’au revoir à Samantha avant d’entrer dans le bâtiment. Les deux femmes se prirent dans les bras l’une de l’autre, la Gardienne remercia encore une fois la Concubine, qui lui demanda d’être très prudente. Elle l’invita également à venir en formation à l’Aube Rouge en compagnie de Kira et Kali, et de profiter de l’occasion pour voir tout le monde. Puis, elle regarda la jeune blonde quitter l’horizon. À mesure qu’elle avançait, Helmi eut l’impression de voir sa silhouette rapetisser et se transformer de nouveau en cette petite fille aux chaussures trop grandes. Elle sourit et alla se présenter à tous les enfants. Elle allait avoir du travail.

Alors qu’elle était à moins d’une heure de marche de la gigantesque Capitale, dans le Bosquet des Rondes, Samantha croisa la route d’un étrange convoi armé… Elle se cacha parmi l’épaisse végétation et grimpa dans un arbre afin d’avoir une vue dégagée. Plusieurs hommes et femmes surveillaient le convoi en profitant d’une petite pause… Lentement, Sam se fraya un chemin sur les branches afin d’avoir une vue plus dégagée sur la marchandise qu’ils transportaient. Elle avait également une vue plongeante sur deux individus, visiblement ravis de se retrouver seuls… Les à-coups qu’ils donnaient faisaient bouger les branches qui venaient de temps en temps chatouiller Sam. Heureusement, cela ne dura pas longtemps… Elle attendit patiemment, en silence, que l’un des individus trahisse le secret. Elle n’eut pas à attendre longtemps. L’une des gardes revint de sa petite pause privée et alla chercher une étrange boisson à l’arrière d’un des véhicules. Elle débâcha une petite partie de l’arrière et Sam pu apercevoir son contenu : des centaines de fioles d’âme blanche… Il s’agissait bel et bien de trafiquants de drogue. Elle planifia son attaque. Ils étaient une dizaine… Les armes qu’ils avaient ne poseraient aucun souci. Elle commencerait par la droite, le groupe semblait plus alerte que celui de gauche, qui mettrait plus de temps à réagir et… La Gardienne se bloqua… Sirius avait été très clair lors du dernier briefing : ne jamais engager le conflit avec des trafiquants, cela nuirait à tous les efforts de l’Orchidée Bleue. D’un autre côté, elle avait ici l’opportunité de détruire une quantité non négligeable de drogue, qui ne ferait plus de mal à personne… Mais Sam préféra suivre les directives de Sirius, il n’avait jamais eu tort jusqu’à aujourd’hui. Elle prit soin de graver tous les détails dans sa mémoire, puis, silencieusement, quitta son perchoir et s’enfonça telle une panthère dans la végétation.  

Elle évita soigneusement toutes les routes, préférant l’étreinte de la forêt. La végétation était tellement dense qu’il fallait connaître la route par cœur, au risque de se perdre. Son chemin l’amena à une petite chute d’eau, où grenouilles et libellules batifolaient dans l’eau. Sam vérifia les alentours et découpa soigneusement une immense feuille d’un Vericus Palmus. Elle la mit sur sa tête et avança sous la grande cascade. Derrière la barrière d’eau se trouvait un dédale de tunnels secrets. Sans réfléchir, elle tourna à droite, puis encore à droite, à gauche, se faufila dans une petite brèche et continua son chemin dans l’obscurité, sans s’éclairer. Il régnait un noir total, mais elle connaissait la route sur le bout des doigts. Et puis, on n’était jamais trop prudents… Au loin dans les ténèbres s’éleva une petite lueur. Les grincements d’une porte résonnèrent en écho, apportant avec eux une lumière blanche aveuglante. De petits couinements de joie se firent entendre et Flash arriva avec fracas dans le couloir, se cognant au passage à l’étroit mur face à la porte. Il sauta dans les bras de sa maîtresse, qui se laissa tomber à la renverse sous le poids du molosse. Elle rigola et lui fit un énorme câlin. Lorsqu’elle se releva, elle remarqua une silhouette adossée à la porte, les bras croisés. Sam avança et la lumière se refléta dans de superbes yeux violets.

– Alors ? Il parait que t’en a bavé…
– C’était pas de tout repos effectivement…
– Tu aurais vu Raven faire les mille pas, c’était tellement drôle ! Prépare-toi à un petit sermon maison ! Elle s’est aiguisée sur moi… Ah ah !
Samantha s’avança et fit face à Kira. Celle-ci lui prit les mains et colla son front au sien en fermant les yeux.
– Tu nous as fait peur tu sais… 
– Mais je suis rentrée…
– Oui… Kira prit le sac de Sam. Et j’ai hâte que tu me racontes tout ça devant de bons muffins !
– Tu as fait des muffins, vraiment ?
– Noooon, je t’attendais ! Ah ah ah !
Les deux amies rigolèrent et la porte se referma, renvoyant l’étroit dédale à l’obscurité.

Voilà pour la suite des aventures de Samantha, j’espère que ce chapitre vous a plu ! Merci encore à celles qui m’aident à vous apporter ce contenu ! Si vous aimez mon travail, venez me soutenir en me rejoignant sur Instagram. Comme ça, vous avez tout en direct !

Merci infiniment d’avoir pris le temps de lire ce chapitre et à très bientôt pour la suite !

Samantha entre en scène dans le chapitre 03 des Gardiennes d'Ashima
Précédent Chapitre 03
Suivant Chapitre 05
Kali entre en jeu dans le chapitre 5 Des Gardiennes d'Ashima.

Leave a comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Le clic droit est désactivé, merci de respecter mon travail. N'hésitez pas à me contacter si besoin.